31/05/2008

Les juteux bénéfices de l'Euro 2008

Euro 2008, de juteux bénéfices !

Que ce soit les bistrots, les hôtels, les transports, j’en passe et de meilleurs, l’Euro 2008 va rapporter gros.

J’habite à Carouge.

En marge de la sécurité, les bénéfices des bistrots, les petits commerçants de la Cité Sarde vont se frotter les mains.

Car, dès samedi prochain, le tout Genève, les personnes de la région franco-valdo-genevoise vont déferler vers Carouge.

La Fan zone de la plaine de Plainpalais va vivre au son  des centaines voire des milliers de supporters pour telle ou telle équipe. Je n’ose pas imaginer le débit de bière.

Le bout du léman sera un centre people de toutes les couches sociales. Un grand centre ouvert à toutes et à tous. A ce sujet, j’ai de la peine à croire les débordements. Evidemment, c’est sans compter des holigans. Ces derniers devraient être vite canalisés par les force de police.

L’UEFA (Union Européenne des associations de football) va faire de belles affaires. Selon la « Julie » ce n’est pas facile de contracter avec l’UEFA. Elle est dure en affaire. Une fois que l’on entre dans la cour des grands, les bénéfices seront eux aussi présents.

Une majorité de sociétés ayant contrat avec l’UEFA devraient faire de juteux bénéfices. Les hôtels, les restaurants, les bars pour les couches-tard.

Ce que je comprends moins est le fait que l’on parle de bénéfices importants et qu’en fait ces festivités coûtent un maximum au Canton de Genève.

Les premiers a être bénéficiaire c’est l’Etat ; à tout le moins qu’il soit remboursé.

J’ai lu dans la « julie » , je cite, l’impact de l’Euro sur leurs affaires pousse d’ailleurs les tauliers genevois à ne pas majorer les prix à l’occasion des trois matchs joués à Genève…..

C’est dire que s’il n’y a pas de majoration, les bénéfices seront toutefois élevés.

Pourvu que la fête soit belle, que le soleil soit de la partie et surtout qu’il n’y ait pas de problème entre consommateurs, supporters.

Tout ceci pour essayer de démontrer que le « fric » va couler aussi vite que la bière !!!

Genève peut se targuer de la fête liée à l'Euro. On a tout à y gagner. ça devrait être un succès dont en tant que citoyen, je suis très fier.

Bravo le Conseil d'Etat, notamment Mark Muller, Conseiller d'Etat en charge des sports et Frédéric Hohl, député est grand organisateur de la Fan musique de la plaine de Plainpalais. De part des progagonistes, j'y vois une grande synergie en matière d'organisation.

Vive Genève

Bon week end.

François Velen

14:24 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

"La main de Dieu"

324113975.jpg« La main de Dieu »

Au salon du livre, j’ai acheté un bouquin très intéressant. « La main de Dieu » de Yasmine Char. "J'ai quinze ans. Je travers la ligne de démarcation. C'est comme un film muet, pellicule noir et blanc. Noires les boutiques calcinées, blanc le soleil du Liban. J'imagine que le franc-tireur est humain. Je prie pour qu'il ait une mère, une soeur ou une fiancée. N'importe quelle image tendre qui puisse s'interposer de manière fulgurante entre lui, l'oeil du chasseur, et moi, la tête du chassé". Ces propos sont ceux de cette magnifique histoire.

« Il y a une jeune fille, quinze ans, qui court le long d’une ligne de démarcation.

Il y a le Liban, ce pays depuis si longtemps en guerre qu’on oublie parfois que la guerre est là.

Et puis dans la guerre, il y a l’amour. L’amour de la jeune fille, pur comme un diamant : pour le père, pour l’armant pour la patrie. Grande absente, la mère ne sais rien de cet amour. Elle est partie sans laisser d’adresse.

La jeune fille ne sais pas comment faire pour grandir là, tiraillée entre deux cultures, happées par la violence.

Alors elle court.

C’est l’histoire d’une jeune fille en robe verte qui virevolte dans les ruines, qui se jette dans les gras d’un étranger, qui manie les armes comme elle respire. L’histoire d’une adolescente qui tombe et qui se relève toujours.

Née au Liban, Yasmine Cahr a étudié les lettres à l’université de Beyrouth puis voyagé à travers le monde dans le cadre de missions humanitaires. Elle vit en Suisse depuis douze ans ».

Ce livre est simple à lire. Il est captivant car il parle de vécu. Le titre « la main de Dieu » se prête à merveille. Il ne s’agit pas d’une histoire de religion pure et simple. Ca va bien au-delà, dans une histoire vécue dont on ne sait vraiment pourquoi elle est arrivée. Pratiquement toutes nos histoires vécues viennent d’où on ne sait. Vivre sa vie quoiqu’il arrive en regardant l’autre! Avancer sans jamais se retourner………….

Je profite de cette occasion pour dire oh combien j’ai trouvé très émouvant la prestation de serment des nouveaux Gardes Pontificaux Suisses. C’est un moment inédit vécu à Rome le 6 mai dernier. Avec mes deux béquilles en raison d’un problème récurent du genou, j’ai « gravi » marche après marche l’escalier qui relie la Grande Porte à la Cour d’honneur du Vatican. Il faut savoir à ce sujet que la Garde Pontificale Suisse, la plus petite armée au monde, sert le Pape. En effet, elle a pour mission de veiller sur le Pape. Quels moments inoubliables ce 6 mai au Vatican. Bonne journée à toutes et tous. François Velen

07:38 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

30/05/2008

J'ai horreur des gens qui se prennent au sérieux !

Ils se prennent au sérieux !

J’ai pu constater depuis l’âge de 17 ans, départ dans ma vie politique, que nombre de personnes se prennent au sérieux.

Pourquoi ?

Pour mieux se valoriser, mieux se faire remarquer, être en dessus de la mêlée.

Vouloir être le premier, est-ce une maladie ? Non c’est agrandir son soi-même.

Ce qui m’importe c’est savoir donner, recevoir, respecter. La pièce en 3 actes n’est pas facile à jouer. Surtout le final, car je ne suis pas sûr qu’il y est un final !

La modestie est bien plus payante que la première marche du podium. Car elle fait grandir notre modestie, nos valeurs qui sont celles de la société.

La blessure ferme. Or, double est l’ouverture de l’homme : au vrai et au bien. La personne blessée se ferme et la vérité de sa blessure par la pseudo motivation. Elle se ferme aussi au bien qui est de se donner : car elle éprouve un intense besoin d’être consolée et rassurée. Cela par un nouveau mécanisme : le rassurement affectif.

L’homme est libre de penser, d’agir, de générer quelque chose.

L’ouverture de soi-même est intéressante dans la mesure où elle crée une paix, une quiétude.

C’est fou de nos jours, de voir comment vivent les gens.

Le billet de Frs 100,-- est devenu minable. On vit avec le billet de Frs 200,--ou évidemment avec la carte de crédit.

La pyramide humaine donne un sens à sa vie. La volonté est perceptible à différents indices qui sont autant à articuler des moyens à cette fin ; la faculté de choisir, ce qui comporte aussi en creux celle de renoncer à de mettre de côté telle ou telle autre décision : la capacité à espérer, c'est-à-dire organise le temps et à se refuser de céder à la satisfaction immédiate du désir. Sans oublier le signe le plus décisif : la joie du don de soi sans calcul ni amertume, et son corollaire, le pardon.

En conclusion, je préfère la simplicité à une vie complètement trépidante. Courir, courir dans tous les sens, est-ce favoriser sa vie. Mieux vaut lui donner une plus large lumière de simplicité.

Les dires ci-dessus émanent du bouquin « Mieux se connaître pour mieux s’aimer.

Nous aspirons à nous sentir en paix et en sécurité, à être ouverts aux autres, à être les agents de notre vie. Pourtant, nous nous ressentons souvent tristes ou angoissés, emprisonnés dans les scénarios répétitifs. Nous peinons à nous comprendre et à dépasser le passé.

Vivons plus simplement, la société ne s’en portera pas plus mal ; elle en sortira grandie.

Bon week end.

François Velen

 

12:03 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Même la PDG est dopée. Incroyable mais vrai !

Dopage pour être le meilleur ? Le sport et le fric à travers la réussite!!!

Je ne sais vous mais moi je trouve mal de se doper. Il y a même des cas dans la patrouille des glaciers. C'est vraiment écoeurant.

Les gens qui se dopent sont vraiment des « nains » de jardin tout juste bond à danser la farandole sur la place publique.

IL est inadmissible de penser que toutes les épreuves sportives, comportent une ou plusieurs personnes dopées.

Il y de quoi être déçu.

Dans l’affaire de la patrouille des glaciers, la déception du Commandant de la course Marius Robyr est grande. Comment imaginer du dopage jusque dans cette compétition.

Il semblerait selon la dépêche sur Internet qu’en 2006, il y avait déjà des doutes, puisque le temps moyen pour effectuer la course s’était réduit d’une heure pour s’établie à 13 h 30. Ensuite de quoi, en 2007, l’armée et Swiss Olympic avait signé une déclaration d’intention excluant le dopage.

« Par cette déclaration, dit la dépêche sur Internet, l’armée s’est engagée à suivre pour tous les concours sportifs militaires les règlements, notamment en ce qui concerne le contrôle antidopage. En décembre dernier, l’armée a chargé Swiss Olympic d’effectuer des contrôles durant l’édition  2008 de la Patrouille des glaciers ».

On trouve des personnes responsables de leurs actes et gestes, dans le cyclisme, dans les compétitions de gym, dans la natation, j’en passe et des meilleurs et maintenant dans la Patrouille des Glaciers.

Les protagonistes adeptes du VPO doivent bien s’imaginer que le hasard réservera une surprise amenant à la découverte de dopage. Le concurrent se met hors service, il est perdu pour la vie, il crée une incertitude au sein de son club, provoque la honte au sein du sport.

Je propose tout d’abord que les contrôles soient systématiques. S’ils s’avèrent authentique, le concurrent est « éjecté » séance tenante. Quant à la patrouille ou le club il doit être blâmer sévèrement. Une plus grande discipline ne peut être que bénéfique pour le sport. Ca permettra de remettre l’église au milieu du village. Que ces coureurs prennent leurs temps, mettent en avant leurs vrais valeurs, qu'ils soient authentiques et qu’ils laissent à la maison leur « cam ».

Chers Amis bonne journée.

François Velen

11:05 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

29/05/2008

Le CEVA roulera-t-il en France ?

Le CEVA roulera-t-il côté français ???

Bonjour !

L'HISTOIRE ME FAIT BIEN RIRE. AVEC TOUS LES MOYENS TECHNIQUES QUE L'ON CONNAIT MAINTENANT ET QUE L'ON  CONNAÎTRA DANS LE TEMPS, DIRE QUE LE VOLTAGE SUISSE NE SERA PAS COMPATIBLE AVEC CELUI FRANCAIS ME FONT EN EFFET HURLER DE RIRE. ET VOUS ? Dans ce présent cas le parlementaire français se pose des questions qui frisent l'ineptie. Une solution il y en aura dans le chapeau magique français.

Au passage, Paris ne va-t-elle pas construire une tour de 300 m de haut, l'équivalent de la Tour Eiffel. Tout est possible. La Julie sort ce jour un article intéressant : « Le futur CEVA donne des sueurs froides à Paris »

En effet, les Français se font du souci au sujet du CEVA.

Pour un petit milliard vous relierez Annemasse. Possible à condition que les locomotives Suisses soient compatibles avec le réseau électrique français.

Cette question a chatouillé Claude Birraux député de Haute Savoie. La question est sérieuse. Il a donc interpellé le Ministre français des transports. Ce dernier n’a pas rassuré le député.

Je pense que le détail poser est de taille, il pourrait faire capoter le projet du CEVA.

Quel est le problème ?

En Suisse les trains roulent sur des lignes à 15 000 volts, alors qu’en France on utilise du courant à 25 000 volts. C’est la petite différence qui suffirait à stopper net une banale locomotive helvétique.

La question de la TdG est la bonne, à savoir est-ce que les motrices du futur Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse seront-telles équipées pour sauter la frontière ? C’est la grande inquiétude du député. Et il a raison de ce soucier de cette question.

Est-ce que les RER devront changer de locomotive arriver à la frontière. Je préfère m'acheter une maquette de train plus tôt que vivre cette réalité !

Selon le Secrétaire d’Etat chargé de l’aménagement du territoire pense que rien n’est encore joué, « plusieurs scénarios d’électrification sont pris en considération » et que l’Etat français « veillera à ce que la solution retenue permette la desserte du nord de la Haute-Savoie ». Comme dit la « Julie », à l’évidence, la question n’est pas encore réglée, ce qui ne manque pas d’étonner. Les problèmes côtés Suisses ne sont non plus pas réglés. Donc de l'un comme de l'autre côté les lézards sont présents.

Par contre à Genève, on fait confiance en ce CEVA. Il paraît que les CFF et la SNCF vient de créer une société, Transparis, pour mettre en place l’exploitation du réseau; elle chargée d'acheter le matériel roulant. « Il est prévu d’installer du courant suisse, mais les rames seront équipées en bifréquence pour passer la frontière dit la « Julie ».

Tant à Genève que de l’autre côté de la frontière il y a du souci à ce faire avec le CEVA.

En France c’est le courant électrique, en Suisse, ce sont les procédures juridico-politiques qui gênent.

Toujours la « Julie », les français arguent « Les Suisses sont persuadés que leur matériel est le meilleur au monde. Ce qui est peut être vrai ! Comme il est vrai que les Français fabriquent aussi des trains, et voient d’un bon œil le juteux marché du CEVA ». Mais alors pourquoi Paris a des sueurs froides ?!

Ce qui me laisse pensif c’est le temps perdu avec ce CEVA. Je pensais les problèmes français réglés, ils ne le sont pas plus que chez Nous.

N’oublions pas que Carouge a demandé au Conseil administratif de la Cité Sarde de déposer un recours au Tribunal fédéral pour casser une décision genevoise quant à la traversée de l’Arve.

Verrai-je le CEVA ? Peut être ma fille de 20 ans le verra où ses enfants…….. Roule, roule jeunesse !

Bonne journée.

François Velen

10:50 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

"Nationalisme et populisme en Suisse"

Un nouveau bouquin….

..acheté dernièrement.

 324113975.4.jpg

 

« nationalisme et populisme en Suisse » La radicalisation de la « nouvelle » UDC.

Ecrit par Oscar Mazzoleni, collectgion « Le savoir suisse ».

« Pour la première fois, dans la Suisse moderne, les thèmes et le style contestataire du nationalisme et du populisme ne sont plus seulement véhiculés par des forces politiques mineures mais par un parti représenté depuis longtemps au gouvernement, l’Union démocratique du centre (UDC), qui est devenu au tournant du 21ème siècle, un protagoniste central de la vile politique suisse.

D’où viennent sa radicalisation et son succès électoral ? Quels sont les traits principaux et les sources d’inspiration de son discours actuel ? Quelles influences ont exercé les crises économiques et sociales, l’essor du néolibéralisme, le malaise identitaire des années 1990 ? Quel rôle ont joué la section zurichoise de l’UDC et son leader Chrisophe Blocher ? Dans quelle mesure des concepts tels que le nationalisme et le populisme sont-ils aptes à définir la « nouvelle » UDC ? Voici quelques-unes des principales questions abordées dans ce livre qui s’appuie sur de nombreux travaux réalisés en science politique. »

Je suis convaincu que ce livre vous apporterait des réponses à vos questions sur l’identité de l’UDC. Quelle forme a-t-elle prise, quelle rôle a-t-elle ou joue-t-elle encore. L’UDC c’est un mammouth politique.

Il y a eu la fondation et survie de fraction politique, celle de l’UDC survit et va survivre encore de longue année.

Jusqu’à maintenant s’en est suivi le premier parti de Suisse, l’UDC, et deux Conseillers fédéraux.

C’est dans les années 1960 – 1970 que l’on voit se pointer l’UDC, presque 35 ans après c’est extraordinaire de constater la puissance de l’UDC. Ce qui prouve qu’il manquait en Suisse une « extrême droite » ou « populisme ».

« C’est toutefois dans les années 1990 que la défense de l’identité nationale et de la neutralité, la peur des étrangers et la critique des élites au pouvoir deviennent en Suisse les thèmes qui vont entraîner un véritable changement dans les équilibres politiques ».

Quels sont les soucis des partis traditionnels pour s’identifier dans une Europe ouverte. Quels virages prennent les partis de droite et du centre.

Existe-t-il en Suisse des manifestations d’intolérance ? Y a-t-il un « empire » contre la masse étrangère ?

Le livre dont je fais état ci-dessus répond à toutes ces questions. Je ne peux donc que vous encourager à la lire.

François Velen

07:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

28/05/2008

C'est le "bordel" de rouler entre Genève et Lausanne...

Bonjour

 

324113975.jpg

 

En 1964, l’ autoroutes était construite pour 20'000 voitures par jour. ujourd’hui, il y a saturation du trafic routier. Poliment c’est le « merdier » complet. Une autoroute à 3 voies ?

Tout comme la traversée de la rade cet acte politique serait d’une grandeur incomparable aux grands projets de ces 100 dernières années !

Tous les matins, tous les midis, toutes les fins de journées on entend à la radio, ralentissements ici, ailleurs. Ca devient infernal de rouler entre Genève et Lausanne.

C’est devenu de la folie pure et simple.

L’autoroute bouchonne, la route Suisse est engorgée, les trains sont bondés.

Selon la « Julie » l’autoroute Lausanne-Genève figure parmi les tronçons les plus fréquentés du pays, avec 68'000 voitures en moyenne par jour sur la partie la moins fréquentée.

Ce n’est pas possible que cette situation perdure.

Il faut avoir le courage politique pour lancer une telle idée de faire passer l’autoroute de 2 à 3 voies et de construire la traversée de la rade.

Un précurseur de ce « binz » avait vu clair, je cite notre « Babar » national, Philippe Joye.

Le constat de cette surcharge de trafique est inquiétant, il l’était déjà du temps de « Babar ».

Les patrons vaudois accompagnés par les genevois ont raison de réfléchir à l’avenir proche, car il faut faire vite, très vite.

Tous les moyens doivent être déjà mis en œuvre pour préserver le trafic et maintenir à un bas niveau la pollution.

Actuellement, la troisième voie peut être utilisée. Ils le font bien en Allemagne.

L’idée d’une 3ème voie tombe selon la « Julie » au bon moment puisque la Confédération se prépare à distribuer 5,5 milliards de francs pour faire sauter les « goulets d’étranglement-du réseau des routes nationales.

Je félicite d’ores et déjà Robert Cramer pour son projet. S’il y arrive nous pourrons lui reconnaître que de grandes qualités.

Avec une autoroute à trois voies, une traversée de la rade entre le vengeron et la douane, via Annemasse + le CEVA + la construction de parking pour les frontaliers + le péage du centre ville comme à Londres, je pense avec une grande utopie à nos enfants et leurs enfants. Je n’ai de cesse de dire qu’un programme doit être réfléchi pour 100 ans.

A bon entendeur Mesdames et Messieurs les politiciens. Avec un authentique courage politique, de l'audace, et je suis très poli (!) vous pouvez y arriver dans les 10 ans. Il faut les avoir..... si vous voyez ce que je veux dire !!!

Je profite de cette occasion pour demander à « Babar » de ce qu’il pense de ce « binz » lié à la circulation. Je te salue bien Philippe.

A bon entendeur.

François Velen

11:46 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Les personnes qui décident de mourir après une longue maladie

1453323994.jpg
.....141 personnes aidées à mourir !

......Hier la « julie » a fait paraître un article intéressant, qui mérite que l’on s’y arrête un instant.

141 personnes ont été aidées à mourir en 2007.

Dans 85 % des cas, c’étaient des étrangers.  En Suisse la société Dignitas a aidé 6 personnes à mourir.

Dans une récente interviewe au quotidien français « Le Monde » et reprise mardi par le « Matin », c’est une majorité d’étrangers qui passe par cette phase difficile de fin de vie.

Les statistiques laissent apparaîtrent une majorité d’allemand, puis des anglais et des Français.

Exit, Société Suisse alémanique et Tessin a de son côté pratiqué 179 accompagnements en 2007 (150 en 2006).

Sur 100 personnes à qui on a accordé le droit de suivre un accompagnement à la mort, seulement 12 réalisent leur souhait de mourir. Les autres (70) ne rappellent jamais ou disent vouloir encore attendre (18).

La « Julie » précise « Quand une personne sait que la mort accompagnée est possible et qu’elle peut la préparer, cela peut entraîner un sentiment de sécurité et de détente ». Il arrive aussi que le candidat au suicide assisté meurt avant. L’an passé, 287 procédures ont été entamées par Exit Suisse alémanique.

La décision est difficile de se faire assister dans un « suicide ». En tant que Catholique, je devrais être contre cette procédure. Mon cœur ne devrait pas s’ouvrir à ce genre de facilité. Toutefois, j’estime que si une personne a décidé d’en finir avec la souffrance pourquoi ne pas faire le pas vers le meilleur, car il s’agit de cela, le meilleur.

Est-ce un suicide où une fin de souffrance.

Pour un Chrétien, je pense que c’est un suicide, pour le commun des mortels, c’est une délivrance de la souffrance.

J’ai lu dans un bouquin « il existe, comme tout le monde sait, une « psychologie des profondeurs », qui se définit elle-même comme telle. Qu’attend-on pour faire place à une « psychologie des hauteurs », qui tiendrait compte non seulement de la quête mais aussi de la volonté de sens ?

Vouloir se faire assister dans la mort c’est entrer dans les profondeurs du soi. La psychologie des hauteurs tend à elle à supporter sa maladie jusqu’au dernier souffle sans aide si ce n’est celui basique.

La décision de se donner la mort est lourde de conséquence. Je n’imagine pas ce que l’esprit doit endurer. La conscience et là, installée jusqu’au dernier souffle.

La réflexion est différente dans chaque cas. J’aimerais démontrer ici que vu de l’extérieur, la décision paraît facile.

La parole de Dieu est-elle vraiment indiscutable où est-ce l’être humain qui l’a rendu indissociable de la liberté à Dieu de choisir le moment. En clair, est que l’homme a le droit de choisir son heure pour mourir.

Ce qui est important de souligner c’est le principe lui-même de se donner la mort. Chaque être est responsable de sa vie jusqu’à son dernier souffle. Il est vrai qu'à un certain stade nous pouvons nous poser la question du pourquoi du comment. Pas simple cette décision. 

Le processus est sujet à discussion, à méditation, à sa propre dissolution, sa propre réalité.

Le sujet est dès plus intéressant. Il mériterait une large place pour en discuter.

Qui est doit assumer la responsabilité, toi, moi, Exit, Dignitas ou Dieu ?

Bonne journée François Velen

07:52 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

27/05/2008

La presse people influence-t-elle les jeunes ?

Influence de la presse people sur les jeunes ?

324113975.jpg

Je poursuis mon blog de la semaine dernière « Encore une affaire de mœurs chez des mineurs ». Je suis sensibilisé sur le pourquoi du comment de tels ou tels agissements de la jeunesse. N'étant pas sociologue je viens ici avec mon langage, mon idée sur la question.

Les attitudes  dues à la vie des célébrités de la chansons, du cinéma, du show-biz contribuent-elles à l'évolution et le développement de la jeunesse ?

Aux yeux des puissants en cette matière, la réponse est non. Ce n'est pas un obstacle dans la vie de la jeunesse. Bien au contraire c'est une forme de communication intelligente. Il peut s'agir de la domination du moi, c'est à dire l'élimination de ce qui est mal.

J’ai relevé quelques indices liés à l'équilibre des jeunes, notamment celui de l’influence de la presse people. J'ai poussé ma réflexion sur Internet et j'ai trouvé ceci :

« La presse people et une catégorie de publication traitant de l’actualité des « gens » (people en anglais) célèbres, essentiellement au moyen de reportages photographiques. Une partie de ces photos peut être fournie par des paparazzi. La presse people est principalement composée de magazines hebdomadaires, comme c’est le cas en France. Dans les pays anglo-saxons, la presse quotidienne populaire, dite tabloïd est souvent associée à la presse people. Depuis la in des années quatre-vingt dix le phénomène a pris de l’ampleur, au point qu’on parle d’une « peoplisation » des autres catégories de la presse. La presse people, une des plus vendues en France, une de diverse méthodes pour obtenir les scoop les plus scandaleux sur les stars. Avec une dizaine de titres, la presse people représente le deuxième secteur de la presse magazine (plus de 3 millions d’exemplaires par semaine).

La presse people, regroupe les magazines spécialisés dans le traitement de la vie des personnalités. Elle est une des catégories de presse les plus vendues. Ces publications ont vécu une renaissance au milieu des années 90 sous l’influence d’un groupe de presse allemand qui a redynamisé l’actualité des célébrités en misant sur son caractère privé. En France la presse people est une des plus vendues.

La presse people, une des plus vendue en France, use de diverses méthodes pour obtenir les scoop les plus scandaleux sur les stars. Celles-ci se plaignent souvent que la presse-people fait entrave à leur vie privée. Nous avons alors étudié les 3 méthodes principales : les photos volées (paparazzi), les fausses photos volées et les arrangements, et cherché à savoir quand est-ce que la liberté d’expression, invoquée par la presse à scandale, interférait sur le respect de la vie privée. Nous avons aussi on avoulu savoir à qui profitait cette presse (star, magazine ou lecteur ?). Les apparences sont parfois trompeuses…. Et la morale est souvent bafouée lorsqu’il s’agit de business

Avec une dizaine et ce chiffre est du "pipo" de titres, la presse people représente le deuxième secteur de la presse magazine (plus de 3 millions d’exemplaires par semaine . »

Nombre de journaux à scandales, à « mamour » de l’inédit paraîssent sur le marché en Suisse. Des tones. Tous aussi juteux économiquement les uns des autres.

X sort avec Y, le grand mariage de A et B, F a eu un accident grave, L s’est séparé…….., V se divorce, la garde des enfants a été attribuées à tel un tel, trois enfants disparus....

A notre époque pas si lointaine, il y a eu l’idole des jeunes : Salut les copains. C’était un journal que je qualifierais de gentil-gentil.

La presse people excite les esprits. J’irais jusqu’à dire, si je peux me le permettre, qu'elle crée une sorte de sociétés de faits marquants, car il s’agit bien de cela pour pouvoir vendre le « canard ».

Et qui sont les grands gagnants ? Ce sont les organismes professionnels liés à la diffusion de l’information. J’ai vue à la Télé sur Canal + une émission sur les paparazzis, c’est « dingue » l’acharnement sûr les vedettes, les stars. Le présentateur disait justement  que les grandes sociétés en la matière faisaient des bénéfices monstres. C’est un terrain envahi par un monde à part. La meilleure photo, la meilleure phrase. C'est une forêt de paparazzis qui chasse les célébrités.

On peut parfaitement imaginer que ça intéresse les jeunes. Alors, quel bénéfice moral au milieu de ce super « binz » médiatique à "fric"?

Je ne terminerai pas sans dire que les adultes sont aussi friands que les jeunes de ce show-biz.

Soleil sur les stars, ombre de nuages sur les lecteurs. Bonne journée.

François Velen

10:50 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

26/05/2008

Euro 2008. Quid de l'organisation des festivités?

De gros bénéfices passeraient à l’as  ? L’état se fait-il gruger ? Que penser ?

Y aurait-il un nouveau scandale à Genève. J'explique ; 

 Un nouvel article a paru hier dans le 20 minutes. Cet article signé par Didier Tischler met en cause à nouveau les gros bénéfices de l’Euro 2008. Genève devrait s’en mettre plein les poches ? Un certain nombres de sociétés travaillent pour la réussite de cette « méga » fête. Ce seront des moments inoubliables. Bravo les organisateurs.

Mais !!! Que penser ?

Une société mandatée par l’Etat de Genève, gère tout et tout. Il s’agit de la société Nepsa. Selon les dires de Didier Tischler, allias Frenchy » cette société Nepsa a engagé un certains nombre de sociétés pour les constructions, la distribution de bières, etc. Toutes ces sociétés sont à la même adresse, on retrouve au cœur de celles-ci les mêmes personnes. Soi-disant, un grand manitou sur la première marche du podium « Frédéric Hohl ». Non seulement il est député au Grand Conseil, mais il est aussi administrateur de Nepsa, société mandatée par le Conseil d’Etat pour mettre à bien toute l’organisation des festivités liées à l’Euro 2008. L’homme providence. Que penser ?

L’Etat devrait recevoir 50 % des recettes de la manifestation. Or elle en recevra selon le journaliste ci-dessus cité que 25 %. Pourquoi, comment cette alchimie, je n’en sais rien ! J’aimerais bien comprendre comment  ce « binz » fonctionne, de quelle manière il est manipulé. Que penser ?

Je serais curieux de savoir quelles sont les personnes qui se rangent derrière le comptoir de ces festivités. Qui va toucher le jackpot ? Selon le journaliste, rien n’est clair. On dirait que le silence est d’or. Que rien ne doit se savoir. Mais justement que se cache-t-il derrière cet embrouille. Que penser ?

Quels sont en réalité les rôles de Frédéric Hohl, Jean-Pierre Jobin et l'Etat de Genève. J’imagine que le tronc c’est l’Etat, les branches, les sociétés, les feuilles, les personnes et la sève ça pourrait être une certaine honnêteté. Que penser ? 

Le journaliste m’a téléphoné pour me donner certaines explications. A ce sujet, j'ai reçu un dossier de presse. Après une demie heure au téléphone, l’affaire ne me semble pas très clair. Et pour que le PDC Guy Mettant dise dans la presse que « Si les faits sont avérés, c’est inadmissible ».  Pour le Président de la Commission des finances du Grand Conseil, « Le contrat doit être respecté dans l’esprit et dans la lettre ». Que penser ?

Par souci de transparence, j’aimerais comprendre.

Encore une affaire juteuse qui va sortir un de ces 4 dans la presse et qui épinglera la Genève internationale. C’est cousu de fil blanc. J’encourage le journaliste « Frenchy » à persévérer dans ces recherches et dans son sens de la vérité.

En conclusion, y a-t-il des lézards dans les coulisses de l’Euro 2008 ? Que penser ? Quelles dédouvertes dans ce maillot

"Petit citoyen que je suis", je souhaite que la fête soit belle et je subodore qu'elle sera belle. A tout le moins, à Carouge on sait faire la fête, donc je vois que du bien dans les after....... Espérons que les autochtones de Carouge seront tolérants.

François Velen

18:10 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les activités de l'Opus Dei ?

L’Opus Dei secret ou discret ?

1453323994.jpg 324113975.3.jpg

D’aucuns s’intéressent au port du voile, c’est très bien ! C’est une mode, on en parle, on en parle, on en parle. Je respecte le port du voile. Toutefois, je pense que dans certain milieu tel un hôpital, il y a des règles à respecter. Celles-ci sont claires, pas de signe lié à telles ou telles religions. Est-ce que l'infirmière peut porter un pendentif avec une croix ? On en fait un trop grand plat ce cette affaire du foulard !

Certes ! Plus près de chez Nous existent des associations, des formations Chrétiennes qui méritent d'être mieux connu.

Chez les Chrétiens, tant soit-il, la grande « formation » de l’Opus Dei.

Ce n’est pas une secte, ce n’est pas une machine de grenouilles de bénitier. Ce « mouvement » religieux est simplement discret. Il est reconnu par le Vatican. Il a donc toute sa place dans l'Eglise Catholique

L’opus Dei aide à trouver le Christ dans le travail, la vie de famille,  dans toutes les activités ordinaires.

D’une recherche sur le site de l’Opus Dei, j’ai trouvé une palette d’activités. Autant intéressantes les unes des autres.

Je vous transcrits ici, ses activités. C’est peut être un peu long à lire, j’en conviens. Toutefois, ces propos donnent une bonne image de ce qu’est l’Opus Dei.

Activités

Direction spirituelle, retraite, formation doctrinale et cours de catéchisme : voilà quelques-unes des activités organisées par l’Opus Dei pour aider ceux qui souhaitent améliorer leur vie spirituelle et leur préoccupation évangélique. Ces activités ont lieu dans des centres de l’Opus Dei, dans des églises paroissiales ou au domicile de l’un des participants. Elles sont ouvertes à tous.

874792926.jpg

 

 

 

 

 

 

 

La formation chrétienne donnée par l'Opus Dei est ouverte à toutes et à tous

Moyens de formation

Les fidèles de la prélature suivent des cours hebdomadaires, appelés aussi cercles, sur des sujets doctrinaux et ascétiques. Ils assistent également à une récollection mensuelle, de quelques heures (prière personnelle et réflexion sur des thèmes de vie chrétienne). Une fois par an, ils font une retraite, qui dure d’ordinaire de trois à cinq jours.

Ces mêmes moyens de formation sont aussi proposés aux coopérateurs21, aux jeunes qui participent aux activités apostoliques de la prélature, et à toute personne désireuse de les recevoir.

La formation est donnée au siège des centres de la prélature de l’Opus Dei et dans d’autres lieux appropriés. Par exemple, on peut faire un cercle au domicile d’un des assistants, organiser une récollection dans une église que le curé permet d’utiliser à cette fin pendant quelques heures, etc.

Apostolat

L’évangélisation que chaque fidèle de la Prélature réalise dans son entourage est l’apostolat le plus important de l’Opus Dei. Il s’agit d’un travail de témoignage et d’aide dans le travail et les circonstances habituelles de chacun.

En conséquence, le travail apostolique mené à bien par chaque membre de l’Opus Dei ne se limite pas à certains domaines tels que l’éducation, l’attention portée aux malades ou aux indigents. La prélature se propose de rappeler à tous les chrétiens, que, quel que soit leur activité séculière, ils doivent contribuer à résoudre chrétiennement les problèmes de la société et qu’ils doivent témoigner en permanence de leur foi, là où ils sont.

« L’Opus Dei a pour activité principale de donner à ses membres, et aux personnes qui le désirent, les moyens spirituels nécessaires pour vivre dans le monde en bons chrétiens », expliquait le fondateur.

Œuvres collectives.

Les œuvres d’apostolat collectif sont promues par des fidèles de l’Opus Dei et des coopérateurs, avec d’autres personnes, et elles ont la garantie morale de la Prélature, qui se charge de leur orientation chrétienne. Il s’agit d’initiatives à caractère civil, sans but lucratif, et avec une finalité apostolique ou de service claire.

Parmi les œuvres collectives, on trouve des institutions éducatives ou d’assistance, telles que des collèges, des universités, des centres pour la promotion de la femme, des dispensaires médicaux dans des pays en voie de développement, des écoles pour paysans, des instituts de formation professionnelle, des résidences d’étudiants, des centres culturels, etc. La Prélature ne s’occupe pas d’entreprises commerciales, politiques, ni d’activités lucratives.

La responsabilité plénière qui découle de la propriété et de la gestion des œuvres d’apostolat collectif revient toujours à leurs promoteurs et non à la Prélature de l’Opus Dei, qui ne prend en charge que l’orientation spirituelle et doctrinale. Chaque initiative se finance de la même façon que d’autres initiatives du même genre : grâce aux participations des bénéficiaires, ou grâces à des aides, des dons, etc.

Très souvent, les œuvres d’apostolat collectif sont déficitaires, à cause du genre d’activité qu’elles proposent, et parce qu’elles sont sans but lucratif. Pour cette raison – en plus des dons mentionnés plus haut de fidèles de l’Opus Dei, de coopérateurs et de nombreuses autres personnes – elles reçoivent des subventions officielles prévues par les autorités publiques pour les activités sociales, et des aides de la part de fondations privées ou d’entreprises.

 Voici quelques exemples d’œuvres collectives :

L’Université de Navarre, fondée à Pampelune en 1952. Elle comprend actuellement 20 facultés. Le campus de Pampelune abrite aussi une Clinique universitaire. À Barcelone, l’Institut d’Études Supérieures de l’Entreprise (IESE), dépend de l’Université de Navarre. Il existe également d’autres institutions d’enseignement supérieur, qui sont promues par des membres de l’Opus Dei, en collaboration avec d’autres personnes : l’Université de Piura (Pérou), l’Université de La Sabana (Colombie) et l’University of Asia and the Pacific (Philippines).

Monkole, à Kinshasa, est un hôpital qui traite chaque année des milliers de personnes en situation d’extrême nécessité. Il a ouvert, dans les environs de la capitale(Eliba et Kimbondo), deux antennes destinées à l’assistance médicale ambulatoire. L’Institut supérieur des Sciences de l’Infirmerie, annexe à Monkole, forme de jeunes congolaises à l’exercice des professions de santé.

Punlaan, à Manille, est une école professionnelle spécialisée dans l’hôtellerie et le tourisme. Son projet éducatif implique un contact direct des élèves avec les entreprises (hôtels, restaurants, etc.). Dans les dernières années, ce système a permis à 100% des élèves qui ont suivi le programme de Punlaan de trouver un travail.

Le Midtown Sports and Cultural Center, à Chicago est situé dans une zone multiraciale à la population très jeune. Midtown offre des programmes de formation scolaire, spirituelle et sportive permettant de combler les déficiences de l’environnement social. C’est ainsi que 95%des élèves achèvent l’enseignement secondaire et que 60%entrent à l’université, proportion très supérieure à celle des jeunes de cette zone.

Toshi, à l’ouest de la ville de Mexico, est situé dans une région rurale habitée par des indigènes des ethnies otomi et mazahua. Entre autres activités, il délivre un baccalauréat administratif, qui permet aux femmes de ce secteur d’accéder à la fonction publique et à l’administration des entreprises des villes voisines.

 

Ce sont certains exemples d'activités liées à l'Opus Dei. Il me tenait à coeur de vous en parler.

Ci-dessous la couverture d'un livre sur l'Opus Dei. Intéressant soit-il, je ne peux que vous le conseiller. Il vous permettra de mieux vous familiariser avec l'Opus Dei.

Bonne semaine.

François Velen

 

 

07:30 Publié dans Région | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

25/05/2008

Dimanche sombre. Vous n'êtes pas des carpes, rien à dire ?!

Dimanche perdu au milieu du printemps

N'avez-vous rien à dire sur ce radieux dimanche ! Votre silence équivaut à une journée pleine de soleil dans votre coeur. Vous passez une excellente journée. Avec cette grisaille, je ne suis pas sûr que les dépressifs se portent mieux. Il y a dû y avoir du monde aux urgences, section psychatrique !!!

Dites moi comment vous avez passé ce dimanche terne !!!

Bonne soirée.

François Velen

Voici le début de l'histoire que je vous narrais ce matin......

Ce dimanche est triste. Temps gris, petite pluie, un tantinet des températures hors de saison. Il y de bonnes comme de néfastes nouvelles.

Bon il faut s’occuper. Lisons, écoutons de la musique, faisons nous des gâteries……

Je subodore que dans 9 mois il y aura plus de naissances !

Ecrire un blog, petit soit-il en écoutant un disque classique « Bolero, Carmen, Finlandia, Méditation, Hallelujah, Oouverture 1812, Les quatre saisons, Adagio, Toccata, Avec Maria, Barcarolle, Schindler’s list, Romeo et Juliette et bien d’autres.

Ce dimanche, c'est la triste nouvelle d'apprendre une forte réplique du séisme, maginitude 5,8 ressentie jusqu'à Pékin. Pour cette cause de tremblement de terre le parcours de la flamme olympique sera raccourcie. Décidémment le Tibet n'a pas de chance.

Ce dimanche c'est l'excitation générale contre la hausse des carburants. On nous prend vraiment pour des imbéciles !

Ce dimanche, c’est découvrir aussi que la Russie a gagné l’Eurovision. C’est vrai qu’il méritait. Dommage pour la Suisse d’avoir été éliminé au premier tour.

Ce dimanche fait était également part d’une éventuelle libération d’Ingrid Betancourt. N'est-ce par la nouvelle la plus belle de ce dimanche ensablé par les nuages. Enfin, cette femme verrait la liberté après 6 ans d’enlèvement. Je prie le Bon Dieu pour que cela arrive au plus vite.

Ce dimanche, c’est lire aussi dans la TdG ce conducteur ivre et violent à Genève. Un imbécile de jeune qui a voulu se croire plus malin que les lois, que la sécurité. Que l’on excuse ma vulgarité, mais ce « mec c’est un véritable con ». Il aurait pu créer un accident. J’espère qu’il sera bien puni pour ces 2,14 pour mille d’alcool dans le sang.

Ce dimanche, c’est aussi apprendre que la sonde Phoenix se posera après 680 millions de kilomètres sur mars. C’est incroyable, c’est merveilleux, c’est émouvant.

Ce dimanche, c’est de savoir que la Suisse se rassure et bat la slovaquie 2 – 0.

Ce dimanche, je vais lire le blog d’Hugues Hiltpold « l’élève non-francophone : pour une carte scolaire du canton ». ça va m’occuper un instant.

Bon, je crois que je vais en rester là pour ces petites nouvelles réjouissantes. Je vais dans le plus grand secret écrire mon blog de demain « les activités de l’Opus Dei ». Cette branche chrétienne du Vatican, qui n’a rien de secret, au contraire elle est discrète. C’est rare de nos jours la discrétion. L’Opus Dei c’est fascinant, c’est loyal, c’est authentique. On ne peut critiquer cette formation religieuse, gratuitement. Nécessité avant est de la connaître, de savoir qui elle est. Demain je vous parlerai de ses activités.

Et vous qu’allez-vous faire pendant ce dimanche « mouton blanc », le ciel évidemment.

Ce dimanche, j’ai donc de quoi faire. J’aurais préféré un beau soleil. Tant pis nous ferons sans.

Bon dimanche sous la couette !

François Velen

12:14 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

24/05/2008

Euro 2008 : Vive le sexe conjugal

Foot, SEXE à la maison.

Parlons franchement !

Selon un article paru ce jour dans la « Julie », ce n’est pas le marché du sexe folie qui va déferler sur Carouge.

Et c’est tant mieux. Les hommes et les femmes de foot viendront à Carouge boire un  verre, l’économie carougeoise ne s’en portera que mieux. Oui le bistrot pour les hommes et les femmes seuls, car les couple resterons à la maison pour un « bon coup » !

Cela dit, le Foot ce n’est pas le salon de l’auto.

Les belles de nuit vous pouvez vous rhabiller, ce ne sont pas les hommes qui iront à la chasse.

Ce sont les femmes qui seront excitées au point de faire sauter l’éclairage !

Si j’ai bien compris cette fois ci ce ne sont pas les hommes qui rêveront de la femme hyper sexi, au corps svelte. Ce sont les femmes plus tôt. Elles s’imagineront entrelacées avec de beau footballeur avec la cuisse de velours, le thorax bien gonflé, et autre chose de magique. Les femmes vont exacerber leurs rêveries. Après les matchs, la troisième mi-temps, elles se déchaîneront sur leur mari en croyant que c’est le beau footballeur aux belles jambes musclées.

Comme dit la TdG, le fait de voir de hommes en petite tenue vont excités les femmes. Ce ne sera pas la bagatelle conjugale. Ce sera torride. Les murs vont trembler. Les draps vont s’en souvenir !

Le résultat de ces déferlantes sera bénéfique pour l’ AVS, car dans neuf mois il va avoir le « baby »-foot.

Plaisirs, plaisirs, le foot va provoquer des plaisirs inédits.

Il est a souhaiter que les hommes suivent le mouvement et ne s'endorment pas après la douzième "binine" !

Bref, bon pour l’instant je vais faire mes courses.

Bon dimanche.

François Velen

11:07 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

23/05/2008

FC Servette : mise aux enchères des biens

Le FC Servette : des objets mis aux enchères !

Que l’on se rassure de suite, ce n’est pas le club qui a été vendu aux enchères.

L’Offices pour des faillites de Genève a vendu, dans le cadre de la débâcle de ce club de foot des objets saisis.

Il s’agit en autres des maillots avec le nom des joueurs floqué sur le dos. Ce fut le très mauvais apothéose de cet acte juridique. Ca a permis de jauger la popularité des joueurs.

Selon la TdG se sont les tenues du joueur Chilien a atteint un prix supérieur à Frs 100,--. C’est dire que certains étaient meilleurs que d’autres.

D’autres tenues ont été également vendues.

Des ballons ont été réalisés.

La vente c’est passée dans une ambiance bonne enfant. Le Commissaire priseur était calme.

Si c’était calme, il pesait toutefois dans le cœur des personnes présentes une certaine tristesse. C’est lourd moralement de voir partir des biens par voie de faillite.

C’était une bonne équipe. Elle avait du mérite. C’est une page de l’histoire de Genève qui se tourne. Le football genevois en a pris ce matin plein la patate. Même pas finir au musée car la justice a due vendre aux enchères. C’est la procédure !

Cedi dû à un « escroc ». Selon la TDG «le Servette FC a été mis en faillite en février 2005. La justice genevoise soupçonne l’ancien président du club Marc Roger d’être en partie responsable de cette déconfiture. Elle a inculpé l’ancien agent de joueurs français de banqueroute frauduleuse, escroquerie, gestion fautive et faux dans les titres » Rien que ça. Un homme a tout fait basculer pour son égocentrisme, son manque de loyauté et le non respects des valeurs qui sont celles du Servette FC.

Un homme, un seul homme a porté dans le déclin le Servette FC. Et bien qu’il y reste en prison. Qu’il purge sa future peine, car il doit être encore jugé.

Ce matin, c’était un vendredi noir pour le sport genevois. Je suis certain que les joueurs, les supporters, les amis des « grenats » doivent être tristes. Cette tristesse pourrait être compréhensive à moins que ça.

Je ne suis pas un vrai fan de foot, car je ne suis pas motivé. En outre, je suis de tout cœur avec celles et ceux qui pleurent aujourd’hui le Servette FC.

François Velen

16:11 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Chine : l'aide moral du Dalaï Lama

L’aide mondiale en Chine !

La "grosse machine" en cas de castatrophe en aide à la Chine. Les attitudes hostiles se taisent. Elles font place à un esprit de solidarité mondiale. Il est heureux de penser qu'en raison de catastrophe humaine toutes les forces consentent à travailler ensemble pour la sauvegarde de la condition humaine.

Tous les jours, l’aide s’organise après le terrible séisme qui a secoué le 12 mai dernier le sud-ouest de la Chine.

L’aide la plus urgente à envoyer est celle aux sinistrés.

Nombre d’organisation se sont mises en route vers la Chine.

C'est incroyable cet énorme machine d'aide aux victimes. Le monde entier y pense à sa manière.

La Chine s’ouvre aux organisations internationales. En effet, il faut venir en aide principalement dans la province de Sichuan, là même où il a eu le plus de morts, 55239 confirmés et 24949 disparus. Vient sa’jouter les 5,2 millions de sans-abri. Ces derniers vivent dans un milieu empli de pauvreté de rien.

Pour les aider le gouvernement construit un million de petites maisons en préfabriqués capables de tenir 5 ans. Les secours s’organisent à chaque heure qui passe.

Nécessité est de parer aussi contre les épidémies, les infections.

Il faut parer à la reconstruction de toute une province endeuillée, déchirée par la misère.

Il ne faut moralement pas abandonner d’une manière ou d’une autre cette partie de la Chine. Tous les jours Nous pouvons avoir une pensée pour cette région. Pas seulement que cette enclave mondiale, mais aussi pour toutes les régions où il y a de la misère.

Même les autorités tibétaines en exil se sont associées aux déshérités de la Chine, en demandant de stopper les manifestations antichinoises

De son côté l’Organisation mondiale de la Santé s’active le « chou » pour accélérer l’aide.

Le Dalaï Lama a lui-même sollicité des Tibétains de « respecter » le passage de la flamme olympique à travers le Tibet. C’est une forme de secours et de signe de chercher la Paix en Chine. C’est beau, c’est comme une petite flamme source de vie qui se met en place. C’est grand cet esprit d’ouverture de la part du « Chef » spirituel du Tibet.

J’ai lu sur internet « Pour tenter de remonter le moral des sinistrés, les autorités chinoises ont annoncé le passage de la flamme olympique dans le Sichuan du 3 au 5 août, quelques jours seulement avant le début des jeux de Pékin le 8

C’est « dingue » il faut une catastrophe pour que des signes de paix se dessinent.

Merci au Dalaï Lama de travailler sans relâche à la Paix. Espérons que les chinois comprendront l’appel.

Que pensez-vous de l’intervention du Dalaï Lama ?

François Velen

10:03 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Chine : l'aide moral du Da¨laï

10:02 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Chine : l'aide moral du Da¨laï

10:02 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

21/05/2008

Genève sous haute sécurité ! Des caméras....

Les grands moyens pour la sécurité pendant l’Euro 2008 ?

Tous les jours, il y a un « truc » nouveau au sujet de l’Euro 2008.

Il n’y a pas longtemps, ce fut la remise des clefs du stade de Genève par Mark Muller, Conseiller d’état en charge notamment des sports, à l’UEFA. Super la manifestation.

Hier c’était le ballon dégonflé à Frs 360'000,-- dont la moitié à la charge des Contribuables. Moins drôle pour ces derniers !

Aujourd’hui, on vient nous "vendre" des caméras de surveillance. Vive la sécurité ! Vive Genève !

Neuf caméras sont donc installées  à des endroits très stratégique. Des conditions d’utilisation ont été éditées par le Conseil d’Etat.

Elles seront disposées dans huit sites, tels que la zone ferroviaire de la Praille, le Carrefour de l’Etoile et le rond-point de Rive. Elles seront utiles pour la prévenir des échauffourées.

Selon Internet, les images pourront être visionnées de suite ou enregistrées pour une durée de quatre jours. On dit qu’ensuite les films seront effacés sauf s’il y a eu du grabuge.

Evidemment, qu’étant du ressort de la Police, cette dernière tiendra à jour une liste des personnes autorisées à visionner les images. Les emplacements des caméras seront identifiables par des panneaux.

Et la population ? Selon Internet, elle sera aussi informée par des parutions dans la Feuille d’Avis du Canton de Genève.

Des flics en masse, des caméras, des ci, des ça, mais c’est quoi cet Euro 2008. Serait-ce le début de l’apocalypse, la manifestation la plus redoutée de ce début de siècle, la fin des haricots.

Mais quelle armada de « flics », de mesure de sécurité pour garder 3 matchs, 3 semaines. Quelle belle perspective que ce mois de juin. J’espère que ce ne sera pas pire que le G8.

La Genève internationale sous haute surveillance !

Je commence à ne plus me sentir en sécurité. J’habite à Carouge, entre le stade de la praille et le grand camping-animations du bout du monde. Pendant la période de l’Euro, dois-je fermer les volets, la porte à clef et partir à la campagne ?! A contrario,  suis-je bien en sécurité et donc je ne risquerai pas de me faire voler  mon appartement !

Ce qui est à découvrir ces jours pour ce lot de festivités à venir, est accessible à tous. Du côté de Carouge, une kyrielle d’écriteaux de vau bans, et maintenant des caméras.

Je crois que je vais aller demander asile dans le bureau de Mark Muller ! Et pis, si j'allais du côté de Soral, pt'êre que là bas, il y aura du beau linge en toute sécurité!!!

Enfin, pour édulcorer ce constat, promenez-vous dans Carouge, il y a des drapeaux accrochés aux candélabres des petits immeubles.

On ne peut que congratuler les organisateurs pour les informations, pour l’application de toute la sécurité.

La fête va être belle. Espérons qu’elle ne soit pas entachée par des « gagas » !

Bonne journée.

François Velen

21:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Les mendiants punissables ! Le TF a tranché.

Mendiants : Le TF donne raison à Genève

La nouvelle vient de tomber. C’est ainsi que les mendiants n’auront plus droit de faire la manche à Genève. Ils sont punissables.

Je pense que le Trigunal Fédéral a pris une bonne décision. « Il y a un intérêt public certain » à adopter une telle loi en raison des risques de débordements, de l’attitude parfois insistante des mendiants, qui sollicitent et importunent les passants jusqu’à les harceler «  dit la Tribune de Genève.

Souvent ces mendiants sont de faux mendiants, ils font partie de réseaux juteux. Ils sont exploités, utilisés. En plus de ceci et de cela, ils utilisent les enfants, là je dis non et non.

Il n’y a pas si longtemps que cela, j’ai été interpellé sur la place du Marché à Carouge par une femme. Avec une insistance déconcertante, elle m’a pratiquement « violer » pour que je lui donne une pièce. Je n’ai rien donné.

A Genève, il ne devrait pas y avoir de mendiant. En effet, avec l’arsenal d’organismes en matière de pauvreté, chaque personne a droit à la dignité humaine, au respect et l’  « entretien financier ». A quoi servent l’Hospice Général et les associations.

A Genève, comme dans les grandes agglomérations, on ne peut plus parler authentiquement de misère. Oui, il y a de la pauvreté. Toutefois, avec le travail, les institutions caritatives et étatiques, par exemple Caritas, le Centre protestant, chacune, chacun peut trouver le minimum vital. Ils existent une multitude de bénévoles qui viennent au secours des pauvres.

De voir traîner dans les rues ces gens sales, à moitié « mort » ça ne m’émotionne pas. Ce ne sont pas des personnes répulsives, cependant je trouve que l’utilisation et l’exploitation de celles-ci sur le trottoir font taches.

On n’est très loin du stade de l’  « enfer » d’une société sans nourriture, sans vêtement, etc.

On n’est très loin de l’homme toujours affres et convulsionnés par les besoins permettant de vivre. Ce n’est pas une terreur, une menace.

On peut tolérer la pauvreté, car celle-ci existe bien, par contre on ne peut évoquer la misère à Genève. Il y a une nuance entre pauvreté et misère.

Qu’ils aillent à l’Hospice Général. Ils seront bien reçu et pris en charge. 

Je suis une personne ouverte, compréhensive, respectueuse des valeurs de notre société. Là je suis un quelque peu fermé sur cette soi-disante « misère ». J’aimerais bien savoir comment sont  organisés ces réseaux de mendiants. Je pense que ces personnes sont moins pauvres que nos pauvres.

L’association de défense de Roms, déplore que le signal donné par le TF soit que la misère est punissable. Et bien que cette association s’organise afin que les roms ne mendient plus et qu’il ait de quoi vivre dignement.

Je suis prêt à adier mon prochain, mais pas dans ces conditions. Et vous ?

La question reste ouverte !

Allez bon après midi et à tout soudain !

François Velen

13:38 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Le ballon de l'Euro s'est dégonflé !

Coup d’envoi raté ?

Je comprends Monsieur le Conseiller d’Etat Mark Muller. Son ballon s’est lâchement dégonflé. Sans demander son reste. Crime de lèse majesté ?

L’idée de l’homme politique fut géniale. Ce ballon marquant les événements liés à l’Euro 2008 à 150 m, il  n’y avait que Genève pour mettre en valeur une telle œuvre artistique. C’était le côté faste de Genève qui était mis en avant.

Evidemment, à 150 m soutenu par un jaillissement d’eau ; je crois que nous sommes les seuls à avoir un jédo aussi haut.

Le vent à 30 klm heure, le ballon redescendait automatiquement. Et ben oui, il est redescendu pour moins que ça. Puisqu’il a carrément lâché.

Je trouve triste d’avoir investi pour ce gadget Frs 360'000,-- et que ce dernier face une farce à la Genève internationale.

Ce qui est encore plus choquant, c’est le fait que la moitié des Frs 360'000,-- soit à la charge des contribuables. Fiche diantre mais Nous nous sommes fais gruger par la société qui a concocté ce ballon de l’Euro. Faut pas être mauvaise langue, l’accident peut arriver à n’importe qui.

Oh là là, ce que je comprends la rage de Mark Muller. Mais il ne s’est pas dégonflé puisqu’il a renvoyé à l’usine en Angleterre cette sphère pour qu’elle soit réparée.

A 18 jours du coup d’envoi des festivités, la « blague » n’est vraiment pas drôle.

De plus elle tombe assez mal. Pourquoi ? Ce ballon était cautionné par Genève Tourisme, géré par Monsieur Jean-Pierre Jobin. Vous vous rappelez ce dernier avec sa réception à Frs 374'000,-- ! Avec lui tout frôle les 350'000,-- !!! Oui, oui, là encore je suis mauvaise langue !

Selon la TdG « le risque était inhérent à cette première mondiale qui a fait immédiatement le tour de la planète ». Rond comme la planète ! Le monde entier va pleurer cette « première » défaite !

Ils refusent de parler d’échec. Alors évoquons le flop.

Faut-il être d’accord avec les propos de je ne sais plus qui : « avec les Frs 360'000,--, il y auraient mieux fallu offrir 300'000 ballons aux clubs locaux de l’Euro pour à la fois soutenir le sport et les pays du sud »

J’avoue que je suis un peu triste. Pour une fois que quelque chose était vraiment original à Genève, voilà que le spectre de l’imaginaire se dégonfle. J’espère que Mark Muller et Genève Tourisme vont infliger une belle fessée au concepteur de ce ballon.

A tout le moins, je souhaite que le concepteur de ce ballon rembourse à Genève la moitié du prix payé par les contribuables.

Bonne journée.

François Velen

08:23 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook