09/07/2008

Le plus vieux métier du monde .....

Agatha Christie ? 

Comme beaucoup d'entre vous, j’ai lu la triste histoire d’ébats sexuels filmés, faisant l'objet d'un chantage.

C’est un roman pour Agatha Christie !

A la brigade des moeurs, il manque des éléments pour remonter, reconstituer, avec exactitude la-les scène-s.

Un homme, deux femmes, des ébats, de l’argent, deux emprisonnements une bon roman d’intrigues.

La nouvelle adresse de ces  filles : Champ d’Ollon, accusées notamment d’extorsion et de chantage, suspectées d’avoir le mois dernier séduit puis drogué un riche diplomate à son domicile et enfin procéder au chantage. L'une d'entre elle âgée de 27 ans prétend avoir aimé le quinquagénaire arabe. Elle affirme même, durant son audition, dit la "Julie" qu'elle devait se marier avec lui. Mais de dernier dit-elle n'a pas tenu sa promesse. Une version qui irait dans le sens d'une vengeance d'un coeur déçu, Aux inspecteurs de vérifier la crédébilité de cette hyptothèse. S'ensuit l'histoire de chantage. etc. etc.

Histoire de mariage, tu paies si non nous balancons tout sur Internet.

La scène est filmée. La victime diffuse les images torrides sur Internet s'il ne verse pas Frs 50'000,--. Un chantage.

Vol de cartes, abus sexuels, films, scènes osées un copieux menu. Qui a fait quoi, c'est ce que la police doit découvrir.

En marge des deux filles arrêtées, je pense à ces pauvres filles poussées à faire ce métier, le plus vieux métier du monde. C’est un métier juteux, mais quelque part déshonorant, abaissant. J’ai de la pitié, et à la fois de la remontrance. Certaines le font pour arrondir les fins de mois, d’autres ont mis une fois le pied dans l’engrenage et ne peuvent s’en sortir au risque de se faire réprimander. Les péripatéticiennes m’ont toujours parues comme de pauvre femme.

Ce qui m’a le plus ému  fut de voir à Amsterdam les vitrines dans les quelles des jeunes filles attendaient non pas le prince charmant mais le client. Ce n’était pas là les arts ménagers, mais bien la foire aux « jeunes filles ». Evidemment comme tout le monde je me suis rincé l’œil, c’est humain. Sur le moment j’ai souri. Le soir avant de dormir j’ai ressenti une émotion. Je  pensais à ces jeunes et jolies filles certainement intelligentes qui se vendaient pour payer leurs études.

Il en est de même pour la gent masculine.

Avez-vous vous le nombre inconsidérable de petites annonces dans le journal, le nombre est hallucinant.

Les Inspecteurs de police doivent en voir de toutes les couleurs. Les James bond du sexe. Je me demande comment ils vivent ces moments de tristesse. Car je trouve très triste ces Dames qui fond le trottoir. Je suis parfois même remonter en pensant que des femmes de toute nature, parfois très intelligentes, puissent s'abandonner à ce "métier". J'ai lu sur le site de Wikipédia :

Les politiques actuelles vis-à-vis de la prostitution [modifier]

La prostitution intéresse les autorités sur le plan fiscal, moral et sanitaire. Les politiques des pouvoirs temporels et religieux sont connues et expérimentées depuis longtemps. Les deux principales tendances sont l'abolitionnisme et la réglementation.

La réglementation s'est souvent faite par le biais de lois et de registres de prostituées. C'est la position actuelle des Pays-Bas et de l'Allemagne où toutes les entreprises de 15 employés et plus, y compris les bordels, doivent maintenant obligatoirement « avoir à l'emploi » des apprentis sous peine de pénalités financières.

L'abolitionnisme prévaut dans des pays comme la Suède et la plupart des États américains. En Suède, le client est puni d'une amende, mais les prostituées sont également pénalisées, en effet les autorités leur enlèvent leurs enfants et placent ces femmes dans des centres de rééducation pour les forcer à changer de travail. Cette loi est critiquée par des prostituées et des associations. [1].

Ces politiques peuvent être contournées par les moyens modernes de communication et les possibilités de tourisme sexuel. Il est de plus difficile de prouver qu'une relation sexuelle a eu lieu suite à un échange d'argent.

On peut distinguer globalement trois approches politiques sur la question de la prostitution :

  • réglementariste : encadrer cette activité afin qu'elle soit exercée dans un cadre légal, la prostitution est considérée comme une activité professionnelle normale.
  • abolitionniste : les prostituées sont des victimes et les proxénètes des criminels, les prostituées ne sont pas sanctionnables. Les clients peuvent être sanctionnés.
  • prohibitionniste : les prostituées et les proxénètes sont des criminels ; police et justice sanctionnent ces activités. Les clients peuvent être sanctionnés.
En France : Certaines travailleuses du sexe ne sont pas en faveur de législations contraignantes telles les maisons de tolérance, qui ne leur permettent pas de conserver le choix de leurs clients, pratiques, horaires, prévention, etc. Les travailleuses du sexe, réunies en Assises le 16 mars 2007, ont conclu à l'unanimité qu'elles étaient contre le salariat[2] .

En novembre 2007, elles poursuivent leur contestation de la répression du racolage en se rassemblant devant le Sénat et interpellent à nouveau les parlementaires[3].

Les politiques opposées des différents pays européens, qui ne sont pas forcément conformes à leur législation officielle, posent des problèmes de coordination, et entraînent un tourisme sexuel intracommunautaire. Par exemple la Belgique, qui a une législation quasiment identique à celle de la France, permet de fait, contrairement à la France, l'exploitation de maisons de tolérance sur une grande échelle, et leur publicité dans des médias de presse ou sur internet. Autre exemple, la publicité par internet pour des services dits d'escorting se fait à partir de ces pays plus tolérants, à destination de pays ou une telle publicité est prohibée.

C'est une vision politique, certes écourtées, de  la prostitution.

Bonne journée.

07:00 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.