• Nicolas Sarkozy se penche sur les Homosexuels

    Imprimer
    Nicolas Sarkozy se penche sur la grande famille des homosexuels !

    Ce samedi, ils étaient 400'000 manifestants dans les rues de Paris pour demander un changement de politique au Président et à sa majorité.

    Ce fut la marche des fiertés homosexuelles, ou Gay Pride. Le cortège, coloré comme il se doit et parsemé de chars, de personne « en tenue » très estivale.

    La récente élection de Nicolas Sarkozy a donné le ton de la manifestation : les manifestants ont largement interpellé le Président sur le thème de l’égalité, et au premier chef, le droit à l’adoption et au mariage pour les couples homosexuels.

    Ce qui me fascine dans ce genre de cortège s’est la réunion très libre de toutes les couches de la sociétés, de toutes les croyances, ; mais aussi les chars décorés, les participants dans leurs tenus parfois très légères. Basiquement, je trouve ceci très drôle. Cela dit, je prends très au sérieux ce petit monde. Se cache chez beaucoup de « Gay » de la tristesse. Du désespoir à être ainsi. Ainsi va la vie et la vie n’est pas une ligne droite.

    Le thème est sensible au locataire de l’Elysée. Les homosexuels devraient avoir, selon eux, les mêmes droits que les couples hétéros.

    Le Président est opposé au mariage et veut proposer aux personnes du même sexe une « union civile », une idée qui ne satisfait pas une partie des associations de défense des homosexuels. 

    Nicolas Sarkosy se déclare également contre l’adoption par des couples de même sexe mais pour une amélioration du Pacs garantissant l’égalité fiscale et successorale entre couple homosexuels et hétérosexsuels.

    Alors comment sortir du bois pour se faire entendre ?

    Je pense que ce genre de manifestation telle que celle de Paris peut avoir un impact sur l’avenir des homosexuels. En effets, les manifestants veulent profiter du changement de Président de la République pour se faire entendre et se faire comprendre. Se faire comprendre, car les homosexuels n’en peuvent rien d’être « différends », ils sont nés ainsi. Pour certains il est facile de le dire, pour d’autres le risque est plus grand en raison de la peur d’être mal jugé.

    Le cadre du Pacs est un grand pas en avant. Il permet aux homosexuels qui le désirent de s’échanger des consentements d’ordre que j’appellerais pratiques, de la vie courante quotidienne.

    Les Homosexuels : « Nous demandons l’égalité au sens large et ne souhaitons pas de mesure communautaristes, a déclaré à Reuters Stéphane Corbin, Président de la Coordination Interpride France (DIF). « Nous demandons à la droite d’avoir une grande clairvoyance, l’intelligence du cœur et de l’esprit ».

    Pour les homosexuels, il est dommage que la droite et notamment M. Sarkosy, qui avait mis beaucoup d’années à comprendre que le Pacs était un progrès, maintenant tente encore de retenir le cours de l’Histoire. Le cours de l’Histoire, c’est la liberté et l’égalité, et les mêmes droits » a déclaré à la presse le Maire de Paris, Bertrand Delanoë.

    L’un des moyens que les homosexuels ont pour défendre leurs intérêts sont notamment les Gaypride. Cela permet un sens à l’ouverture sur ce que les être humains peuvent ressentir.

    J’ai retrouvé sur Internet le texte ci-dessous.

    Pour Nicolas Sarkozy l’amour homosexuel doit être reconnu et encouragé.

    Dans une interview que le candidat UMP a accordé au magazine Têtu du mois d’avril 2007, Nicolas Sarkozy déclare que  «l'amour hétérosexuel n'est pas supérieur à l'amour homosexuel » et que « l'amour homosexuel doit être reconnu. ». C’est pourquoi celui-ci s’engage, s’il est élu, à mettre en place avant la fin de l’année 2007 une « union civile homosexuelle » devant « la mairie qui entraînera une égalité fiscale, sociale et patrimoniale totale avec les couples mariés ».

    Faisant fi de la forte mobilisation des maires de France qui à 81% se disent favorables,  « au nom de la défense de l’intérêt de l’enfant au maintien du modèle parental avec un père et une mère », Nicolas Sarkozy balaye ainsi, d’un revers de la main, l’autorité et la sagesse des maires qui devront vraisemblablement, d’après ses propos, se soumettre à ses exigences. Pour Sarkozy il n’appartient donc plus aux maires de jouer un rôle dans le débat qui s’annonce, ni dans la réglementation de notre vie sociale. La mairie et son locataire ne seront bientôt plus que les chambres d’enregistrement des décisions parisiennes des apparatchiks de notre pays.

    La Life Parade appelle donc le candidat de l’UMP à se guérir de sa schizophrénie électorale afin de retrouver une cohérence lisible de sa pensée.

    Pour ma part, je n’ai pas envie d'exclure les homosexuels. Ils doivent avoir les mêmes droits que les hétéros. Toutefois, je suis contre l’adoption, ce pour des raisons éthiques. Je pense que l’enfant se développera et s’épanouira plus sérieusement avec une maman et un papa ou par des parents monoparentales ou par des familles recomposées.

    A propos en Suisse que pensez vous des homosexuels et des Gay pride ? Que diriez vous demain si l'égalité devenait officielle ?

    Lien permanent Catégories : Société 12 commentaires
  • Armée : refus d'ordre !

    Imprimer

     Mon capitaine, je refuse l'ordre, celui-ci peut mettre en danger ma vie et celle des autres ! Maintenant c'est possible de le dire. Auparavant c'est un refus d'ordre, le corollaire était le mitard. 

    Lorsque j’étais à l’armée, j’ai fait quinze jours ( !)  il y avait bien une chose que je détestais, se furent les « rambos ». Ce que je pourrais appeler aussi les « caïds », les « bêtes » d'armée. Ah ceux-ci, ils en menaient le bal du pouvoir. Je trouve que l'armée rends des hommes bêtes, empli d'ineptie. Ce sont souvent des gens malheureux.

    Il y a de ceux qui jouent les dures, les gros bras, qui aiment être commandés et commander. Ca leur donne de la supériorité. Ils se sentent mieux dans leur peau.

    Je me souviens de ces « militons » qui beuglaient dans la cour les ordres qui étaient complètement idiot et qui réveillaient toute la ville de Sion.

    C’est fou c’est gens qui ont un besoin de s’affirmer. Je remarque dans la vie civile que les gens qui se sentent mal dans leur peau, qui souffrent d’un problème psy, sont ceux qui sont les plus « cons ».

    Mais il n’y pas qu’à l’armée des gens qui se glosent en se gonflant le torse. Dans le privé il y en a aussi.

    Je reviens à l’armée. Heureusement, à l’avenir les exercices qui ne font pas partie des tâches principales de la compagnie seront interdits. Selon un article paru dans le « Matin », un soldat pourra par ailleurs désobéir à un supérieur lorsqu’un exercice lui semblera trop risqué.

    Et ben c’est très bien. Je suis enclin à penser que si un exercice sort du cadre de l’enseignement ou s’il est trop dangereux les « militons » pourront faire acte de refus de servir. Je dirais que cette décision est un bien pour l’armée

    Enfin, mon esprit me pause la question du bien fondé d’une armée. Dans la mesure où elle peut venir au secours de catastrophes,  aider les grosses manifestions style l’Euro 2008, je dis oui à l’armée. A contrario, il est vrai que je me demande parfois si elle est vraiment d’une grande utilité. En Europe, nous n’avons pas de problème majeur, au surplus notre armée ne va guerre se « mêler » au conflit armé à l’étranger. On peut au jour d’aujourd’hui se poser en défenseur de l’utilité armée. Si vous le demandez au GSA il est clair que la réponse sera « oui » nécessité est de bannir l’armée.

    L’armée pourrait déboucher sur un grand débat qui mériterait des assises. Mon propos n’est pas là ce jour. Il repose sur le fait qu’enfin les recrues comme les « confirmés » pourront à l’avenir s’insurger, dire non à un exercice pouvant présenter un danger. Et c’est très bien ainsi, car des « Rambos » il n’y en a pas besoin dans l’armée de milice.

    Bonne journée et surtout bon week end.

    A propos bonne finale de foot !

    Lien permanent 6 commentaires
  • Déménagement du SAN ?

    Imprimer
    Le SAN à Bernex ? 

    La Tribune de Genève s’est fait l’écho il y a peu du possible déménagement du SAN, Service des automobiles et de la navigations de Carouge à Bernex.

    Cette information est fondée puisque évoquée au sein des politiques carougeoises.

    Suite à cette information fondée, 3 interpellations urgentes ont été déposées sur le bureau du Grand Conseil.

    Je n’en citerai qu’une. Vous comprendrez de quoi il s’agit !

    Interpellation urgente écrite de Monsieur Fabiano Forte PDC, Député au Grand Conseil genevois

    Déplacement du Service des Automobiles et de la Navigation à Bernex : la décision est-elle définitive ?

    Récemment, la presse s'est fait l'écho d'une possible implantation du

    Service des automobiles et de la navigation sur la commune de Bernex.

    Cette commune va connaître, dans les années à venir, un développement

    Important. Ce développement se concrétisera - dans un premier temps - par la

    mise en place d'une zone industrielle High tech (PAC Bernex-est) et par

    l'arrivée du tram (TCOB). Cinq cent nouveaux logements devraient être

    construits à l'endroit même où le canton prévoit d'implanter le SAN...

    Dans un second temps, le plan pour le développement de l’agglomération

    franco-valdo-genevoise prévoit que Bernex devienne un pôle de

    développement régional (augmentation de la population estimée entre 5'000

    et 10'000 habitants).

    L'annonce d'une possible arrivée du SAN sur cette commune, en surplus

    de ces développements annoncés, fait réagir et inquiète, car aucune

    information officielle n'a été apportée à ce jour.

    Enfin, il semblerait que, si déménagement du SAN il doit y avoir, une

    liste de sites d’implantation possible devrait exister. Le Bois-de-Bay, par

    exemple, ne conviendrait-il pas mieux pour les activités du SAN ?

    Ma question est la suivante : le Conseil d'Etat a-t-il envisagé d’autres

    sites d’implantation du SAN que Bernex, et, s’il entend réellement

    implanter le SAN à Bernex, quelles mesures compte-t-il prendre

    concernant les questions de mobilité, d'intégration de cette implantation

    dans le projet d'agglomération pour éviter les nuisances liées aux activités

    de ce service?

    Deux autres interpellations sur le même sujet émanent de Messieurs Alain Charbonnier et Andréas Meister.

    Qu’en est-il, que va répondre le Conseil d’Etat. A Carouge on nous a dit que Bernex n'avait pas été consulté de manière officiel. Que cette idée était née d'une histoire liée au CEVA : Je te donne les terrains du SAN et tu retires ton recours au TF contre le CEVA !!!

    Le secret d'Etat sera levé lors du prochain Grand Conseil. Nous en serons plus.

    Suite au prochain épisode.

    Bonne journée

    Lien permanent Catégories : Carouge 1 commentaire
  • Geste en faveur des familles ?

    Imprimer
    Augmentation des allocations familiales, une fleur !

    Arrêtons-nous un instant sur les allocations familiales.

    Dès septembre 2009 les augmentations devraient prendre l’ascenseur pour le bonheur des familles.

    Car la vie devient de plus en plus cher et tout ce qui peut rentrer dans le porte- monnaie est indéniablement le bien venu.

    Au risque de m tromper, je vais reprendre les propos de la Julie, à savoir

    Si en septembre le parlement suit la proposition de sa commission, largement acceptée malgré l’opposition du MCG (évidemment que le MCG ne va pas aider les familles !) et l’abstention du PS (là je suis surpris), les allocations familiales pour les 16-20 ans passeront en janvier à Frs 250,--, comme celles versées au titre de la formation professionnelle. Elle augmenteront à Frs 350,-- dès le troisième enfant. Le versements pour les moins de 15 ans sont fixés à Frs 200,--, mais atteindront Frs 300 dès le troisième enfant. Enfin, l’allocation de naissance (ou d’accueil en cas d’adoption) reste à Frs 1'000,--, Frs 2'000 à partir du troisième enfant.

    Le coût de cet aggiornamento sem onte à 85 millions à charge des employeurs et se traduira par une hausse des contributions de 0,2 % à partir de 2010.

    Lorsque l’on voit que tout augmente, il est légitime que les prestations augmentent également.

    J’irai jusqu’à proposer de participer aux frais d’écolage. Les cahiers, les livres, les crayons coûtent la moindre. Si la famille a deux enfants, ce qui est le plus courant actuellement, bonjour les charges d’écolages.

    Ces augmentations entrent tout à fait dans la politique familiale telle que celle du PDC. C’est un pas en avant.

    François Longchamp, Conseiller d’Etat, n’a pas tort en saluant le coup de pouce ciblé sur les familles qui ont les plus grands besoins. Il rappelle qu’en parallèle, le Grand Conseil étudie encore la défiscalisation des allocations familliales.

    C’est dire que ces prochaines années de grands pas vont être mis en avant pour les familles.

    Je suis heureux de constater que là on s’occupe des famille plus tôt que de politique internationale. Pensons d’abord à balayer devant notre porte.

    Bonne journée.

    François V.

    Lien permanent 2 commentaires
  • Zone piétone à Carouge ?

    Imprimer
    Zone piétonne à Carouge ?

    Comme toutes les villes et les villages Helvètes, ils essayent de bannir l’automobile et de rendre aux piétons et aux vélos la route. Pour les 4 x 4 en ville je suis pour les bannir.

    Carouge vient, malgré elle, de vivre l’expérience de la fermeture de la place de Sardaigne. Ca fait 3 semaines qu’aucune voiture n’a pointé son nez à cet endroit.  C’est merveilleux de pouvoir se balader sans le risque d’être ennuyé par les voitures. Il me semble après renseignements pris vers qui de droit, qu'il n’y a pas eu de plainte, d’amendes, de remontrances. Il s’agit d’un test concluant. Les autochtones sont contents.

    Quel choix pour Carouge ? 

    Première variante : dans le futur, on verrait non seulement la fermeture de la place de Sardaigne mais aussi celle de la place du Marché. Un véritable renouveau que de rendre ces espaces plus agréable aux  vélos et aux piétons. Le transit habituel passerait ailleurs.

    En effet, le panorama idéal mais oh combien utopique serait la fermeture du centre de Carouge, places de Sardaigne, du Marché, des rues Vautier, Saint-Joseph et de Saint-Victor. Plus de voiture, pas de vélos. Subsisteraient des parkings de dépose le matin jusqu’à 11 heures, libre circulation des transports publics. A près tout soyons fou !!!

    Zone de rencontre ? 

    Une autre variante : ne pourriona nous pas imaginer aisément des règles de parking différentes de ce qui existe actuellement ? Serait-il possible de prévoir des places de stationnements en zones bleues, des places de déposes, des horodateurs. Création de pistes cyclables, c'est en bonne voie, espace pour les piétons et les voitures à 20 klm heure. Au sujet des vélos à Carouge, les deux roues ne sont  pour l’instant pas  perdant puisqu’ils sont couverts par une initiative qui prévoit 6 tracés dans Carouge.

    De toute cette histoire de circulation, de zones de rencontres, de macarons, de vélos, de voitures nous pourrions imaginer un grand « mariage » où les uns comme les autres se respecteraient. Où, chacun se ferait vigilance en se « chouchoutant ».

    Quel choix ?

    Au vue de ce qui précède deux choix, l’un contraignant ; plus de voiture places de Sadaigne-Marché. Autorisation des vélos uniquement et évidemment des piétons. Rien de plus simple. Pour cela, il faut une volonté politique, le corollaire le courage d’habituer les voitures, les vélos, les piétons, à se côtoyer sous une autre forme sans histoire. Par nature, l’être humain n’aime pas les changements. Toutefois, on voit ici et ailleurs, notamment à Lyon, des zones piétonnes de façade à façade.  Une large consultation a eu lieu avant l’entrée n vigueurs des nouvelles lois en la matière. Tout ce qui est pendulaire passe dans un périphérique créé pour cette occasion. Les Politiques ont eut un authentique courage d’oser briser le tabou.

    Le projet le moins satisfaisant, c’est le « mariage » entre tous les protagonistes de la route. Création de zones de rencontres. Piétons-vélos-voitures-lieux de rencontres-parking, zones blanches, de déposes pour les commerçants, etc.etc.

    Surtout  que Carouge bénéficie de 3 parkings souterrains, places de l’octroi, de Sardaigne et Centre communal.Les gens qui viennent faire leurs courses se parqueraient au soutterrain. En plus de ça, la Cité Sarde est desservie largement par les TPG.

    Ces nouvelles composantes sont à discuter, rien ne doit être négligé. Necessité est de travailler intelligemment en se posant les bonnes questions.

    Je vais stopper là mes propos. Pourquoi ? Ils sont utopiques et irréalisables. Ca fait des années que l’on discute de la zone piétonne à Carouge. Ailleurs aussi on en parle, notamment en Ville de Genève.

    Pour atteindre ce nouveau de mode de vie, l’eau a le temps de couler sous le pont de Carouge ! Pourtant, Carouge, ville Sarde, aux allures de provence avec tout son charme, pourrait se mettre encore plus en valeur si à tout le moins les Autorités avaient le courage d’orienter le débat avec une grande zone de rencontre. Si au moins des Conseillers municipaux courageux lançaient le projet de zone piétone à Carouge.

    Merci les Visionnaires de se pencher sur ces questions. N’en demeure l’évolution

    Bonne journée

    Lien permanent Catégories : Carouge 0 commentaire
  • Les 4 x 4 rapportent gros aux pompistes !

    Imprimer
    Les 4 x 4 rapportent gros aux pompistes!

    Incroyable l’ascenseur qu’a pris l’essence. Bientôt le litre sera à Frs 2,10. Ca n’empêchera pas les voitures de faire le plein !

    Evidemment Genève est dans les villes les plus cher.

    La « Julie » parle aujourd’hui du litre à 2 balles 10, les vacances deviennent luxe. Aujourd’hui, tout a un coût.

    Il ne faut pas prendre la voiture pour prendre la voiture. Prendre les TPG ? C’est vrai le billet n’est pas bon marché. Toutefois, si vous calculez le bien avec un abonnement vous vous apercevrez que l’économie existe réellement.

    En avion ou en voiture, c’est vrai que les vacances ont un coût. Les trucs économiques expliqués dans la « Julie » sont intéressants. L’écodrive en est un. Je connais une personne qui a suivi les cours au TCS pour apprendre l’écodrive. Il semble au prime abord que cette technique a en effet des effets positifs.

    C'est monstrueux ce consomme les 4 x 4 !

    La semaine dernière j’évoquais les « petits » et les 4 x 4. Ces même 4 x 4 qui doivent rapporter gros aux pompistes.  Le plein environ 60 litres, paf ça coûte ce jour Frs 121,20. A ce sujet, on devrait interdire les 4 x 4 en ville. S’ils sont peut être utile en campagne, en montagne, ils ne le sont pas, absolument pas, utile en ville. C’est du snobisme, du matuvu. Je ne pense même pas à un laissez-passer ou un impôt spécial. Je dis carrément NON au 4 x 4 en ville, je le répète et je le répèterai demain encore.

    Je reviens au prix de l’essence. Bien sûr que les billets d’avion augmentent. Je le vois avec un voyage que j’organise pour la fin juillet début août à Rome pour une société. Il y a 6 mois le billet d’avion était à Frs 158,-- sans les taxes. Aujourd’hui, il est à Frs 378,--. J’ai appelé l’agence de voyage qui m’a narré que la faute reposait sur l’augmentation du « liquide ».

    Tout augmente. Le lait, le beurre, le pain, bientôt les cigarettes et ce qui préoccupe le présent blog, l’essence. N’oublions pas que les CFF ont procédé à une augmentation de 0,9 .

    Mais jusqu’où iront ces augmentations. Et les salaires ? Et l’inflation ?.

    Bientôt ont va dire, rien ne va plus.

    Une chose est certaine, Genève est cher. Une amie qui vit à 60 klm de Genève, trouve qu’à Lausanne la vie n’est pas si cher.

    Allez bonnes vacances à ceux qui partent en voiture.

    Et bannissons ces 4x4 du centre ville !

    Je vous encourage à lire la page 3 de la TdG. Intéressant.

    Bonne journée

    Lien permanent Catégories : Economie 7 commentaires
  • 47 % pour Barack OBAMA Président ?

    Imprimer
    Le futur Président des USA ? Les sondages le donne vainqueur à 47 % contre 40 % pour son rival républicain.

    Dans quelques mois nous connaîtrons le nom du nouveau locataire de la maison blanche.

    Personnellement, je penche pour le Sénateur Barack OBAMA.

    Il est jeune, une « gueule » sympa., intelligent. Il me fait penser à Kennedy. Il a beaucoup de charisme.

    Je pense très sincèrement que ce candidat est l’exemple même d’un homme au costume présidentiel. Il n’est pas comme ces chefs d’Etat qui ne voient que leurs propres intérêts. Il n’a pas l’allure qui accorde des faveurs aux plus forts au détriment des plus faibles ou même en ignorant les besoins de ces derniers. Il se distance des « communs » car il considère les plus démunis et n’as pas l’intention de les laisser en marge de la société comme des parias.

    Barack OBAMA est une chance pour des Etats-Unis. De couleur noire n’a aucune importance.

    Il un esprit ouvert pour expérimenter une politique réellement du centre au Etats-Unis.

    J’ai lu avec beaucoup d’attention son programme. C’est un document qui est parlant pour moi. En effet, je relève que le candidat propose notamment de redonner une vision au Etat-Unis en étant un exemple en rétablissant le multilatéralisme car l’union fait la force. Il voit les USA plus interventionnniste (Congo, Darfour et Libéria). Il veut améliorer la sécurité sanitaire mondiale. Mettre sur pied un plan pour arrêter la guerre en Irak. Combattre la pauvreté en mettant en place des formations pour ceux qui sont sans emploi, assurer la liberté de syndicalisation, aide aux plus pauvres pour trouver les crédits d’investissements dans une entreprise, création d’incubateur d’entreprises. Création d’un fond visant à aider les prisonniers à se réinsérer. Développer les maternelles aussi pour les plus pauvres. Améliorer les conditions du logement en créant un fond public et en combattant les fraudes aux hypothèques et les prêts pourris (enfin la crise des Subprimes). Etc. etc.

    D’aucuns pensent que Barack OBAMA est un socialiste. Je pense que c’est plus tôt un centriste. Ce jeune candidat  est un homme de la politique de grands travaux. On sent en lui l’envie de s’attaquer aux grands problèmes des States. Il représente l’espoir d’un monde meilleur. Il respecte les différence en soutenant notamment la cause des homosexuels.

    Evidemment c’est toujours mieux à côté ! Evidemment il est parfait sans être parfait ! Barack OBAMA est intéressant, c’est une chance pour les Etats-Unis.

    Il était temps pour les USA qu’un tel Homme arrive enfin pour relever le niveau du nouveau continent. C’est l’homme providence pour les Etats-Unis.

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • UBS, fraude fiscale ???

    Imprimer

    Tourmante à l’UBS ?

    Nouveau scandal financier ?

    La dépêche est tombée le 20 juin dernier à 13 :10.06 ( !).

    Compte tenu du cadre lié à des soupçons d’incitation à la fraude fiscale qui planent autour de l’UBS, la Confédération a décidé d’envoyer dans la capital des Etats-Unis une délégation  qui doit aborder la question de l’entraide sollicitée par les autorités américaines.

    Que se passe-t-il donc à l’UBS ?

    La dépêche dit ceci : Il s’agit de discussions techniques avec des représentants de la justice des USA, a indiqué le porte-parole de l’Office fédéral de la Justice (OFJ), revenant sur une information du « New York Times ». La délégation comprend des personnes du Département fédéral des finances (DFF) et de l’OFJ.

    C’est à la demande des Etats-Unis que la suisse vient en aide à la justice américaine dans le cadre des investigations touchant à des soupçons d’aide à la fraude fiscale apportée par l’UBS. Les Autorités américaines attendent du numéro « one » bancaire Suisse qu’il livre des données d’un nombre de riches clients pouvant atteindre 20'000.

    Toute l’affaire serait partie d’un ancien gérant de fortune de l’UBS de nationalité américaine, Monsieur Bradley Birkenfeld, 43 ans. Ce dernier s’est contraint de plaider coupable, jeudi devant un juge fédéral de Floride, pour avoir aidé des riches concitoyens à cacher jusqu’à 200 millions de dollars en Suisse et au Liechtenstein.

    Le prévenu a reconnu avoir effectué de nombreux voyages entre les States et l’Europe de 2001 à 2006 pour aider les clients, en particulier son co-accusé, un magnat de l’immobilier, à dissimuler des avoirs, et à réaliser une économie d’impôts évaluée à 7,2 millions de dollars au total.

    C’est juste incroyable , ce montant est pharaonique. Voilà l’UBS dans de beaux draps. Déjà l’affaire des subprimes et maintenant une dissimulation de millions de dollars.

    Au fond, je commence à me demander si ces paniers de crabes  sont vraiment net. Où se situe la confiance? L'ouverture à la fraude fiscale est-elle uniquement aux USA où dans d'autres pays; nous allons être supris ?

    C’est la surprise totale de réaliser les doutes qui planent au dessus d’un établissement bancaire de renommée mondiale. Sans chauvinisme c'est moche pour la Suisse; la carte de visite est entachée.

    Tôt ou tard, tout se découvre. Cette semaine j’ai fait allusion au dopage. Mais quelle bande d’idiots, un jour ils sont coffrés, par surprise.

    Evidemment, que je fais confiance à mon banquier. Je devrais dire « je faisais confiance » car nous pourrions sans menotte imaginer que les grandes banques comme l’UBS soient mises sous enquête fiscale helvétique. Vu l’importance du pactole de ces institutions cela paraît difficile pour s’y retrouver.

    A la décharge des fraudeurs je ne voudrais pas être leur avocat.

    Ce qui m’interpelle dans toutes ces « magouilles », car il s’agit bien là de « magouilles », c’est la naïveté des  clients.

    Ce qui serait intéressant c’est de connaître la manière de découvrir le  pot au rose. Parfois, le hasard, d’autre fois, une méfiance suivie d’une enquête à l’interne. Une dénonciation, une écriture comptable louche, etc. Cette interrogation est peut être naïve, toutefois, elle mérite d’être expliquée au bons citoyennes et citoyens.

    Òù sont les « gendarmes » de la finance, comment opèrent-ils. A quel moment, il y a  dénonciation chez le  Procureur Général.

    Sommes-nous au sommet de la pyramide ? Comment vont évoluer les banques ? Et l’inflation ?

    Le seul bonus de cette affaire c’est l’entraide demandée par les Etats-Unis, l’ODJ.

    C’est la triste histoire d’une banque, la première de la Confédération Helvétique, l’une des plus espacées mondialement. Que s'est-il réellement passé, des soupçons d’incitation à la fraude fiscale.?C’est peut être une goutte d’eau dans l’océan !

    Les ex-gagnants sont ceux qui ont fait des économies fiscales !

    Sur ce, je vais compter la monnaie dormant dans mon porte monnaie et aller acheter un petit pâté chez l’excellent boucher-charcuterie Brönnimann et fils, à Carouge la plus belle ville du monde !!!

    Bonnde reprise ensoleillée.

    Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire
  • J'ai failli me faire casser la "gueule" !

    Imprimer

    Incivilités ? Oh toi incivilités qui s'installent gentiment dans la vie, es-tu là ? Je prétends que oui !

    Mes chers Amis je suis chaud au point de péter un câble. Il y a des moments pour on ouvre le couvercle et tout s’évapore. Tel est la situation dans laquelle je me trouve actuellement.

    Suis-je « space », badadia, à côté de la plaque ?

    D’aucuns pourraient le penser, qu’ils le pensent, il sont dans le faux. Beaucoup de mes amis pensent à contrario que j’ai toute ma tête, un bon esprit, bref que la machina tourne ronde.

    Que s’est-il passé ?

    Carouge : au carrefour place du Marché, rues de Vautier et de Veyrier. Zone à 30 à l’heure, le corollaire le respect du céder le passage pour les véhicules venant de droite.

    Venant de la rue Vautier je laisse donc, étant respectueux des valeurs de la circulation, le passage au véhicule venant de ma droite, soit venant de la rue de Veyrier. Très poli que je suis et respectueux du code de la route, je le répète, je fais signe avec la main de passer.

    Figurez-vous que le « mec » à qui je laisse tout sourire le passage, descend de sa voiture vient à moi rouge de colère  me flanquer une « bordée » que même mon père ou ma mère m’a infligée étant gosse. J’ai eu droit à tous les noms d’oiseau : pauvre con, connard, imbécile, trou du c…, j’en passe et des meilleurs. De ma voix intimidée, je l’avoue, je lui explique tranquillement qu’il a la priorité sur moi. Là, le « mec » monte le volume et gueule encore plus fort. J’en suis resté tétanisé. Raide sur le carreau. Lui, a littéralement explosé et implosé, à vous de choisir, moi je prends les 2.

    Ce qui veut dire que le « mec » ne connaît pas le code de circulation et le calme. Je plains sa femme, ses enfants, ses amis, à ce rythme caractériel, est-il marié, a-t-il des enfants et des amis.

    Pourtant, il me semble que la pleine lune est passée, que c’est la fin de la semaine donc la joie de vivre.

    Mes chers Amis j’ai vraiment eu la trouille de me ramasser une pêche, ou que sais-je.

    Enfin, le pire de tout ceci et de tout cela, c’est le fait qu’il n’y a eu aucune réaction des gentils badauds, ces spectateurs du moment, celles et ceux qui se réjouissent de l’altercation.  Si la fièvre aurait gravi le degré supérieur, je veux dire en arriver au mains, auraient-ils enfin appeler la police.

    Tout ça pour vous dire que les incivilités existent même lorsque nous sommes dans nos bons droits.

    Mais les gens deviennent dingues. Certains sont carrément schizophréniques !

    Mais dans quel monde vivons-nous ? La jungle ? Un monde fricotant avec les incivilités ?

    De vous avoir écrit cette triste histoire, je me sens mieux !

    Bon week end.

    Lien permanent 1 commentaire
  • Plaidons en faveur des réfugiés....

    Imprimer
    Je ne suis pas certain que  vous lisiez sur internet le message ci-dessous, à savoir :

    Communauté chrétienne et juive plaident en faveur des réfugiés.

    A l’occasion de la journée mondiale des réfugiés, les Eglises suisses et la communauté juive lancent un appel en faveur de l’accueil et de l’intégration. Elles soulignent le besoin de protection des réfugiés mais aussi l’apport de ces derniers à la société.

    Quelques 33 millions de personnes sont actuellement en fuite dans le monde, écrivent dans un communiqué commun la Fédération des Eglises protestantes, la Conférence des évêques suisses, l’Eglise catholique-chrétienne et la Fédération des communautés israélites. Elles dénoncent l’indifférence médiatique dans laquelle se joue très souvent le drame des réfugiés, que ce soit au Tchad, en Irak ou en Thaïlande.

    La Suisse aussi accueille des réfugiés, rappellent les différentes communautés religieuses. En 2007, 10'000 demandes d’asile ont été déposées, dont les trois quarts ont été acceptées. Il s’agit maintenant d’intégrer ces personnes dans la société.

    Pour y parvenir, les autorités ont besoin de l’ouverture de la population. C’est pourquoi les Eglises protestantes et catholiques ainsi que la communauté juive prient leurs coreligionnaires d’accueillir ces démunis et de les aider à se construire une existence propre. De nombreux exemples prouvent les succès de l’intégration notent-telles.

    Ceci dit, je suis écoeuré de constater que la Chambre des représentants américaine a adopté jeudi soir un projet de loi de compromis sur le financement des opérations militaires en Irak et en Afghanistan. L’enveloppe de près de 162 milliards de dollars est censer financer les opérations militaires jusqu’à l’été 2009. Ce qui veux dire ce que ça veut dire, la guerre avec tout ce qu’elle comporte va durer à tout le moins encore une année.

    J’espère qu’avec Barack OBAMA ça changera. Vive Barack OBAMA.

    Je reviens aux réfugiés et prient pour eux. Ce soir j’allumerai une bougie sur le rebord de ma fenêtre.

    Bon week end.

    Lien permanent 0 commentaire
  • Bientôt on ne pourra plus faire l'"amour" ou on veut !!!

    Imprimer

    Bientôt on ne pourra plus faire l’  « amour » où on veut !!!

     cigarette écrasée

    Que d’interdictions planent en dessus de nos têtes !

    Il y a en une qui m’interpelle. La fumée. Toute nouvelle et très, trop, contraignante. Je vais un court instant être l’avocat des fumeurs. Moi même, j'ai arrêté il y a 5 ans.

    Le Conseil d'Etat genevois rappelait que la mesure tendant à ne plus fumer dans les lieux publics avait été plébicitée par les genevois, 80 % le 24 février.

    30 juin à minuit le glas sonnera douze coups. 1er juillet ça y est la cigarette sera interdite dans les milieux publics. Restaurants, établissements de soins, écoles, mairies, centre commerciaux. Le paradoxe ? Il y en a 1 ! Celui d'autoriser de fumer dans une chambre seul  et autres lieux de soins ou de séjour des milieux hospitaliers, alors qu'aux HUG l'interdiction demeure déjà sur l'ensemble des bâtiments et ce depuis des lustres.

    A Madrid on peut fumer où on veut pour autant que les proprios de bistrots l’autorisent explicitement et sous condition que les locaux soient bien séparés et bien aérés. Chacun est libre de faire comme il le veut. Chacun est responsable devant son prochain. Et tout se passe merveilleusement bien et quant tout est égal au nirvana, il n'y a plus d'histoire. Globalement, les protagonistes de la cigarette ne se pleignent pas.

    Je pense que la droite Helvétique n’a pas été dans le faux en imposant la possibilité d’exploiter des établissements fumeurs lorsque les locaux séparés  peuvent être créés.

    Les débats au National ont été rudes sur ce sujet qui touche le tout un chacun. La commission du Conseil national a persisté à refuser, à neuf contre huit une protection généralisée des travailleurs de la restauration contre la fumée passive. Selon le Temps, c’est donc la position soutenue par les associations patronales et singulièrement par Gastrosuisse, qui l’emporte. A une exception près : les canton demeureront libres, d’adopter des dispositions plus restrictives comme six d’entre eux, dont Genève, l’on déjà fait et comme d’autres s’apprêtent à le faire.

    Je suis d’accord, il y a des personnes qui ont attrapés le cancer dû à la fumée passive. Je suis d'accord que la fumée peut déranger.

    Je prétends que l’on ne peut pas interdire un restaurant de bannir la cigarette lorsqu’il y a deux salles bien distinctes et permanentes.

    Enlève-t-on une liberté aux restaurants ?

    Est-ce une mode d’interdire de fumer ? Les lobbies exsitent depuis des lustres.

    Je me suis aperçu lors d’un mariage d’une part, et d’autre part à la salle des fêtes de Carouge qu’il y a encore beaucoup trop de fumeur. Fallait -ilvoir le monde sortir pour fumer. La consomation diminue certes, mais pas dragstiquement chez les fumeurs.

    La loi est-elle trop stricte ?  Dans un bistrots, limitation de l'alcool, plus de fumée, quel plaisir d'aller au restau.? Attention aux amendes, elles seront aussi salée que les flûtes de l'apéro.

    Dans la mesure où au fond on continue à vendre des cigarettes je dis oui. C’est à la racine qu’il faut être plus sévère. Je ne suis pas certain que l’économie de marques de cigarettes voit ses bénéfices diminuer en raison de restrictions. Les tabacs continuent et continueront à vendre des « clopes ». Si je devais faire un parallèle je l’orienterais vers l’essence ; cette dernière pourrait monter à Frs 3,-- le litre, qu’elle serait consommée tout autant. Si on veut rendre l'interdiction de fumer forte, faudrait-il ne plus les vendre.

    Les fumeurs sont-ils pénalisés ? Je dis non puisqu’ils continuent à fumer à l’extérieur. Si ceux-ci sont suicidaires en fumant c’est leur problème. Ce qui me chicane dans ce « binz » c’est le principe d’interdiction totale. C’est trop excessif. Si on veut taper un bon coup et au bon endroit, faudrait-il interdire la vente de cigarettes.

    Aujourd’hui, nous interdisons de fumer dans les lieux publics. Demain, ce sera sur le trottoir; il faut voir le nombre de mégots. Ils sont par centaine. Allez tard un soir voir l’état du trottoir longeant un restau.

    Je pense que des locaux fumeurs peuvent être aménagés. Le Conseil fédéral le prévoyait à condition d’être bien séparés du reste de l’établissement et bien aéré.

    La clientèle peut être partagée, ici on fume, ici on ne fume pas.

    Au fond ce problème de la cigarette devrait tout comme l’alcool être enseigné depuis tout petit. C’est là qu’il faut indéniablement « taper » en faisant de la prévention près adolescence. N’apprend on pas l’ABC dès que l’enfant parle ? 

    Ce qu'il faut surtout et surtout c'est mettre un accent sur une plus forte prévention. En interdisant à tout bout de champ, on déresponsabilise les gens. Si ces derniers ont envie de boire on ne peut pas les interdire, s'ils ont envie de se droguer on ne peut pas les interdire, s'ils veulent se suicider c'est leur problème.

    Je me pose pas mal de questions sur cette interdiction de fumer car elle mérite d'être réfléchie et de bien peser le pour et le contre. N'en demeure pas moins que le peuple a mis un frein à la cigarette et que démocratiquement nécessité est de respecter ce choix.

    Provocation à 2 balles en forme de clin d’œil : Bientôt les femmes ne pourront plus se promener en jupe courte, on ne pourra plus rigoler, les seins nus seront interdits, le string sera interdit, on ne pourra plus faire l’amour quant bon nous semble… !!!! Je n’irai pas jusqu’au dévergondage, tout de même j’ai été éduqué !!!

    Bonne journée.

    Lien permanent 6 commentaires
  • Recul des morts sur les routes ?

    Imprimer
    Moins de mort sur les routes

    Bonjour Ami blogueur !

    J’ai lu sur internet qu’il avait un recul des accidents sur les routes, le corollaire moins de morts et de blessés. C'est tant mieux !

    En 2004 en Suisse, selon L’OFS le nombre de décès était de 510. Le nombre de blessés graves a également diminué de 5528 à 5059, ce qui représente un recul de 8 %.

    Selon mes sources, la forte diminution du nombre de morts et de blessés graves en 2005 est d’autant plus remarquable que les résultats de 2004 constituaient déjà un record absolu des 20 dernières années.

    Selon le « Matin » en France ce sont 4620 personnes qui ont trouvé la mort dans un accident de la route en 2007, soit une baisse de 1,9 % par rapport à 2006.

    Le nombre de morts sur les routes a diminué en moyenne de 3,4% par année depuis 1995. Selon l’OFS l’âge moyen des personnes tuées est de 46 ans pour les automobilistes, de 39 ans pour les motocyclistes et de 65 ans pour les piétons. S’agissant du nombre global de victimes (blessés et tués), les classes d’âge entre 18 et 25 ans sont les plus touchées.

    Toujours l’alcool, j’en ai parlé hier. Toutefois, il est remarqué que les gens boivent moins. En effet, selon l’OFS, le nombre total des morts et des blessés graves dans les accidents où l’alcool était en cause a diminué de 14 % en 2005. C’est encore trop de « bourrés ». Il y a aussi les accidents dus aux substances psychotrope, aux inattentions et à la vitesse.

    J’ai remarqué en allant souvent à Lausanne que les radars tous les cinq kilomètres heure avaient fait dès le début de leur installation ralentir les voitures. Maintenant que d’aucuns savent où ils se trouvent, ils appuient  sur le « champignon » et remette la gomme entre deux radars.

    Il ne faut pas oublier les petites infractions qui peuvent conduire à un accident. Je pense au téléphone portable, manger en conduisant, etc.

    Mais que fait la police ?! Cette petite phrase symbolique n’est pas anodine. Par exemple sur les autoroutes ont rendrait mobile les radars, les gens en aurait pour leur « pomme » ne sachant pas demain où se trouve la machine à flacher.

    Je pense qu’il est nécessaire que la police renforce ses contrôles, partout où les voitures roulent. Il n’y a pas assez de démarches pour obliger les conducteurs à être plus responsable devant les lois sur la circulation routière. Chacun est responsables de sa vie. C’est basique mais c’est ainsi. Chacun doit faire attention de ne pas mettre en danger la vie des autres. Ca c’est aussi basique mais Oh combien vrai. Si chacun respectait le code de la route à la lettre, il y aurait encore moins d’accidents.

    Qu’en pensez-vous chers collègues blogueurs ?

    Bonne journée.

    FVN

    Lien permanent 0 commentaire
  • Conduire "bourré" mérite d'être puni sévèrement

    Imprimer
    Pas assez de contrôle de police ?

    Je trouve qu’il n’y a pas assez de contrôles de la police.

    L’autre soir, dans un restaurant, des clients prenaient sympthiquement l’apéro, puis on bu en mangeant, puis pris des pousse-café  et pour bien finir la soirée des whiskys. Je pense que le 0,5 était largement dépassé. Et pour couronner le tout, ces personnes sont montées dans une voiture et hop départ. Je ne suis pas certain que le conducteur était apte à conduire.

    Ce qui m’épate c’est le risque pour soi-même, et surtout celui de la vie d’autrui.

    Il est vrai que les conducteurs font plus attention à la « bibine ». Ils sont moins enivrés qu’un certain temps. Ce n’est pas encore le nirvana, mais bon il y a du progrès.

    Je me souviens très bien d’un ami avec lequel je devais fêter avec plein d’amis nos 20 ans.

    Pour l’organisation d'une fête pour cette occasion rendez-vous dans un troquet à 18 heures. J’y étais à l’heure. Vers 18 h 45, le copain n’étant pas encore là je lis l’ancienne Suisse. Que vois-je dans les avis mortuaire mon copain. Mort, adieu l’ami. En fait, il s’est fait rentrer dedans par un malfrat qui était complètement ivre. Depuis ce jour là, je ne bois plus en prenant le volant. Je ne bois plus et ne fume plus depuis 5 ans.  Pour moi et pour les autres c’est faire preuve de diligence et surtout de respect. J’avoue qu’il faut avoir une sacrée prise de conscience pour arrêter en même temps ces deux « empoisonnements ».

    Lors de soirées à la salle des fêtes de Carouge, les gens picolent et indéniablement ne sont pas apte à prendre le volant. Que faire ? Prendre les clefs ? Signaler à la police ? Pas évident la décision.

    Dans l’idéal absolu, il faudrait dès le début de la soirée que tout automobiliste ne boive pas ou alors donne les clefs de sa voiture à sa femme, sa copine, un ami qui sais-je. Cela serait une preuve de prise de conscience et d’honnêteté ; « je ne veux pas me mettre en danger et surtout mettre en danger les autres ».

    Je pense qu’il n’y pas assez de contrôle de police. Si des barrages étaient dressés plus souvent pour contrôler les conducteurs, il y aurait plus grand progrès. Sur ce sujet, je pense que la peur du gendarme existe. L’amende, voire le retrait de permis est poignant pour un automobiliste. Je n’ai de cesse de penser que le laxiste ne rend pas service. Dans le cas qui nous préoccupe ce jour, une bonne punition marquerait une certaine ouverture de l’esprit, en découlerait une halte à l’alcool lorsqu’il y a utilisation de la voiture.

    La justice devrait également être un peu moins laxiste et punir à la juste valeur. Une condamnation, boum 3 ans avec sursis et Frs 5'000 d’amende.

    Vous l'aurez compris, je soutiens la police dans ses démarches de contrôle.

    Deux, trois exemple de ce type et je suis quasi certain que les « fêtards » se contrôleraient mieux.

    Boire ou conduire il faut choisir !

    Lien permanent 2 commentaires
  • Les petits et les 4 x 4 polluant....

    Imprimer

    Le monde des 4 x 4

    Entrons dans le vif du sujet !

    Parfois c’est à hurler de rire !

    Ils n’en peuvent rien d’être petit, la nature en a voulu ainsi.

    J'ai lu dans un journal que les "petits" avaient besoin de se rehausser, il leur fallait un « truc » leur permettant d'être à la hauteur, la bonne hauteur.

    Je vous vois avec vos questions, vos inquiétudes, mais que veut nous dire l'auteur de ce blog.

    Je vous laisse deviner !

    Chaque fois que je vois une petite personne monter dedans, je souris. C’est presque un « hissement » avec le treuille. Du sol au siège, il y a plus d’un mètre. C'est un "veau" qui pollue.

    Je ne vais pas vous laisser plus longtemps l'esprit interrogatif.

    Il s’agit des 4 x 4. C’est grosses « machines ». Ces « tanks ». Il faut presque une grue pour se hisser dans  l'habitacle !!!

    L’autre jour, je buvais un jus sur une terrasse. Devant moi, parqué un 4 x 4. Une petite dame bon chic bon genre, ouvre sa « bétaillère ».  Elle saisit  une poignée et fait un effort de tous les diables pour se hisser dans son char. Ouf après un exercice digne du lever du poids, la petite dame est enfin assise. Et hop, j’y suis, je peux démarrer.

    C’est incroyable ces engins, il pollue, c’est pas simple pour se hisser à l’intérieur, pour se parquer il faut la place des grands jours.

    Ces gros « calibres » ? Serait-ce le moyen de se rehausser dans notre société. Est-ce que ça comblerait un manque psy ?!

    Une initiative roule en Suisse. Elle émane des jeunes Verts. Elle s’intitule « Pour une mobilité humaine et durable ». Elle vise à bannir les véhicules les plus polluants, dont les 4 x 4 des routes Suisses. Pour l’instant, il manque 15'000 signatures pour qu’elle aboutisse pour être déposée à la Chancellerie fédérale.

    S'il ressort des urnes un oui à l’initiative, comment vont compenser les personnes proprio d’un 4 x 4 ? Je ne vois qu’une solution, acheter un cheval, c’est haut et au galop ça peut dévaler aussi vite. Ainsi Madame, petite Dame, pourra dire que son moyen de locomotion lui permettra de rester à la hauteur des personnes normales !!!! Je suis à la hauteur de ce que j’attends de la vie ! Et pis, avec un cheval elles en auront des « chevaux » dans le moteur pour mieux se déplacer.

    Je soutiendrai cette initiative. Pour ce déplacer, pas besoin d’un « tank ». Se cache en mois un côté écolo. Je ne comprends pas que l’on achète une grosse voiture alors qu’ une bonne Opel, notamment, modèle standard suffit. On y met 5 personnes + les valises.

    Espérons que l’objectif des jeunes Verts aboutisse !

    Vous l'aurez compris, je ne cautionne pas les 4 x 4 surtout en ville.

    Allez je vais sauter sur ma trottinette, c'est moins polluant, et me rendre au centre de Carouge boire un petit café !

    Tout de bon à vous chers blogueurs.

    François Velen

    Lien permanent 41 commentaires
  • Jeux interdits !

    Imprimer
    Limiter les âges pour les jeux violents.

    J’ai lu un article sur le matin qui m’a interpellé. Il a attrait à la majorité politique qui veut interdire les jeux violents. Jeux violents concernant ceux notamment d’internet où il y a de la tuerie, des poursuites, des morts, de la drogue. Evidemment ceux aussi dans le commerce

    Jusqu’à présent, l’âge limite n’était pas fixé. Nécessité est donc d’avoir une base juridique pour interdire de jouer avec la mort, pensent les dirigeants des partis gouvernementaux. L’impact de ces jeux et les drames impliquant de jeunes joueurs relance le débat.

    Il est vrai que tous ces jeux sur écrans où il y a du sang, où la mort traîne, où l’on voit la drogue trafiquoter font que malheureusement certains jeunes s’identifient à leurs idoles et veulent s’identifier aux vedettes virtuelles. En s’identifiant à tel où tel héro, ces jeunes frôle moralement la mort, le danger.

    Le virtuel n’a pas de limite. Il n’y a pas de loi cadre pour réguler le code du virtuel.

    Selon une enquête du «Dimanche Matin » menée auprès des partis gouvernementaux, une claire majorité devrait se dégager des chambres fédérales pour voter cette année une motion exigeant l’interdiction de la vente de tels jeux pour les jeunes enfants et les adolescents en Suisse (ndleMatin).

    Le PDC, parti de la famille, donc soucieux de cet état de fait, le texte (dit le Matin) laisse entrouverte une solution moins drastique, à savoir un respect contraignant des âges limites indiqué sur les jeux. Pour l’heure, les producteurs et les distributeurs opèrent cette prévention sur une base volontaire et sans grand succès. Seul le canton de Vaud a adopté une loi qui rend punissable la vente à des mineurs de jeux réservés aux plus de 16 – 18 ans. Indiquer sur l’emballage les risques mentaux que comportent le jeu est déjà un pas en avant,toutefois se n’est pas assez contraignant. Nécessité est d’être plus drastique et cesser la vente.

    Evidemment, il ne faut pas supprimer tous ce qui est électroniques. Il existe des jeux intéressants, sans gravité, sans bagarre. Je trouve que nous vivons un certaine liberté des jeux informatiques qui ne sont pas toujours adaptés au développement des jeunes, des enfants.

    C’est tant pis, pour les commerçants qui perdront une manne commerciale. Je pense que l’avenir des jeunes qui entrent dans la société, la vie quotidienne a un prix bien plus cher, pour autant que les parents veuillent aussi jouer le jeu, celui d’une bonne éducation.

    .

    Ces derniers peuvent détourner l’esprit des jeunes et leur donner une mauvaise image de la vie. Ce qu’ils regardent sur l’écran n’est pas le plus souvent la réalité dans la vie et c’est tant mieux. C'est mettre à sac l'esprit des jeunes.

    Je suis d’accord avec un régime 0. Plus de violences, plus de vente de films où il n’y a que de la bagarre, du sang, des morts.

     Ces jeux peuvent donner des idées mal saines aux jeunes. Je n’ai de cesse de dire qu’il faut soutenir une loi cadre afin de déterminer où doit s’arrêter avec la législation. A quelle moment la loi est applicable et qu’elles sont les peines pouvant être infligées tant aux parents des jeunes qu’aux marchands

    Qu’elle éducation pour nos enfants. Il faut sensibiliser les parents dans leur travail de famille.

    L’intérêt commercial se verra lésé, et alors ?! Qu’est ce que l’on vise, le commerce ou l’éducation des enfants ? En fin de compte qu’est ce qui est important de sauver, l’économie ou l’être humain ?

    J’ai lu dans le « Matin » : Tout le monde reconnaît que ces jeux violents posent problème mais personne n’agit, il ne suffit pas de dire aux cantons qu’ils doivent agir, alors que les bases légales pour le faire sont peu claires et peu efficaces. Il faut espérer que la motion PDC demandant un régime d’interdiction sera enfin traitée cette année par le parlement.

    Je ne pense pas qu’un régime d’interdiction découragera la production de tels jeux qui nécessitent de colossaux investissements. Privée de pub et de vente légale reléguée au piratage sur Internet, l’industrie de la mort virtuelle s’essoufflera. On verra si la Suisse ose donner un tel signal dans ce business mondial qui pèse que 35 milliard de francs (nd  « le Matin"

    Je subodore qu’il est nécessaire de revoir la loi pour interdire les jeux violents et l'éducation des enfants et ado. ne s'en porteront pas plus mal. Enfin, je trove ces jeux un peu "culcul la praline!!!"

    Bon début de semaine.

    François Velen

    Lien permanent 0 commentaire
  • Entre Arve et Rhône, action !

    Imprimer

    Contrat de rivières transfrontalier J’ai reçu une brochure intitulée « Contrat de rivières transfrontalier » entre Arve et Rhône et action. Ne sachant pas si vous l’avez reçue, la trouvant intéressante, je vous livre 1 extrait extraits.

     

    289377290.jpg

    1453323994.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La visibilité n'est pas super bonne, cela dit on arrive à lire !

    Je trouve ce conrat intéressant dans la mesure où il évoque le devenir de l'Arve et du Rhône. Le paterneriat franco-suisse est certainement très important. Il prend des mesures pour l'avenir. Surtout que bien des rivières genevoises prennent leur source en France. Je vous laisse à la lecture du conrat et de l'édito.

     

    Bon dimande.

     

     

    Lien permanent 1 commentaire
  • La justice sans la force est impuissante ?

    Imprimer
    La justice sans force est impuissante.

    Il me semble parfois que la justice est trop laxiste. Vrai ?

    Je trouve que la justice n’est pas assez juste. Nombre de personne sont poursuivies pour des actes contraire à la justice. Nombre de prévenus ne sont pas assez punis. Prenons un exemple celui des administrateurs de Swiss ; la justice est-elle trop gentille, placide ? Prochainement, nous allons assister au procès des protagonistes de la BCGe. Seront-il punis à la juste valeur de leur délit.

    Je ne sais si je me trompe, la justice est parfois partial. Est-elle impuissante ?

    Si dessous, un texte de Blaise Pascal. Il évoque la justice. Etant aujourd’hui un peu flegme, c’est samedi, je vous retranscrit ce texte, charge à vous de le comprendre !!!!

    « Il est juste que ce qui est juste soit suivi ; il est nécessaire que ce qui le plus fort soit suivi. La justice sans la force est impuissante ; la force sans la justice est tyrannique. La justice sans force est contredite, parce qu’il y a toujours des méchants ; la force sans justice est accusée. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force, et pour cela faire que ce qui est juste soit fort, ou que ce qui est fort soit juste.

    La justice est sujette à dispute ; la force est très reconnaissable et sans dispute. Ainsi on n’a pu donner la force à la justice, parce que la force a contredit la justice et a dit qu’elle était injuste, et a dit que c’était elle qui était juste. Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste.

    Ne pouvant faire qu’il soit forcer d’obéir à la justice, on a fait qu’il soit juste d’obéir à la force. Ne pouvant fortifier la justice, on a justifié la force, afin que le juste et le fort fussent ensemble, et que la paix ut, qui est le souverain bien. »

    Cette explication sur la justice me dit qu’il faut un peu de force moral pour punir. Je me pose la question si la justice est toujours juste avec elle-même. Si les hommes et les femmes n’ont pas détourné le vrai sens de la justice. C’est vrai, dans nombre de procès, la peine infligée paraît parfois légère, voire des moindre. Peut ont appeler ceci du laxisme juridique. Est que la justice qui doit être rendu est biaisée par la gentillesse la compréhension psychologique des juges ?

    Justice es-tu assez juste ? Le juge est-il assez juste avec l’application de la peine ?

    Je reviendrai sur ce sujet plus longuement.

    Bon dimanche et à tout soudain.

    François Velen
    Lien permanent 0 commentaire
  • OPUS DEI, lettre du Prélat (juin 2008)

    Imprimer
    L’OPUS DEI

    Il n’y a pas si longtemps que ça, j’évoquais sur mon blog les activités de l’Opus Dei. Secret ou Discret, tel était mon propos.

    Aujourd’hui, je viens avec un document, une lettre du Prélat (juin 2008).

    « Connaître, faire l’expérience, vivre, témoigner : ces quatre mots résument la manière pour les chrétiens de correspondre à l’Amour de Dieu ». C’est de cette fréquentation de Dieu, un dieu avec un cœur de Père, que traite la lettre du Prélat l’Opus Dei (ndinternet).

    Je vous livre cette lettre un peu longue je l’avoue mais oh combien intéressante.

    Très chers, que Jésus garde mes filles et mes fils !

    Tout en vous écrivant en ce début du mois de juin, je ressens le besoin de rendre de nouveau grâces à Dieu pour tous ses dons. La solennité de la Fête-Dieu, et sa vigile durant laquelle j’ai administré le sacrement de l’Ordre à trente six diacres de la Prélature de l’Opus Dei ; la solennité du Sacré Cœur de Jésus il y a deux jours ; et hier, samedi, la fête de la Visitation de Notre Dame sont des invitations à intensifier notre gratitude envers notre Rédempteur qui, de son Cœur transpercé sur la Croix, nous prodigue tant de biens. Nous sommes aussi reconnaissants envers la très Sainte Vierge « merveilleux et fécond canal » ‑ comme l’exprimait saint Josémaria ‑ par lequel nous parviennent toutes les grâces du Ciel. J’ai recours à son Cœur immaculé, c’était hier sa mémoire liturgique bien que cette année la fête n’ait pas pu être célébrée, en le suppliant de nous concéder toute sa délicatesse pour apprendre jour après jour à fréquenter plus et mieux les trois Personnes divines. Sais-tu t’adresser de façon explicite à Dieu le Père, à Dieu le Fils et à Dieu le Saint Esprit ?

    « Haurietis aquas in gaudio de fontibus salutis »(Is 12, 3.), dans l’allégresse vous puiserez de l’eau aux sources du salut. Ces paroles du prophète Isaïe donnent son nom à l’encyclique par laquelle le pape Pie XII a commémoré le premier centenaire de l’extension de la fête du Sacré Cœur de Jésus à l’Église universelle. En faisant mémoire de ce document, Benoît XVI écrit que « le côté transpercé du Rédempteur est la source à laquelle nous renvoie l’encyclique Haurietis aquas : c’est à cette source que nous devons puiser pour atteindre la véritable connaissance de Jésus-Christ et pour faire plus pleinement l’expérience de son amour »( Benoît XVI, Lettre pour le 50ème anniversaire de l’encyclique Haurietis aquas, 15 mai 2006).

    J’ai été témoin de la façon dont saint Josémaria a toujours entretenu une très grande dévotion envers le Sacré Cœur de Jésus. Cette dévotion était enracinée dans son âme depuis qu’il était enfant et, les années passant, les racines en étaient chaque fois plus profondes grâce à sa vie intérieure et à sa grande préparation doctrinale. À une époque de difficultés pour la vie de l’Église ‑ et aussi pour cette petite partie de l’Église qu’est l’Œuvre ‑ il a consacré l’Opus Dei au Très Sacré Cœur du Rédempteur. Plus tard, alors que cette solide dévotion était méprisée dans certains milieux, il en a pris la défense avec une passion d’amoureux et avec une grande profondeur théologique, comme on peut le constater dans l’une de ses homélies recueillies dans Quand le Christ passe (Cf. Saint Josémaria, Homélie « Le cœur du Christ, paix des chrétiens », 17 juin 1966, dans Quand le Christ passe, n. 162 et s.). Il s’en remettait à la miséricorde de ce Cœur, et ainsi, malgré les difficultés qui pouvaient se présenter, il agissait avec la paix et la joie que le monde ne peut donner (Cf. Jn 14, 27).

    Il considérait l’immense richesse « que renferment ces mots : Cœur Sacré de Jésus. Lorsque nous parlons du cœur humain, insistait-il,nous ne faisons pas seulement allusion aux sentiments, nous pensons à la personne tout entière qui fréquente, qui aime, qui chérit les autres. Et dans la bouche des hommes qui ont recueilli l’Écriture Sainte pour que nous puissions mieux comprendre les mystères divins, le cœur est considéré comme le résumé, la source, l’expression, le fond ultime des pensées, des paroles et des actes » (Saint Josémaria, Quand le Christ passe n. 164).

    « Deus caritas est » (1 Jn 4, 8), Dieu est Amour. Par son amour infini, Dieu le Père a envoyé son Fils unique dans le monde, « pour que tous ceux qui croient en lui ne périssent pas, mais aient la vie éternelle » (Jn 3, 16). C’est aussi par un amour infini que Jésus-Christ s’est incarné dans le sein de la Vierge Marie, qu’il a séjourné dans un coin obscur de notre terre, qu’il a travaillé comme nous, qu’il a souffert et s’est réjoui comme nous, et qu’enfin il est mort sur le bois de la Croix, offrant volontairement sa vie pour nous sauver de nos péchés. Avec ce même amour, il nous a donné sa Mère pour Mère, alors qu’il agonisait au Golgotha. Après sa résurrection et son Ascension au Ciel, toujours par amour, en union avec le Père, il nous a envoyé l’Esprit Saint, tout en restant avec nous dans le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie avec son corps et son sang, avec son âme et sa divinité, devenu Pain de vie, aliment de nos âmes et de nos corps, gage et semence de la résurrection glorieuse que nous attendons nous aussi. Le Paraclet, amour du Père et du Fils, nous enseigne par l’action de sa grâce à avancer constamment sur le chemin de la sainteté.

    La dévotion au Cœur de Jésus est pour nous une invitation pressante à considérer et à rendre grâces pour les mystères centraux de notre foi : « nous donnons tout son poids à cette certitude de l’amour de Dieu et à la vérité de son don à notre égard. Recommander la dévotion à ce Cœur Sacré, c’est nous recommander de nous diriger nous-mêmes avec absolument tout ce que nous sommes : âme, sentiments, pensées, paroles, actions, peines et joies, vers Jésus tout entier.

    La vraie dévotion au Cœur de Jésus consiste à connaître Dieu, à nous connaître nous-mêmes, à fixer notre regard sur Jésus, à recourir à celui qui nous encourage, nous enseigne et nous guide. Cette dévotion n’est superficielle que pour l’homme qui, faute de n’être pas parvenu à être vraiment humain, n’arrive pas à pénétrer la réalité du Dieu incarné » (Saint Josémaria, Quand le Christ passe n. 164). Sommes-nous amis de cet examen de conscience, aimons-nous tous les jours nous regarder dans le Seigneur ?

    Le culte rendu au Sacré Cœur est pour nous comme la réponse de l’Église à l’amour infini de la Très Sainte Trinité pour ses créatures. Le saint-père expose que ce culte « est, de la même manière, le contenu de toute véritable spiritualité et dévotion chrétienne. Il est donc important de souligner que le fondement de cette dévotion est ancien comme le christianisme lui-même » (Benoît XVI, Lettre pour le 50ème anniversaire de l’encyclique Haurietis aquas,15 mai 2006). C’est pourquoi, il invite les catholiques « à s’ouvrir au mystère de Dieu et de son amour, en se laissant transformer par celui-ci » (Ibid.). Et il propose « c’est à cette source que nous devons puiser pour atteindre la véritable connaissance de Jésus-Christ et pour faire plus pleinement l’expérience de son amour. Nous pourrons ainsi mieux comprendre ce que signifie connaître en Jésus-Christ l’amour de Dieu, en faire l’expérience en fixant notre regard sur lui, jusqu’à vivre pleinement de l’expérience de son amour, pour pouvoir ensuite en témoigner aux autres » (Ibid.).

    Connaître, faire l’expérience, vivre, témoigner : ces quatre mots résument la manière pour les chrétiens de correspondre à l’Amour de Dieu. Cela me rappelle ces autres étapes de la vie chrétienne, que saint Josémaria signalait dès les débuts de la fondation de l’Œuvre et qu’il a infatigablement recommandées.

    « J’ai, signalait-il, distingué quatre degrés dans cet effort pour nous identifier au Christ : le chercher, le trouver, le fréquenter, l’aimer. Peut-être vous rendrez-vous compte que vous en êtes à la première étape. Cherchez-le alors avec acharnement ; cherchez-le en vous-mêmes de toutes vos forces. Si vous agissez avec cette opiniâtreté, j’ose vous garantir que vous l’avez déjà rencontré et que vous avez commencé à le fréquenter et à l’aimer, et à avoir votre conversation dans le ciel (cf. Ph 3, 20) » (Saint Josémaria, Amis de Dieu, n. 300).

    Premièrement, donc, cherchons le Christ, jour après jour, en ayant faim et soif de sa compagnie : « comme le cerf soupire après les eaux courantes, ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu » (Ps 42, 2). Pour y parvenir, appliquons-nous à bien vivre les pratiques de piété chrétienne dont nous parsemons chacune de nos journées, tout particulièrement la sainte messe et l’oraison, mentale comme vocale. Implorons l’intercession de notre Mère la Sainte Vierge, de nos Anges Gardiens, des saints qui jouissent déjà de la vision de Dieu. Ayons recours avec force à saint Josémaria, qui nous a enseigné ‑ comme il l’a enseigné à des milliers de personnes ‑ par sa parole et par son exemple, la voie pour fréquenter familièrement Dieu dans notre vie ordinaire.

    Cet effort persévérant pour fréquenter Notre Seigneur, même lorsque nous nous sentons secs et sans envie, nous amènera à expérimenter sa présence à nos côtés. Bien entendu, je ne parle pas ici de quelque chose de sensible, mais bien plutôt de la certitude, née de la foi et infusée par l’Esprit Saint dans notre âme, que véritablement, par la grâce, nous sommes le temple vivant de la Très Sainte Trinité. Comme l’écrit d’innombrables fois saint Paul, nous existons in Christo Iesu. Et ainsi, « enracinés dans la charité et fondés sur elle, vous [pouvez] comprendre avec tous les saints ce que sont la largeur et la longueur, la hauteur et la profondeur et connaître la charité du Christ, qui d’ailleurs surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis de toute la plénitude de Dieu » (Ep 3, 17-19).

    Le pape affirme que « expérience et connaissance ne peuvent être séparées l’une de l’autre : l’une fait référence à l’autre. Il faut par ailleurs souligner qu’une véritable connaissance de l’amour de Dieu n’est possible que dans le cadre d’une attitude de prière humble et de disponibilité généreuse »(Benoît XVI, Lettre pour le 50ème anniversaire de l’encyclique Haurietis aquas, 15 mai 2006). C’est ainsi que nous parviendrons à vivre du Christ ; c’est-à-dire à remplir toutes nos occupations et tout notre temps en fonction de lui, à tout faire dans le seul but de lui plaire, à nous vider de nous-mêmes pour que le Seigneur habite en nous. C’est l’expérience de foi de saint Paul lorsqu’il écrit : « ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi. Si je vis actuellement en la chair, j’y vis en la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et s’est livré pour moi » (Ga 2, 20).

    C’est avec une grande force que saint Josémaria s’est fait l’écho de ces paroles inspirées ! « Si nous lui sommes fidèles, a-t-il écrit, Jésus-Christ reproduit sa vie dans la vie de chacun d’entre nous, d’une manière ou d’une autre, tant dans son processus interne — la sanctification — que dans notre conduite extérieure »(Saint Josémaria, Forge n. 418). Et ailleurs : « Tu m’as regardé d’un air fort sérieux… mais, à la fin, tu m’as compris, quand je t’ai fait ce commentaire : “je veux reproduire la vie du Christ chez les enfants de Dieu, à force de la méditer, afin d’agir comme lui et de ne parler que de lui” » (Ibid., n. 886).

    Si nous nous efforçons tous les jours de demeurer dans le Christ et de nous alimenter du Christ, notre foi se traduira nécessairement par de l’apostolat. Nous serons les témoins du Seigneur par nos actes et par nos paroles, par notre vie entière ; et beaucoup de personnes se sentiront attirées par Jésus, malgré, ou plus exactement, à travers notre lutte personnelle, faite de victoires et de défaites, que nous pourrons convertir en triomphes si nous avons recours avec contrition à la miséricorde divine pour recommencer. « S’il y a amour de Dieu, s’il y a humilité, s’il y a persévérance et ténacité dans notre combat, ces échecs ne prendront que peu d’importance. Parce que viendra ensuite la victoire, qui sera gloire aux yeux de Dieu. Il n’y a pas d’échec quand on agit en toute droiture d’intention en ayant le désir d’accomplir la volonté de Dieu et en tenant toujours compte de sa grâce, comme de notre néant »(Saint Josémaria, Quand le Christ passe n. 76). Quels désirs d’apostolat y a-t-il dans notre journée ?

    Soutenons généreusement notre effort pour fréquenter Jésus-Christ et faisons en sorte de lui approcher beaucoup d’âmes. Ayons recours à l’intercession de saint Josémaria, si puissante devant le Seigneur, et préparons dès maintenant sa fête le 26 juin prochain. Faisons le connaître à beaucoup de personnes en plaçant sous leurs yeux l’exemple et les enseignements de notre fondateur.

    Il y a deux semaines j’ai effectué un voyage à Barcelone et, avant de rentrer, j’ai fait un moment de prière dans la basilique de Notre Dame de la Merci me sachant accompagné de vous tous. Là, j’ai supplié la Sainte Vierge que chacune et chacun nous sachions incorporer à notre vie les paroles de saint Pierre que saint Josémaria a beaucoup méditées dans cette ville, avant son premier voyage à Rome, alors qu’il se disposait à ouvrir un chemin juridique universel à l’Opus Dei : « ecce nos reliquimus omnia et secuti sumus te » (Mt 19, 27) ; nous avons tout quitté pour te suivre. Cette phrase a été recueillie dans l’Évangile pour que nous, les chrétiens, nous la mettions en pratique par notre conduite et que nous la répétions à l’oreille de nos amis et amies, car nul ne peut servir deux maîtres (Cf. Mt 6, 24). On priait très bien là-bas, devant l’image de notre Dame de la Merci, avec toute l’Œuvre, comme l’a fait saint Josémaria en 1946 et à d’autres moments.

    Avant de terminer, je désire vous rappeler que le 29 juin prochain, solennité de saint Pierre et saint Paul, commencera l’année paulinienne que Benoît XVI a instaurée pour commémorer les deux mille ans de la naissance de l’Apôtre des Gentils. Pour seconder les indications du saint-père dans la célébration de ce bi-millénaire, je vous suggère de chercher à mieux connaître la vie et les œuvres de ce grand Apôtre, patron de l’Œuvre, en lisant et en méditant à fond les Actes des Apôtres et les écrits pauliniens. Saint Paul est pour tous les chrétiens un merveilleux modèle d’amour pour le Christ, de fidélité à la vocation, de zèle ardent pour les âmes. Nous allons lui confier de façon particulière les fruits spirituels et apostoliques de cette année spéciale qui lui est dédiée.

    Avec toute mon affection, je vous bénis

    votre Père,

    + Xavier

    Rome, le 1er juin 2008

    Lien permanent 6 commentaires
  • 3 morts à l'armée, triste....

    Imprimer
    Accident militaire.

    Sous les feux des tirs irakiens ou afgan, bien que ce ne soit pas normal, je pense que la mort peut traîner. Mais en Suisse, je reste dubitatif.

    C’est terriblement tristes ces trois soldats qui ont perdu la vie dans une rivière.

    Il faut compter le deuxième accident mortel depuis un an.  Il y a onze mois c’était la chute d’une cordée en pleine montagne, 6 morts.

    Là ce sont deux pneumatiques contenant chacun cinq soldats qui se sont renversés sur la rivière Kander dans l’Oberland bernois. Cet accident a coûté la vie à trois militaires. Cinq autres ont été blessés dont deux grièvement.

    Selon la TdG, les circonstances de l’accident restent floues. Une enquête a été ouverte par la justice militaire.

    L’armée est touchée de plein fouet, au cœur de son organisation. C’est incroyable ce qui est arrivé. C’était l’heure….

    Avec toutes les marges de sécurités je subodore que les accidents ne sont pas permis. Que nenni, ils sont là car le chemin de la vie en à décidé ainsi. C’est terriblement triste. On peut donner toutes les explications possibles pour rassurer n’en demeure pas moins le refus, puis la dénégation, enfin l’acceptation de ce qui a fait et qui fait trembler une petite armée de miliciens.

    Par respect pour les familles, je vais en rester là, inutile d’épiloguer le mal est fait, la réalité existe.

    Même éloignement du lien familial ou amical avec les défunts et leurs familles Nous sommes aussi choqués par cette tragédie. C’est toujours émouvant d’apprendre mort d’homme, même en temps de paix.

    La lie en a voulu ainsi car la vie n’est pas une ligne droite.

    Je prie pour les défunts, les familles et les amis........

    De tout cœur…….

    François Velen

    HUMBLEMENT, SIGNEZ VIRTUELLEMENT LE LIVRE D'OR CI-DESSOUS

    En pensée avec les familles, les amis.

    "Qu'est que le bonheur ? Ne pas souffrir. Et si le destin nous veut du bien, avoir quelqu'un à nos côtés qui nous comprend".

    Lien permanent 0 commentaire
  • "Flute" l'essence toujours à Frs 2,-- le litre

    Imprimer

    Les jours se suivent et se ressemblent ! Bien que calmé, j'ai décidé de laisser le texte d'hier pour que vous transmettre la surprise, celle des Frs 2,-- le litre d'essence. Je trouve étrange que vous ne réagissiez pas. Vous êtes impartiaux devant cette nouvelle alarmante pour notre porte monnaie. Mais que faîtes vous, dites moi si vous ête atteint psychiquement par ce prix fatidique !!! Mais dites moi quelque chose, sinon je vais croire que je suis le seul à râler !

    Le prix de l’essence explose !

    Je vais être malhonnête, tant pis !

    « MERDE » le litre a atteint le planché des Frs 2,--.

    J’ai écarquillé aussi grand que le soleil mes mi rondes pour voir si je voyais bien ce que je voyais à la pompe. Je me suis dis «MINCE » on y est !

    Mais c’est incroyable ce que le porte monnaie râle. Il pousse des cris de mauvaise humeur. C’est devenu fastidieux de vivre. Le lait et tout ce qui l’accompagne augmentent.

    Ayant besoin d’un pantalon, je suis allé chez « Shild » ; Frs 159,-- les deux canons. Cher, cher...

    Je me demande comment font les gens qui ont deux voitures, partent en vacances hiver-été, vont régulièrement au restaurant, j’en passe et des meilleurs.

    Mais où va s’arrêter cette inflation sur tout et tout. Où va se stopper cette consomation.

    Un jour, la bulle va exploser et ça va être la diète pour tout le monde.

    Petit que j’étais lorsque je faisais un caprice pour un « truc », mon père me disait, tu verras lorsque les petits chinois seront là, tu devras bien te soumettre aux restrictions et vivre comme eux.

    Et bien les petits chinois sont là. Pas physiquement mais matériellement. Combien de produits sont fabriqués par des petites mains chinoises. Ces petits chinois que l’on exploite pour que l’occident s’en mette plain les poches. C’est inadmissible ce qu’il se passe actuellement. En effet, je suis pour l’ouverture même celle du commerce, toutefois loyalement. Là on est entrain de vivre un système de « profitards ». C’est vrai, je vous le dis les petits Chinois sont exploités. Viendra le jour où ces exploités se réveilleront, se sera une révolution.

    Nous vivons vraiment dans un monde qui devient complètement fou, irréfléchi, « dingue » Je me demande jusqu’où cela tiendra.

    Un frein général remettra en cause la consomation et sera tant mieux. Pourquoi acheter des marques, pourquoi vouloir toujours le meilleur, pourquoi vivre au dessus de ses moyens ? Un peu de simplicité remettrait l'église au milieu du village.

    Ce qui me laisse dubitatif, se sont les conséquences pour nos enfants. Pourvu qu’ils ne vivent pas une trop forte récession, car je suis pratiquement certain qu’un jour prochain il va y avoir un coup de frein général. Ca ne peut continuer ainsi.

    Là mon saut d’humeur est bien vivant. Je reste sur mon litre d’essence à 2 balles le litre. La digestion est très mauvaise.

    Ce qu’il va se passer, je vais moins rouler et utiliser plus les TPG à Frs 3,-- le billet pour une heure. Si je reste deux heures en Ville j’en ai pour Frs 6,--, + un petit café au canin du coin à Frs 3,40,--, et bien mes aïeux ça fait cher la course.

    Ainsi, je reste chez moi et vais boire le café sur ma terrasse et méditer sur cette état de fait et surtout me calmer l’esprit.

    Bon après midi.

    François Velen

     

    Lien permanent 1 commentaire