13/05/2008

"Une mouche a piqué le Procureur général !"

Le squat de Montbrillant…..est vide

Quelle Mouche a piqué le Procureur Général ?! Quelle rapidité.

Je viens de lire sur internet que la police est intervenue pour libérer le squat de Monbrillant. Il aura fallu 4 jours, seulement 4 jours, pour faire le vide est rendre la propriété à son propriétaire libre de tous occupants.

Selon le communiqué de presse on n'en sera pas plus sur l'intervention de la police qui est évidemment intervenu sur ordre du Procureur général. Espérons qu'il n'y ait pas eu d'accrochages.

Maintenant que va-t-il se passer ? Est ce que le propriétaire va commencer rapidement la réfection de cet ancien restaurant fermé en 2005. Il serait temps qu'il se bouge. S'il ne veut pas une seconde occupation illicite, il serait judicieux qu'il mette le coup de pioche au plus vite d'une part, et d'autre part  pour que les chamres soient mises rapidement à disposition des étudiants.

Pour le plaisir, je laisse vivre les propos ci-dessous.

Cette situation etait assez consistante pour ne pas être prise au sérieuse. Je dirais que si un immeuble est vidé de ses locataires pour des transformations, voire une démolition et reconstruction, il ne faut pas laissez passer de temps dans les étapes. Je n’ai de cesse de dire qu’entre le moment où les autorisations de démolitions et les remises à neuf, il devrait s’écouler 2 ans, évidemment sans opposition. Ce temps de 2 ans peut être acceptable. Au-delà, il devient indécent de voir des immeubles laissés à l’abandon. C’est la porte ouverte aux squatters.

Je comprends que chaque squat est une situation, un dossier. Le domaine lié à l’entretien des immeubles et de la construction n’est pas simple. Parfois, il faut de la patiente. Cela dit, j’ai pu voir en France voisine ou dans d’autres cantons des remises en location suite à des travaux mis rapidement en oeuvre.

Je crois qu’à Genève, nous sommes un tantinet trop compliqué, trop lent.

Je reviens à Monbrillant. C'est bien de savoir que cet ancien restaurant sera transformé en chambres pour étudiants. Chaque année, l’UNI pleure misère sur le manquement de chambres pour étudiants. Là, une occasion est donnée de doter les lieux de logements pour ces étudiants. Alors allons-y !

J’en viens maintenant au prix de vente. Charge au Procureur général de régler au plus vite la problématique de l’éventuelle spéculation. Et de « virer » au plus vite les squatters. Personnellement, je vois mal un « Rino II. Je suis d’avis que l’inflexibilité du Procureur général est raisonnable. Il ne fait qu’appliquer les lois, c’est son rôle.

En définitive, je pense que le chat et la souris sont les grands Maîtres des lieux du squat de Monbrillant. Dans un sens, je suis d’avis que l’on a pas le droit de laisser à l’abandon des locaux. Deuxièmement, le squat n’est pas la meilleure des solution si ce n’est d’exciter les propriétaires. Troisièment, si je le pouvais, j’encouragerais humblement le Procureur général à mettre en avant les lois régissant ce genre de problème.

Il en va du respect de la propriété privée. Dans l’autre sens, faut-il aussi que les propriétaires respectent les règles d’évacuation et de relogement. Pourquoi attendre ?

Le souhait que l'on peut espérer c'est de voir des bonnes solutions pour régler ce nouveau dossier. Ainsi seront évités des problèmes de tous ordres. Et pis, que le propriétaire n’attende plus le premier coup de pioche. Il est aussi responsable en apportant du pain béni aux squatters. Il a sa part de responsabilité.

Si les procédures étaient moins "plan plan" peut être bien que ce genre de situation n'existerait pas à Genève. Que faut-il penser ?

François Velen

16:40 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

A vous lire, je pense qu'il est urgent d'attendre de voir ce qui va se passer.

Écrit par : Blondesen | 13/05/2008

Je pense qu'à la vue de la demande de logements par les étudiants, jeunes universitaires, il est en effet urgent de faire le nécessaire. Lorsque je dis, il est nécessaire de...... je pense à une éventuelle table ronde entre les prantagonistes de ce squat de Monbrillant. Avec des personnes matures et intelligentes, ayant du bon sens, une solution à court terme pourrait être trouvée.
Cela dit, il faut reloger les squatters, voire que le Procureur général sorte les squatters et que le propriétaire veuille bien entrer dans la scène de jeu rapidement et joue le jeu, si je peux parler ainsi !

Écrit par : Velen | 13/05/2008

Le problème est aussi urgent pour les jeunes qui veulent quitter le domicile parental et qui ne peuvent avoir un logement correspondant à leurs revenus. A Genève, des jeunes générations ne peuvent pas s'engager dans des projets defvie car les politiciens n'ont justement pas de politque de logement...

Sur le projet PAV (Praille-Acacias-Vernets) on a peu entendu les étudiants, leur comité se mobiliser ou faire signer des pétitions, faire des initiatives ou contacter la TSR pour une émission ou la Radio suisse romand ou autre pour faire entendre leurs voix.

Pour obtenir des logements sur un espace qui est à deux pas de universités, il faut se faire entendre et communiquer.

Écrit par : La pieuvre | 14/05/2008

Je n'ai jamais compris ce concept, que vous décrivez ainsi : "Dans l’autre sens, faut-il aussi que les propriétaires respectent les règles d’évacuation et de relogement."
Le propriétaire devrait reloger des gens qui se permettent d'occuper le bien d'autrui ?
Vous prenez les propriétaires pour des assistantes sociales ?
Respecter les règles d'évacuation ? Et puis quoi encore ? Leur donner aussi des cadeaux parce qu'ils ont bien daigné quitter les lieux qui ne leur appartiennent de toute façon pas ? La notion de propriété privée ne veut plus rien dire dans ces pays ?

Là ça devient vraiment pénible !
"Et pis, que le propriétaire n’attende plus le premier coup de pioche."
alors, sous prétexte qu'un propriétaire d'une auto cabossée n'a pas les moyens de faire réparer son véhicule, la Police devrait lui coller une amende et la mettre en fourrière ?

Dites-moi, vous êtes pas membre du Parti Communiste, des fois, pour que je puisse mieux vous cerner ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 14/05/2008

D'accord avec vous Mr Dumitrescu. Y en a marre de ces squatters et bravo
à notre PG pour sa rapidité d'action, n'en déplaise à Mr Velen

Écrit par : bidouille | 14/05/2008

Cher Monsieur Bidouille,

Je ne suis pas pour les squatters. Dans un sens, après trois ans d'innocupation d'un immeuble, le propriétaire s'expose à ce genre d'appropriation gratuite par des gens sans gêne. Dans l'autre sens, les squatters prennent à tort la liberté d'occuper illicitement des biens immobiliers.
Dans le cas présent, Monbrillant après trois ans, fut une porte ouverte pour les squatters. Cela dit, le Procureur général a eu raison de déloger ces gens.
Maintenant, la balle est dans le camp du propriétaire qui doit soit vendre, soit rénover son immeuble et loué ses chambres à des étudiants comme il pense le faire depuis 2005.
Enfin, je ne connais pas les raison de cette lettre morte depuis 3 ans.
Bonne fin après midi.
François Velen

Écrit par : Velen | 14/05/2008

Les commentaires sont fermés.