10/07/2008

L'aide au suicide.....

L’aide au suicide

Pour ou contre l'aide au suicide. La décision n'est pas évidente tant sur un plan moral, humain que chrétien. C'est une décision grave, lourde de conséquences.

Suite à l’article parue jeudi 3 juillet dernier « Toujours pas de loi sur l’aide au suicide », j’ai lu, intéressé par ce sujet, les dispositions de la société EXIT.

Avant de livre quelques indication sur l'aide au suicide, je voudrais évoqué ici une note que j'ai lu sur internet ce matin "L'arrêt de l'alimentation d'une femme dans le coma autorité". Je cite : La justice italienne a autorité l'arrêt de l'alimentation d'une femme dans le coma depuis plus de 16 ans. Elle a notamment retenu que son été végétatif permanent était irréversible. Un verdict aussitôt contesté par le Vatican.

Le Vatican s'est opposé à la décision de la justice milanaise. Ce verdit justifie "de fait un acte d'euhanasie", a déclaré le Président de l'Académie Pontificale pour la vie.

Personnellement, dans ces cas là, où c'est la mort blanche, je suis pour l'arrêt des machines. C'est une délivrance tant pour le patient que pour les familles.

Association pour le droit de mourir dans la dignité. Qu’est ce que le Testament biologique ou les directives anticipées.

Je vous retranscris ici ce Testament  :

A.D.M.D. Suisse romande
Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité

 

 
 
Qu'est-ce que le Testament biologique ou les Directives anticipées ?

Depuis 1982, EXIT-ADMD a été la première à distribuer le "Testament biologique" ou la "Déclaration pour le droit
de mourir dans la dignité" offerte à tous les membres dès leur adhésion. On l'appelle plus couramment aujourd'hui :
"Directives anticipées".
C'est un petit document, format carte d'identité, que le membre d'EXIT-ADMD porte sur lui en permanence et qui est libellé comme suit :
Après mûre réflexion et en pleine possession de mes facultés, je, soussigné(e), demande que soient considérées comme l'expression de ma volonté les dispositions suivantes : - Que l'on renonce à toute mesure de réanimation si mon cas est désespéré ou incurable ou si, à la suite
  d'une maladie ou d'un accident, je devais être gravement handicapé(e) physiquement ou mentalement.
- Qu'une médication antalgique à dose suffisante me soit administrée pour apaiser mes souffrances, même si
  celle-ci devait hâter ma mort.
Le verso de ce document joue le rôle de carte de membre.
Le timbre annuel que reçoit chaque adhérent représente un renouvellement tacite de sa volonté, au cas où il serait
inconscient et dans l'impossibilité de s'exprimer.
En outre, les membres reçoivent une feuille à confier à leur médecin traitant et à un témoin. EXIT-ADMD recommande
vivement que ce document fasse partie du dossier médical et qu'il soit présenté aux services hospitaliers lors de chaque
hospitalisation.
Il clarifie le rapport entre le médecin et le malade et facilite la prise des décisions.
Toujours révocable par la personne concernée, un tel document montrera au médecin, si son malade est conscient,
que ses demandes ont été réfléchies de longue date.
S'il n'est plus conscient, ce document fera connaître au médecin, la volonté du patient.

Par ailleurs, il est utile d'inclure dans les directives anticipées le nom d'une personne ou deux personnes que le
signataire désigne comme ses "représentants thérapeutiques" au cas où il ne serait plus capable de s'exprimer.
 

  
Quels sont les objectifs d'EXIT-ADMD Suisse romande ?

La volonté première d'EXIT-ADMD est de lutter contre l'acharnement thérapeutique, de faire reconnaître les droits du
patient en demandant le respect de sa volonté et de son choix face à sa mort.
Nombre de nos parents ou proches se sont vus refuser dans les dernières phases d'une difficile maladie ou à l'issue
d'une longue vieillesse, de mourir lorsqu'ils l'avaient lucidement décidé. Ils ont été maintenus dans des conditions
indignes, qu'ils auraient auparavant catégoriquement refusées.
Nous ne voulons ni subir un tel sort ni le voir infliger à nos proches. D'où notre volonté d'obtenir une aide à mourir
lorsque nous le réclamerons, le jour venu.
EXIT-ADMD affirme donc, en accord avec une grande partie de la population suisse : - le droit pour chacun de choisir sa manière de vivre les dernières étapes de sa vie,
- le droit du malade d'être maître des dernières étapes de sa maladie,
- le droit à une mort digne et humaine.
EXIT-ADMD lutte pour : - garantir le droit à l'autodétermination de chaque individu
- faire respecter les directives anticipées de la personne
- supprimer la souffrance inutile
- lutter contre tout abus lié à l'acharnement thérapeutique
- faire reconnaître le droit du patient sur sa propre mort
- permettre que le droit de mourir dans la dignité soit appliqué :

- en faisant respecter la déclaration pour une mort digne et humaine
- en fournissant aux membres d'EXIT A.D.M.D. sur leur demande expresse, un "Guide d'autodélivrance
  pour une fin de vie choisie", qui aborde tous les problèmes entourant l'acte d'autodélivrance
- en aidant les membres d'EXIT A.D.M.D. dans les dernières étapes de la vie, et en accord avec le
  Code pénal, en aidant les membres d'EXIT à mettre fin à leur existence s'ils remplissent certaines conditions :
  capacité de discernement maladie organique incurable avec pronostic fatal, souffrances intolérables,
  invalidité complète, demandes répétées.

 

Les membres d'EXIT-ADMD exigent donc le droit et la possibilité de refuser un éventuel acharnement thérapeutique
au cas où celui-ci leur paraîtrait abusif, par exemple si une thérapie a pour but de prolonger de quelques jour ou
de quelques semaines une agonie irréversible et douloureuse, ou pour obtenir la survie, contre sa volonté, d'un malade
ou d'un blessé condamné à un handicap très grave définitif. Ils demandent également le droit d'être à l'abri de la
douleur. Ces buts sont exprimés dans le "Testament biologique" ou "Directives anticipées", que reçoivent les membres
de l'association.

Je me suis permis de vous apporter ces éléments pensant qu’ils peuvent vous intéresser. Le but est que vous  en sachiez encore plus sur la société EXIT.

Le suicide est un souci collectif, car il touche tant les uns que les autres. Les écueils du suicide ne sont pas anodins. Le suicide est un prise de position difficile ; que se passe-t-il vraiment dans la tête avant de procéder au suicide.

Le suicide c’est l’affaire de la société, notre affaire. Ca mérite une méditation, une remise en question. Le suicide n’est pas du tourisme c’est une affaire à prendre au sérieux. Dont acte.

11:25 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

EXIT fait un travail formidable. Etre accompagné dans les derniers moments de sa vie en abrégeant des souffrances inutiles, qui coûtent au sens psychologique autant que financier doit constituer un droit. Si on ne choisit pas de naître, on a néanmoins la possibilité de choisir quand mettre fin à ses jours lorsque plus aucune dignité ne se dégage d'une prolongation absurde d'une vie végétative dénuée de sens.

Écrit par : Micheline Pace | 10/07/2008

Les commentaires sont fermés.