30/04/2008

100 jours avant les JO

Dans 100 jours auront lieu les jeux olympiques.

Actuellement la flamme olympique est arrivée à Hon-Kong. Toujours par mesure de sécurité elle a été cachée. Quelle ineptie de cacher cette petite flamme, symbole des JO. Le monde allant ainsi, il aura fallu prendre beaucoup de précautions pour que le symbole aille aux quatre coins de la notre bonne vieille terre.

C'est incroyable ce qui est arrivé à cette flamme tout le long de son périple. C'est insurpotable le constat que l'on fait aujourd'hui.

Enfin, les autorités chinoises on reconnu avoir tué un présumé "insurgé" tibétain, lors d'une fussillade survenue lundi dans le nord-ouest du pays.

Elle en aura eu des déboires cette pauvre flamme olympique. Que de gens n'auront pas fait la fête à la Chine, mais plus tôt manifester une grande mauvaise humeur. A juste titre, les gens ont bien fait de marquer leur désacord avec la Chine. J'avoue avoir préféré les manifestations pacifiques à celles de scènes d'horreurs. Ainsi les Tibétains ont pu constater que du monde, beaucoup de monde les soutiennent dans leur cause.

Je ne veux pas anticiper, mais je dirais que les manifestations pacifiques d'hostilité de la part chine à l'égard du Tibet devront se poursuivre au delà des JO. Espérons que les tirroirs de la mauvaise humeur ne se fermeront pas et que le combat pour rendre la dignité aux Tibétains se poursuivre. 

Pendant ce temps à pékin 100'000 personnes ont fait un marathon près du stade olymptique, dans le nord de la ville, histoire de marquer le début des festivités marquant les cent jours qui nous séparent des JO.

Je souhaite que cette dernière ligne droite, les cent jours, filochent dans la paix, la joie et que l'on puisse arriver le jour J, là où la flamme olympique fera briller le grand "soleil" des JO, dans la sécrenité. Ce jour là, nous n'aurons de cesse d'avoir des pensées pour le peuple Tibétain.

Espérons aussi que d'ici cent jours les Chinois fassent un geste envers le Tibet. En effet, Ce peuple, cette culture a le droit de vivre dans la paix.

Pour que les jeux remplissent pleinement leurs objectifs, c'est le geste que les Chinois devraient optimaliser à tavers une paix durable en faveur des Tibétains. Si tel n'est pas le cas, ils sont vraiment abjetcs.

100 jours de PAIX, svp.

François Velen

 

17:00 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les économies des HUG.....

Très intéresant l'article dans la TdG "Les HUG auront économisé 100 millions en 3 ans ".

C'est avec une bonne efficience, sans licenciements que les HUG ont donc économisé en 2007 32,3 millions.

L'an passé le Directeur Bernard Gruson avait arguer "Gagner en efficience tout en préservant la qualité et la sécurité des soins"

Lorsque l'on sait que cet établissement le plus grand de Genève semi-privé emploie 10'000 collaborateur et que le budget dépasse 1,4 milliards de francs on pourrait penser que 100 millions c'est une tête d'épingle dans le foin. Que nenni ! Avec l'efficience on peut gagner. Il suffit d'avoir une équipe motivée, prête à faire quelques petits sacrifices et surtout être doté d'une excellente Direction.

Monsieur Gruson Directeur des HUG dit dans la TdG "Nous avons effectué un sondage écrit auprès de 120 collaborateurs concernés. Le taux de satisfaction moyen est de 70 %). Intéressant de le savoir. C'est dire que les 2/3 des collaborateurs sont satisfaits; manifectement c'est très bien pour cette grande entreprise. Ca ne peut qu'être motivant pour l'avenir.

Si les HUG l'un des plus gros fournisseurs et plus grand employeur de Genève y arrive, l'Etat de Genève pourrait y arriver aussi.

Il faut savoir qu'actuellement l'Etat fait des économies parce que les finances vont bien en raison d'une grande mane financière fiscale. Ses comptes pourraient aller encore mieux avec la même efficience que celle des HUG était mise en place à l'Etat.

Cela dit, tant aux HUG qu'à l'Etat, nous avons d'excellentes patrons. L'équipe de Monsieur Gruson et le Conseil d'Etat sont des dirigeants visionnaires d'une totale efficience.

Selon M. Gruson, le plan Victoria (c'est le nom donné aux mesures d'économies) est la traduction hospitalière des efforts demandé par le gouvernement. 

Bravo le plan Victoria.

Je me réjouis de pouvoir en dire autant de l'Etat de Genève. Est-Vous ?

François Velen

 

07:31 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

28/04/2008

les Verts, une force du Centre comme les PDC

C'est donc samedi dernier que les Verts ont élu leur Président. Bravo Monsieur le Conseiller national Ueli Leuenberger. J'ai lu avec attention dans la courrier les ambitions des Verts. Ils en veulent des acquis. Notamment une place au Conseil fédéral. Auparavant, ils devront faire un énorme travail pour accueillir de nouveaux membres. Il souhaite à ce sujet un saut de l'électorat de 10 à 15 %, c'est très ambitieux, est-ce possible ? On peut lire dans le "Courrier", je cite : "Dans l'immédiat, avant les votations du 1er juin prochain, les Verts auront la lourde tâche de convaincre leurs propres électeurs. Unanimes à prôner le rejet de l'initiative sur les naturalisations, les délégués du parti ont dû constater samedi que la base n'est pas encore prêtre à les suivre. Attendons donc de voire le résultat le 1er juin. Qui avait raison.

Toujours dans le "courrier", Après une discussion animée, les délégués ont également approuvé une résolution pour Rail 2000. En présivion des débats qui auront lieu au mois de juin devant les Chambres fédérales, ils ont demandé à la confédération de dégager les financements nécessaires à la réalisation avant 2020, de la deuxième étape du projet"

Un mariage avec les Verts ?!!!! 

Les verts sont une force tranquille. Ils ne remuent par ciel et terre pour faire passer leurs idées. Ils ont la tête sur les épaules. Ils ont le vent en poupe et navigue assez droit, le corollaire leurs projets passent  bien la rampe. Ils sont soucieux de suivre les lignes de leur programme.

Les Verts sont des gens intelligents, ouverts à la discussion, pragmatiques. J'en sais un brin car je siège au Conseil municipal de Carouge en face d'eux. A chaque séance, nous  nous parlons, nous analysons et parfois  nous nous soutenons. On pourrait dire que c'est le bon mode d'emploi de l'oracle politique.

Je pense qu'ils efleurent parfois les idées du PDC. Ca va aussi dans le sens inverse. Force est de constater à Carouge, que les Démo-Chrétiens "flirtent" avec certains projets des Verts, vice et versa. Nous avons parfois les mêmes idées et pouvons les défendre ensemble. Cela ne veut pas dire que le PDC carougeois ne mangent plus à la même table  de l'entente. Sur ces derniers propos, nous sommes très proche les uns des autres.

Au fait, lorsque l'on analyse la conduite des DC  à Carouge, elle est menée excellement au centre. Il en émane une très grande convivialité avec les autres fractions politiques. C'est le vrai parti du Centre. S'en ressent-il du côté des verts avec la gauche et la droite ?

De plus, toutes les fractions ont un grand savoir vivre. Ce week end dernier, le Conseil municipal de Carouge était en "course d'école" à Budapest. Très beau voyage. Ceci pour dire que j'ai eu d'excellent contacts avec les Verts, tout comme avec les autres membres du Conseil. Une parfaite communion. Nous avons ris, nous avons mangé, nous avons trinqué. Au sujet de ce maginifique voyage personne ne sait fait la "gueule", bien au contraire. Carouge est la ville où il fait bon vivre !

Soyons fous ! Puisque les Radicaux veulent former un grand parti avec les Libéraux, pourquoi ne pas imaginer une grande famille Démo-chrétienne-Verts ?! Deux partis du centre défendant des valeurs qui se rejoignent. Car je ne suis pas si sûr que les Verts soient toujours à gauche. C'est une image donnée à cette fraction, comme celle attribuée au PDC, droitiste. Cette réfléxion doit être menée.

Bref, j'aime bien les verts !

Evidemment que ce qui précède n'engage que mon humble personne.

Je vais de ce pas y réfléchir ! Cela peut aboutir à des comportements qui dénotent une tentative inconciente de ne pas fuir les Verts.

François Velen

21:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Plus d'alcool, plus de cigarette, c'est possible

C'est possible d' arrêter de boire et de fumer,

L'enthousiasme est une des plus importantes sources du succès (Dale Carnegie).

En préamule, je tiens à préciser que je ne cherche pas des félicitations, j'en passe et des meilleurs, je viens humblement témoigner et encourager les personnes d'arrêter de fumer et de "picoler". 

Mon corps, mon esprit étaient envahis par de deux vices, celui de l'alcool et celui de la cigarette. ll y a 5 ans que j’ai arrêté de « boire » et de fumer. Comme dans tous procès, il y avait votre "Honneur" des ciscontances attéuantes, ici en l'occurence la dépendance.

A l’époque en tant que Président du Conseil municipal de Carouge, Président du Cartel des sociétés carougeoises et membre de la Musique Municipale de Carouge, le terrain pour l’alcool et la cigarette était d’une grande surface pour ces vices. Trinquer avec toutes et tous lors de réception étaient du pain béni pour lever le verre et fumer une clope.

J’en suis arrivé à devenir un peu alcoolo sur les bords. De plus, je fumais deux paquets de cigarettes par jour.

Ma santé ressentait les méfaits. En me levant, mal de tête, mauvaise alène, mémoire déficiente, bref une baisse physique et psychologique révélée.

De plus, l’état second qui habillait mon physique devenait gênant pour ma fille et toute ma famille. Je pense aussi pour mes amis.

En 2003, j’ai pris conscience que si je continuais ainsi, je ne vivrais pas longtemps. En effet, je fonçais dans le mur.

Après le décès de ma Mère le 31 août 2003, J’ai pris le taureau par les cornes. J’ai pris conscience que j’étais entrain de me suicider à petit feu. Il fallait faire quelque chose. Quelque chose qui me donne l’envie d’arrêter ces vices. C’est ma fille qui ma convaincu.

J’ai suivi au Service de l’alcoologie des HUG une « cure » de désintoxication. Je dois ici venter ici l’efficience de ce Service.

Pendant 3 mois je dois avouer que la vie n’était pas rose, plus d’alcool et plus de cigarette. Mon entourage et mes amis en ont senti les effets pervers des manques d’alcool et de cigarette. Cela dit, avec une certaine force de caractère j'y suis arrivé.

Depuis, je n’ai  plus touché une goutte d’alcool et ne fume plus. Ca ne me demande pas.

Le bénéfice : je suis comme neuf. J’ai toute ma tête, je suis bien dans ma peau, j’irais jusqu’à dire que c’est le nirvana. Et par-dessus le marché, ces dépendances ne me manquent pas.

Je viens ici encourager tous celles et ceux qui sont dépendant de l’alcool et de la cigarette. Pour votre bien être, pour votre image, essayez de faire l’effort. Au début ce n’est pas facile, toutefois au bout d’un certain temps, les envies s’estompent.

Je pense que si vous avez la volonté vous pouvez aussi y arriver. C’est un choix entre le cœur et la raison. Il est important pour votre devenir. Pensez-y !

Je profite par ce commin out recercier toutes les personnes qui m'ont aidé, enouragé. MERCI. Il-s, elle-s se reconncaîtront.

Bonne chance.

François Velen

03:00 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

25/04/2008

L'èpicerie de Pierre Maudet

Lépicerie de Pierre Maudet !

Le jeune politicien est certainement un bon Conseiller administratif de la Ville de Genève. J'en suis certain qu'il a toutes les capacités pour être à cette haute fonction. Bravo Pierre !

C’est aussi un excellent Epicier, dont Je suis certain qu'il va comprendre la "drolerie" de cette histoire.

Pourquoi ?

Au sujet de l’usage gratuit du domaine public accordé durant des années à qui le demandait. Jusqu’au 1er avril prochain, ce « binz » fonctionnait un peu à la tête du client. Pierre Maudet a raison de reprendre ce dossier et d’y mettre de l’ordre, surtout d’établir une équité entre les acteurs.

Le jeune loup de la politique a tout à y gagner en alléguant que « l’espace public est un bien qui a une valeur » et qu’il entend rompre avec « les pratiques très créatives » de son prédécesseur André Hediger. Avec « Dédé » c’étaient les copains avant tout !!!

Le temps de la politique des petits copains est donc fini.

Un règlement a été mis sur pied ; je serais tenté de dire qu’il a été mis sur le « marché ! ».

Au fait, à voir le nombre d’articles de l’épicerie combien de personnes et de temps ont planché sur ce sujet.

Donc, notre Epicier se fond dans les chiffres, les pourcentages. Je calcule un 20 % par ci, un 10 % par là, je t’en redonne autant, je te dois ceci, tu es redevable de cela. De la vrai petite épicerie. Toutefois, ces calculs d’apothicaire doivent prendre un certain temps pour être calculé. Ce n’est pas tout l’étiquetage des prix, il y aussi les rabais, le malus ; un tointin du tonnerre. Je me suis bien amusé en lisant dans l’article de la Tribune de Genève, l’alinéa «l’exemple des fêtes ». Là ce n’est plus de l’épicerie, c’est carrément un centre de distribution. Je serais curieux de savoir combien de temps va prendre le fonctionnaire qui fera le calcul pour l’utilisation du sol par les Fêtes de Genève.

Pierre Maudet est conscient que ce nouveau système risque de faire des mécontents puisque, comme le dit très justement la TdG , le renouvellement des gratuités ne sera plus tacite. Il est vrai que des comptes calculés à leur juste valeur permettront d’y voir plus clair dans l’attribution des espaces publiques et surtout sur le plan comptable. De la sorte, le budget tout comme le compte rendu annuels seront présentés à leur juste valeur.

Des mécontents, ils vont très certainement se faire remarquer auprès du Magistrat. Ca râlera durant 2 ans et ensuite comme toute chose les usagers se seront adaptés au nouveau système.

Je pense qu’il est normal que l’espace publique soit loué à qui le veut et partant qu’un calcul lié à la location soit établi.  Merci Monsieur Maudet pour votre règlement.

Avec tous ces bonus et ces malus, je comprends une fois de plus que Genève est très compliquée. Rien ne se traite avec facilité. Il me semble qu’au-delà de la Versoix tout semble plus simple, moins Calviniste.

Enfin, c’est le charme de Genève ville internationale.

François Velen

06:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

24/04/2008

Du soleil à l'UDC ?

Y a-t-il du soleil  à L’UDC ?!

126 000 signatures soutiennent Madame la Conseillère fédérale. C'est une tornade de soutiens à l'égard de Madame Eveline Widmer-Schlumpf.

Humblement, Je ne pense pas que l’UDC soit dans une grande tourmente. Toutefois, depuis un certain temps c’est la pluie dans cette grande fraction politique helvétique. Quoique depuis aujourd'hui, après la décision de la section Grisonne de soutenir leur Conseillère fédérale, les rayons de soleil apparaissent.

Laissez briller le soleil de tout son éclat sur Madame Eveline Widmer-Schlumpf.

Depuis l’éviction démocratique de Monsieur Christoph Blocher, la roue tourne malheureusement pas bien dans certaines sections. Madame Eveline Widmer-Schlumpf a gagné, elle est élue, elle est Conseillère fédérale, pour le bonheur de beaucoup elle le restera.

Ca plaît, ça déplaît. Il n’y a pas de quoi fouettez un chat.

Les sections Grisonnes, tessinoises et maintenant bernoises plus toutes celles qui ne se sont pas manifestées publiquement sont d'accord ou pas d'accord. Des éclairs ici, des coups de vents là, des pluies parfois diluviennes, ce n'est pas grave, je pense que la bonne humeur va revenir

Liberté, vertu de l’action désintéressée, souci de l’intérêt général : voici les trois maîtres. Liberté : c’est dans le respect de la démocratie qu’elle a été élue. Action désintéressée : elle n’a pas été présentée ouvertement, on peut imaginer donc qu’elle était désintéressée par la charge de Conseillère fédérale. Intérêt général : c’est là que le bas blesse ; pour éviter Monsieur Blocher,  le non respectueux de la collégialité, l’agitateur, les élus ont désigné dans l’intérêt général de la Suisse une femme de l’UDC.

Ces affaires de cancans sont seulement des nuages. C'est tout juste bon pour une farandole sur la place fédérale à Berne !

Que les hautes instances de l’UDC calme le jeu.  

Et comme dit le dicton « Après la pluie, le beau temps ».  Bravo l'UDC de faire grandeur dans la paix. En découlera un flux de bon sens.

Tête d'épingle que je suis au milieu du monde politique, je dis en toute simplicité, laissez briller le soleil et laissez  passer les nuages sur l'UDC.

En conclusion, je dirais que l'ancien Conseiller fédéral Christoph Blocher, vexé de sa non-élection, doit être un très mauvais tribun pour l'UDC. Lorsqu'il avait pris la place de Madame Ruth Metzler, le PDC n'avait pas fait autant de vagues que l'UDC.

François Velen

09:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook

22/04/2008

2000 lampions pour le 1er août pas un de plus !

Je suis un peu déçu. Ca frise l'indécence.

Pourquoi ?

Lors de la prochaine fête du 1er août, il n'y aura pas de Conseiller fédéral pour parler à la "Nation". C'est tout de même incroyable mais vrai. Les valeurs liées à nos traditions sont violées. Je n'aurais jamais imaginé une seconde à ce que l'on arrive à une telle mesure pour des raisons de sécurité.

Je comprends tout à fait que les organisateurs de cette fête commémorative oeuvrent dans le moins. Qui peut le plus peut le moins ! La simplicité est parfois pour ne pas dire toujours plus joyeuse que les flonflons. Néanmoins, pour la fête historique du 1er août, s'il n'y a pas de saucisse et du vin chaud, il pourrait y avoir à tout le moins le discours du Président du conseil National où celui du Conseil aux Etats.

Où je suis dubitatif c'est sur le fait du caractère fédéral de la fête. Si j'ai bien compris, si un Conseiller fédéral ne va pas sur la prairie du Grütli ce n'est pas par principe, c'est par mesures de sécurités. Je mets ce dernier mot au pluriel, car il faut plusieurs surveillances, par lac, par terre et pourquoi pas par air.

Et bien ; Mesdames et Messieurs, je trouve bien triste que pour ces raisons la Fête Nationale soit baffouée. Je ne veux pas être un oiseau de mauvaise augure mais je trouve cela triste.

Est ce qu'en France le 14 juillet est écourté et mis sous haute protection. Je vois mal Nicolas Sarkosy se voir privé de discours aux Français. Qu'en est-il le 4 juillet aux Etats-Unis ?

Nous aspirons tous à la Paix. Cela dit, mettre en sourdine le discours d'un Conseiller fédéral à l'endroit même où la Suisse est née, c'est impensable.

Mais alors où seront nos Conseillers fédéraux ce soir là. J'imagine le Président Couchepin dans son Valais natal, les autres ?

La Suisse, petite enclave dans la grande Europe, doit donc vaincre ses peurs. Au fait, c'est incroyable de penser qu'une cohorte de "résistants" à la chemise noire ou brune provoquent autant de peur !

Bon vent aux 2000 convives qui prendront le bâteau le 1er août 2008 pour fêter à moitié, puisque pas d'Autorités fédérales, la fêtes nationales.

Au fait, la soicété organisatrice, n'oubliez pas d'acheter 2000 lampions pas un de plus !

Et pour terminer, je dirais que les organisateurs pensent mal en ne donnant pas au Grütli sa vocation Mère et son importance historique. 

 

François Velen

 

20:20 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Sauvons les beaux restos !

Je n'ai pas voulu copier la TDG, toutefois je rebondis sur le titre "Pour sauver nos beaux restos, classons-les !

J'applaudis des deux mains cette proposition. En effet, il devient nécessaire de réfléchir sur le devenir des vieux et beaux restos de Genève.

Ces dernières années, une "collection" de vieux bistrots ont disparu. Souvent, ils ont cédé leur place à des établissements de tous genres.

Je soutiens donc l'action d'Action patrimoine vivant (APV).

Ces vieux bistrots à la parisienne font le charme de Genève. Prenez le café du Centre, Lipp, le Lyrique la Brasserie la Bourse à Carouge, l'Olivier de Provence, Remor, ce sont des monuments de la vie quotidienne genevoise. La pérennité de ces établissements publics doit être assurée.

Quels plaisirs d'aller boire un café dans ces vieux monuments de l'architecture du vieux genève. Parfois, on se croirait à Paris.

Vous serez d'accord de dire que ces établissements animent la Genève Calviniste. Par sa froideur Genève est entrain de mourir. Il manque de l'animation, alors voir disparaître les vieux bistrots c'est conduire Genève au cimetière !

Le combat de Madame Erica Deuber Ziegler est tout à fait justifié et je soutiens sa démarche.

Qu'il me soit permis de reprendre des propos de l'article "APV se préoccupe aussi de l'animation urbaine. "Le café-restaurant est un élément indispensable de la vie sociale en ville. Il faut donc entreprendre tout ce que nous pouvons pour préserver nos établissements, argumente Erica Deuber Ziegler. Pari difficile face à l'explosion des loyers, qui vide l'hypercentre de ses bistrots. L'historienne de l'art ne le conteste pas : "Autrefois, c'étaient les banques qui remplaçaient les café; aujourd'hui, ce sont les magsins de luxe qui les chassent".

Bravo l'APV, je vous soutiens et je souhaite que vous soyez soutenu par beaucoup.

Laissons vivre les veaux restos. Accordons leur notre soutien.

Genève doit être vivante.

François Velen

François Velen

10:25 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Novartis et Nestlé, ça me rend dingue !!!

Novartis, Nestlé, indécents ?

Lundi matin, il pleut ; c’est le fête à la grenouille !

Alors quoi, je vais m’occuper l’esprit sur Internet.

Page après page, rien de transcendant.

Et hop, sur quoi je tombe ? « Le chiffre d’affaire et le bénéfice de Novartis en hausse en 2008 » et « les Ventes de Nestlé en hausse de 6 % à 25,7 milliards de francs en 2008 ». Les réserves des assurances affichent des montants grandioses. La confédération parle de centaines de millions. Bref, tout va bien dans le meilleur des mondes. Je suis réconforter de savoir que l'économie va bon train.

Pour la petite histoire, il y a une année à pareille époque, aux nouvelles la SSR annonçait que Novartis flambait par des hausses pharaoniques du chiffre d’affaire. A la fin du même journal, la radio arguait que Novartis allait licencier 3000 personnes pour cause de restructuration. « Merde » !

Certes, que ces sociétés caracoles dans le monde économique ne me gêne pas. Par contre, c’est indécent de publier sans complexe les millions. Je subodore que ces annonces doivent susciter des réactions dans les familles aux revenus moyens, chez les pauvres.

Que les sociétés, les multinationales prônent la pyramide financière de leurs capitaux gagnés en le disant: je dis non. C’est vraiment agaçant de parler de ces grandeurs financières alors que des gens ne roulent pas sur l’or, qu’il y a de la misère un peu partout dans le monde. Dire des choses pareilles peuvent rendre encore plus dépressif les dépressifs. A contrario, les actionnaires doivent jouir de plaisir, quoique depuis un certain temps la bourse de fleuri pas. A ce sujet, j'observe que beaucoup d'argent circulent dans les pays riches. J'espère sincèrement que les peuples ne souffriraient pas en cas de krash boursier.

Evidemment qu’une saine économie est rassurante. Néanmoins à qui profite-t-elle ? Aux actionnaires, aux dirigeants des sociétés. Et aux employés, une petite garantie d’emploi. Néanmoins, des licenciements, il y en a partout.

Je ne suis pas « gaucho » et je soutiens ces sociétés, car elles font marcher l’économie. Cependant, je me répète, je pense qu'annoncer publiquement qu’elles nagent dans des eaux claires n’est pas normal à l’égard de la classe moyenne et évidemment les pauvres.  Ces sociétés feraient mieux de se taire.

Est-ce que les salaires augmentent en conséquence ? Est-ce que les médicaments baissent leurs prix ? Est-ce que l’on baisse l’impôt fédéral direct ? Est-ce que les gens se sentent rassurer par les bons résultats de l’économie privée et celle publique. A tout le moins, je l’espère.

Clin d’œil : ces grandes sociétés « bouffe le c….. du tiers monde » Dans un certain sens ce qui me me rends "dingue" c'est la redistribution des richesses dans les pays pauvres. On prend beaucoup dans ces pays et on donne peu. Le grand paradoxe est de dire que chez nous, nous sommes pauvres au sol et riches dans le quotidien, alors que dans les pays pauvres, ils sont riches au sol et sont pauvres en fortune.  Nous sommes en quelques sortes des profiteurs. L'équilibre n'existe quasi pas. Les multinationales profitent de la pauvreté. Par contre, elles font vivre nos sociétés modernes. Nous pourrions palabrer des heures et des heures sur ce sujet sensible. N'en demeure pas moins que je suis à chaque fois sensibilisé lors d'annonce de gros bénéfices.

Je viens d’entendre à la radio que 2008 nous serions face à une grosse crise économique. Je ne sais si c’est vrai et je ne le souhaite vraiment pas.

Merci aux sociétés de rester un peu plus modestes ! Elles en sortiront moralement grandies.

Et vous que pensez-vous de cette valse des millions au détriment des pays pauvres ?

François Velen

06:00 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

21/04/2008

Le centre ville, superbes animations ?

Le centre ville : la déprime ?

Ok, je suis d'accord : un centre ville sans animation, c’est déprimant.

Genève n'est pas attrayante.

A la question de Christian Bernet : « Que se passe-t-il ? La Genève vieillissante serait-elle prise d’un coup de nostalgie ? Sans doute un peu. Je dirais qu’il est vrai que Genève se démarque de biens d’autres villes par son manque d’entrain de dynamisme et d’imaginations

A Genève, les zones piétonnes ne sont pas vivantes, dégarnies de badauds, tristes, sans attirance.  Est-ce une attitude normale, est-ce que phénomène se répète dans d’autres villes. ?

J’ai lu avec beaucoup d’attention l’article de Chritian Bernet de la TdG « Une ville animée, ça se mérite ».  C’est vrai de dire qu’il y a quelques années la fermeture de tel ou tel commerce n’excitait pas les esprits. Le Cristallina ou le Relais de l’Entrecôte, ces fermetures sont comme une « mort » dans les rues basses. Pas si loin dans le temps, la disparition d’entités comme le « Coq d’Or » ou « Zivi » ; les genevois n’avaient pas manifesté une authentique démoralisation.  Précisons que le centre ville est vite mort d’animations. Serait-ce l’esprit Calviniste ?

C’est navrant de savoir que d’autres surfaces commerciales, restaurants, épiceries ou cinéma de quartier vont disparaître.

D’autre part, je ne comprends absolument pas pourquoi on installe dans des arcades vides, des espaces conseils pour les banques, pour l’immobilier, etc.

Les commerces ne doivent pas disparaître. Les arcades devraient être diversifiées par tel ou tel style de magasin.

Actuellement, le soir, le dimanche, les jours fériés, la ville est terne. Je ne pense pas que ce soit le meilleur remède pour les déprimés !

Les loyers sont trop chers, en effet, les jeunes vont s’installer en campagne. Et encore moins de monde au centre.

Il manque des logements à des prix abordables, pour que les jeunes restent et animent le centre ville. Ne présentant pas d’appartements  dans la Grand rue, les orchestres pourraient jouer jusqu’à 23 heures, fermeture de la buvette  24 h 00

Je trouve aussi navrant que le monde des affaires prenne de l’assurance dans les rues basses.

Le centre ville a besoin d’être dynamisé. Si ça vit, si c’est animé, si, si, si, je suis certain que les gens éteindraient leur télévision, leur ordinateur et viendraient bien plus volontiers se divertir en ville. Une ville animée, ça se mérite, faut-il encore se donner les moyens.

Genève devrait  promouvoir la diversité entre les habitations, les magasins, les attractions, les animations et l’aménagement.

Pour conclure, il serait intéressant de se poser des questions sur l’implantation d’arbres et la disposition de bacs à fleurs, beaucoup de fleurs au centre Ville, par exemple. Aussi l’installation de petite buvette, des jeux de boules et pour les enfants. Un kiosque pour des aubades concerts. Un thème par saison, soit 4 « tableaux ». Un pilote devrait être engagé pour manager tout le programme. Si cette personne est bien, présente de bonnes idées, elle pourrait être engagée même si celle-ci n’a pas une porte documents rempli de diplômes. Qui peut le plus, peut le moins !

Je prends au sérieux les propos de Christian Bernet « …Bientôt d’autres restaurants, d’autres épiceries ou cinémas de quartier vont disparaître. Pour les maintenir, les lois ‘y suffiront pas. Ce qu’il faut, ce sont des clients. C’est ici que les choses se corsent. Je pourrais vous dire que la recette est simple. Travaillez moins, fermez votre TV et votre ordinateur et descendez dans la rue faire vos emplettes. Mais vous ricaneriez de ce programme touchant de naïveté. N’est-ce pas ? »

Que ce brûlant et captivant dossier avance dans le bon sens « Genève ville où il fait bon vivre ! »

Bonne réflexion !

Bonne journée.

François Velen  

07:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

20/04/2008

Les Radiaux plus proche du PDC que des Libéraux ?!

Les Radicaux plus proches du PDC que des Libéraux ?

Samedi dernier, les Radicaux étaient réunis en assemblée à Berne.

Selon les dires d’internet, le vieux parti cherche à se démarquer. Mais de qui de quoi ?

"Selon ses dires, désormais, les Radicaux mettront toute leur énergie dans la défense d’emplois de qualité, de la céhosion natinale et d’un Etat svelte proche du citoyen.

Pour créer les conditions-cadres d’emplois de qualité en Suisse, les Radicaux veulent soutenir « le progrès technologique et des innovations qui protègent l’environnement. Afin d'assurer l'avenir des assurances sociales suisses, et ainsi la cohésion nationale, les radicaux veulent que le travail reste plus attrayant que l'obtention d'une rente. Il continuera à se battre pour une retraite flexible qui permette à tout le monde de travailler plus longtemps.

Concernant le rôle de l'Etat, le PRD le veut plus efficace et plus proche des besoins des citoyens. Son combat s'axera surtout contre les règlements et la bureaucratie étouffante. Concrètement, les radicaux préconisent une simplification du système fiscal, de la TVA et du droit des constructions.

Le rôle de l'école est également mis en évidence dans ce nouveau programme. Pour en améliorer la qualité, le parti bourgeois prône la scolarisation à quatre ans, la valorisation des performences par les notes et l'encouragement à l'apprentissage de trois langues par exemple.

Les radicaux suisses sont réunis à Berne pour définir le seul message qu'ils entendent utiliser ces quatre prochaines années. Leur président Fulvio Pelli veut empêcher une nouvelle dispersion des voix radicales, comme cela a été le cas aux dernières élections. (le fait d'aller avec les libéraux, certains radicaux centristes ont voté avec le PDC voire les verts, ndrl)

Nous sommes ici pour prendre notre place sur la scène politique suisse", a lancé le Tessinois devant les plus de 400 radicaux présents, dont le conseiller fédéral Hans-Rudolf Merz.

Il y a un seul parti radical, bientôt il y aura un seul parti libéral radical en Suisse, il nous faut un seul message pour les quatre années à venir", a lancé le président du PRD Fulvio Pelli aux quelque 430 radicaux venus à Berne. En reconcentrant ses priorités, le parti veut renforcer son unité et ainsi être mieux perçu par les citoyens. Désormais, le PRD ne cherchera plus de solutions communes, n'assumera plus les compromis, même dans l'intérêt du pays, a averti le Tessinois. "Car ensuite nos électeurs et le monde économique nous le reprocheront. (plus de compromis avec les libéraux ? ndrl)

Aujourd'hui, nous décidons ce que nous voulons et nous nous y tiendrons sans 'oui mais'", a-t-il annoncé en appelant les radicaux à leur responsabilité individuelle. "Cela signifie se taire, une fois ou l'autre, quand on n'est pas totalement d'accord avec le parti" (bonjour la démocratie, ndrl)

Mais encore

Sur le site internet des Radicaux genevois ont peut lire les grandes lignes suivantes :

. Renforcer l’école publique,

. Créer des emplois,

. permettre une vie de famille épanouie,

. construire des logements,

. réformer les finances,

. garantir un développement durable,

. renforcer la sécurité,

. fludifiers les transports,

. enfin aider plus tôt qu’assister.

Si je vais au-delà de la lecture de ces thèmes, mon esprit me fait dire que les Radicaux  sont d'authentique centristes. C'est un parti politiquement plus proche des Démocrates Chrétiens que des Libéraux. Il n’y a pas si longtemps que cela les anciens Radicaux étaient aux côtés des anciens Démo-Chrétiens. Pourquoi se revirement ?

Et de dire qu’à lire leurs déclarations, les Radicaux évoquent toujours un Grand parti Suisse Libéral-Radical. En conséquence, le grand mariage semblerait avoir lieu prochainement ? A ce sujet, je pense que les Radicaux ayant une fibre sociale risquent d'aller vers le PDC, voire vers les Verts.

Je pense que les Radicaux sont des centristes. Et pour mette un peu d’ambiance ici, j’imagine une « méga » communion «Radical-PDC et éventuellement lesVerts » : Pour une Suisse 2030.  Trois fibres qui associativement et politiquement près l'une de l'autre. Tous défendant à leur manière la famille, les acquis sociaux, le partage des taches, une saine économie, le social, l’environnement durable, la simplification etc. Je subodore que les décisions liées à la bonne marche de la Suisse seraient concrétement plus constructives. Je pense qu’il y aurait moins d’initiatives, de référendum, puisque tous s’accorderaient au préalable des séances à Berne. Ne me demandez pas quelle potion magique pour une telle alchimie menant à une grande cohésion nationale. Evidemment ce n'est qu'utopie de ma part.

A quand le grand parti Suisse ?!

Au contraire, ils veulent se démarquer donc nager avec les Libéraux dans la grande piscine politique.

A genève, quelle entente ? 

Je vais rester succinct sur ce sujet sensible politiquement et vous souhaiter une bonne journée.

François Velen

12:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

18/04/2008

Scandale sexuel au FC Thoune, la honte....

Honte aux 5 joueurs du FC Thoune ! 

C'est simplement terrifiant de lire qu'au FC Thoune un 5ème joueur soit impliqué dans un scandale sexuel. 5 joueurs ayant défiés le Code pénal, c'est la honte.

Mais à quel jeu jouent-t-ils ces malfrats ? Ce n'est tout simplement pas tolérable d'abuser de jeunes mineurs-es.

Honte à ceux qui se livrent à des abus sur une jeune fille mineure.

Quel exemple pour la jeunesse qui pratique le football ou tout autres sports. 

Je ne voudrais pas être un oiseau de mauvaise augure, toutefois je subodore qu'il n'y a pas qu'au fC Thoune qu'il se déroule des choses contraire aux bonnes moeurs. J'ai déjà entendu, qu' il s'en passait des choses sous les douches. Il semblerait que les joueurs ne sont pas blanc comme neige.

Je me suis toujours interrogé sur le bénéfice moral des calendriers tels que ceux des "Dieux du Stade". Je ne veux pas être le vieux catho., loin de moi d'être une grenouille de bénitier, toutefois je pense que ce n'est pas un bon exemple de voir de beaux "mecs", car c'est vrai qu'ils ne sont pas moches, dévétus, dans des positions parfois érotiques. Les filles, certains hommes aussi, aiment ce genre d'exposition d'apollons. Tant que ça ne reste du ressort de l'ouïe, pas de problème. Cependant, il ne faut pas ça devienne obsetionnel en se délivrant l'esprit à des attouchements et autres violations du Code ce bonne conduite.

Paraît-il que si nous savions tout nous serions terrifiés. Il y a déjà eu ce genre de problème dans nombre de clubs de sport, car il n'y pas que le foot.

Revenons aux joueurs du FC Thoune. Je souhaite que justice soit faite. Que l'exemple à travers la peine infligée soit un exemple.

A la décharge des "inculpés", parfois est-ce que les jeunes filles ne sont pas provocatrices. Pour un homme vite excité, visionner une fille à la jupe très courte, au maillot en dessus du nombril peut donner des idées. Ne devrait-il pas exister une pilule déçamorçant l'adrénaline ! Il y a bien le viagra, à contrario existe-t-il un "truc" ?

Certes, il appartient à la justice de faire son boulot, à sa juste valeur. Les managers de clubs ainsi que les parents doivent aussi prendre en main leur progéniture en leur apprenant  les bonnes manières.

Si ma  fille majeure non consentente était victime d'attouchements, voire violée, je "flingue" les auteurs de ce drâme. Car c'est un drame ce genre de mauvaises aventures. Evidemment, à froid je laisserai les Magistrats faire leur boulot de juge.

Mais dans quel monde vivons nous ?

Ah le sexe c'est le plus vieux "métier" du monde.

Je suis de tout coeur avec celles et ceux qui ont subi des mésaventures sexuelles.  Par contre, je flanquerai bien une paire de claque et un bon coupier au "cul" aux jeunes joueurs qui se sont livrés à ce genre de "sport".

François Velen 

22:45 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Saint RémyPagani priez pour vos "paganinettes"

La rade; enfin elle bouge !

Donc tous les projets notamment ceux de Monsieur Ferrazino sont tombés à l’eau !

Adieu oh toi ferrazinette, salut oh toi paganinette !

Depuis le temps que l’on nous parle de la remise en état des bords du lac, l’eau a eu le temps de couler sous le pont du Mont-Blanc.

Il est vrai de dire que la rade n’est actuellement pas très agréable, que des travaux sont nécessaires. C’est vrai ces grands trottoirs avec ces grands carrés de verdures ça fait trop grand. L’esprit de la rade correspond à celui de la Genève Calviniste. Froide, austère. Je viens de longer les quais du Mont-Blanc et Wilson, c’est d’une froideur hivernal. Vivement un avenir, ensoleillant les nouveaux équipements d’été.

Je trouve cette rade moche, pas sympathique, froide, non accueillante. J’envie les habitants de Nyon, de Rolle, de Morges, voire d’Annecy. Ils ont des bords de lac super chouettes, c’est bien plus sympa de s’y promener.

Cela dit, en 2009 nous vivrons avec du provisoire et en 2010 avec du neuf. Un peu de patience !

Je suis heureux d’apprendre que les « paganinettes » seront proches de l’eau et que la vue sera meilleure.

Que d’encre et de palabres pour concrétiser enfin un projet qui tiendra la route; c’est-ce que je souhaite.

Je ne suis pas inquiet du projet gardé secret par Monsieur le Conseiller administratif Pagani. Mais que va-t-il sortir de son bureau de Ministre ?! Je verrais bien des pavillons comme dans l’ancien temps avec du bois, surtout du bois, des couleurs s’harmonisant avec l’eau et les bâtiments bordant les quais et beaucoup de fleurs. Surprise, surprise donc cet automne. J’ose espérer que cette fois-ci le projet fera l’unanimité.

Je souhaite aussi que la remise en ordre de la rade coûtera moins de 3,7 millions. Prix des 17 pavillons, Ferrazino, soit Frs 217’000,-- pièces

En outre, je suis surpris par le fait que la Ville de Geève avait confié le mandat des « ferrazinettes » à un bureau d’architectes lausannois; est-ce que les genevois n’ont pas les capacités de mettre sur papier un dessin, un plan de pavillon ?

Vivement l’automne, pour enfin découvrir le projet Pagani !

Et comme le dit la TdG, « amoureux de la rade, patience: dès l’an prochain, il devrait être possible de prendre un verre sur des terrasses pieds dans l’eau, sas grues, poubelles ou bateaux vous masquent la vue ». Selon les déclarations de Monsieur Pagani, il en sera ainsi.

Enfin, nous ne pouvons que saluer la résolution politique à savoir que la Ville de Genève ne veut plus d’exploitants propriétaires de leur stand qui occupent le domaine public comme il l’entendent. Un tel projet n’est plus possible. La Ville construira donc les stands, les louera aux exploitants puis les entreposera pendant l’hiver. Une fois ce principe admis, tout le reste, comme la taille des pavillons, leur équipement etc. est négociable. Ces propos sont ceux de Monsieur Pagani à la TdG.

Saint RémyPagani priez pour que votre rade soit réussie !

 

François Velen

13:25 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

17/04/2008

Solidarité envers le Tibet

Solidarité envers les Tibétains

Depuis que la flamme olympique a pris la route à travers le monde, il n’y a de cesse d’y avoir des « accrochages ».   Faire entendre son mécontentement à travers des manifs bruyantes et parfois douloureuses humainement peut provoquer une résistence non bénéfique de la part des "méchants".  

Il est vrai de penser que les Chinois sont des « méchants » à l’égard des Tibétains. Tout le monde le sait à part la Chine! Nous aspirons tous à la Paix. Comment puisse-t-on en arriver à biaiser une communauté telle que le Tibet. Mais qu'est ce qu'ils ont à la place du coeur celles et ceux qui veulent l'élimination de la culture tibétaine.

Vouloir faire disparaître la culture tibétaine n’est pas élégant et surtout contraire au code de la vie.  Dans l’histoire, on peut lire plus d’un génocide, je pense à celui des juifs, des Arméniens et bien d’autres peuples. C’est l’horreur de vouloir mettre fin à une culture. Ces situations contraire au code de la vie ne sont pas humaines et méritent d'être dénoncées, punies.

J’ai lu un super livre « Pladoyer pour le bonheur » de Mattnieu Ricard. Il dit ceci :  « Nous aspirons tous au bonheur, mais comment le trouver, le retenir et même le définir?  A cette question philosophique par excellence, traitée entre pessimisme et raillerie par la pensée occidentale, Matthieu Ricard apporte la réponse du bouddhisme : une réponse exigeante mais apaisante, optimiste et accessible à tous. Cesser de chercher à tout pris le bonheur à l’extérieur de nous, apprendre à regarder en nous-même, nous familiariser avec une approche à la fois plus méditative et plus altruiste du monde …. » Ce passage est merveilleux et plein d’amour.

Marquons notre solidarité 

En ce qui concerne la cause du Tibet, évidemment qu’il faut marquer d’un signe extérieur notre solidarité. Pas n'importe quel signe.

L'idée d'un signe est séduisante toutefois elle ne devrait pas être démagogique.   A mon humble avis c'est contraire au code de procédure en matière de politique que d'utiliser ce genre de malheur pour faire parler de soi.

Ce signe doit être pacifique. Je soutiendrai des manifestations passives devant les Ambassades, les consulats, les représentations diplomatiques. Pour toutes les misères du monde, nous devons avoir à tout le moins une pensée.

Dans le cadre du Tibet, je verrais bien le soir de l’inauguration des jeux olympiques des bougies scintillantes sur les fenêtres du monde entier. La manière serait plus passive que des manifestations d’hostilité tournant au tragique. Encore plus fort, boycotter l’inauguration. Inviter les Autorités fédérales, par exemple, a ne pas se rendre à Pékin pour l’ouverture des jeux.

Une autre marque d'attention : hisser un drapeau de la paix. Pourquoi pas uniquement que le drapeau du Tibet ? La réponse est très simple, il n’y a pas que le Tibet qui souffre. Nombre de pays sont touchés par des génocides, des guerres, du mépris, et partant ces peuples pourraient aussi faire l’objet d’un drapeau spécifique de leur pays sur des immeubles. Tant il y a de problèmes dans notre monde en mutation constante, les toits seraient couverts d’emblèmes !

Une simple bougie allumée, pas besoin de grande publicité. L'idée jour et l'heure devraient être communiqués le jour  venu par l'intermédiaire des médias.  En effet, en guise de soutien moral, les médias pourraient  jouer le jeu !

Ne nous voilons pas la face et soyons solidaire individuellement ou ad politique avec le peuple Tibétain. Cette manière de s'exposer est plus diplomate que le tout à la politique.

Actuellement on met en avant toutes sortes de bonnes actions en faveur du Tibet parce que les prochains JO auront lieu en Chine. C'est juste, toutefois est -ce que la Chine va changer ses positions ? Que nenni; j'en conviens c’est très triste pour les Tibétains. Je suis de tout coeur avec celles et ceux qui défendent leur culture et surtout celles et ceux qui souffrent.

Conclusion

A chacun ses convictions !

Pour conclure, je ne soutiens pas les interventions démagogiques; nous avons déjà assez à faire à gerer et à régler nos problèmes ici. Humblement, je préfère m'abstenir politiquement et oeuvrer d'une autre manière pour la Paix dans le monde et ce dans des groupes pacifiques.

Personnellement j’inviterais mes amis à allumer une bougie le soir de l’ouverture des JO. Là, ce n’est pas de la démagogie et peut être biens que je hisserai un drapeau de la paix. Enfin et comme tous les jours  j’aurai une pensée pour tous les peuples déchirés par la misère, la guerre, etc.

François Velen

PS : En tant que Conseiller municipal à Carouge, si j'étais face à une résolution  incitant le Conseil administratif à hisser un drapeau tibétain sur l'une des tours de Carouge pendant toute la durée des JO,  je m'abstiendrais lors du vote pour les raisons évoquées ci-dessus.

08:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

16/04/2008

Les fonctionnaire n'ont pas à se plaindre !

Les fonctionnaires n'ont pas à se plaindre !

Auparavant, le fonctionnaire était engagé pendant une période de 3 ans avant d’être nommé. Pendant cette période, il etait payé 2 classes en dessous du salaire réel. Au bout de cinq années de loyaux services, année après année, le fonctionnaire touchait une annuité et ce pendant 12ans. Enfin, après cinq ans d’activité, le fonctionnaire reçevait une prime de fidélité, la première année 25 %, suivie chaque année de 5 %. Au bout de douze ans celle-ci correspond à un treizième salaire Cerise sur le gâteau, le fonctionnaire est protégé par un puissant statut du fonctionnaire. Pour être viré, faut avoir « tué son père ou sa mère ».

Ca va changer, notamment avec la suppression du système des annuités et l’introduction du 13ème salaire dès la première année.

Le système de l’ Etat est très complexe, on y perd très vite son latin. La TdG le dit bien : complexe. Le défunt système était fondé sur plusieurs piliers. Le premier est le salaire de base. On y ajoutait une annuité censée récompenser l’expérience acquise ; elle était versée chaque année pendant douze ans avant d’augmenter plus lentement en fin de carrière. Après une douzaine d’année cette prime finissait par représenter un 13ème salaire. Le quatrième était la compensation du renchérissement.

De plus, l’Etat participe à une forte participation au prime du 2ème pilier.

Quelle belle vie financière s'offre aux fonctionnaires. Selon la TdG, « de ces tous éléments, le nouvel accord n’en garde donc plus que trois, le salaire qui comprendra un 13ème, les annuités portées de 15 à 22, et l’indexation. Ce système a l’air de ménager fonctionnaires, syndicats et le Conseil d’Etat. Tant mieux, on ne verra pas défiler les « ronds de cuir ! ».

De nos jours on pourrait arguer que les fonctionnaire ne sont pas à plaindre. Les salaires ne font pas pleurer, les annuités ne font pas sortir le mouchoir, le prime de fidélité ne fait pas sortir l’éponge, enfin la baignoire est pleine de pétales avec les annuités obligatoires. Et de rajouter que le statut du fonctionnaire est à lui seule une grande gerbe de fleurs.

Il faut savoir également, que la garantie de l’emploi est toujours d’actualité. Cette palette de peintures roses ne peut pas faire râler les fonctionnaires car ils sont tout simplement gâtés. Il faudrait être « cinglé » de quitter l’Etat pour le privé à moins que les conditions salariales fassent dresser les poils du bras.

Ce que j’ai pu lire dans la TdG me fait dire que le fonctionnaire est et sera toujours bien loti, protégé, gâté à vie.

Je suis presque certain que ces garanties ne se voient pas dans le privé. J’espère que les fonctionnaires ont le sourire et qu’ils ne tirent pas la « gueule » tous les matin en allant bosser.

Comparativement, il semblerait juste de dire que c’est la fonction publique la mieux payée.. C'est aussi la mieux protégée. La garantie de l'Etat est notoire.

De plus, elle est satisfaisante, car elle permet de mieux rétribuer les jeunes qui commencent à l’Etat sans attendre qu’ils blanchissement sous le harnais. Secondo, il consacre le rapprochement à petits pas de la fonction publique avec le mode de rémunération dans le privé(dixit la TdG).

L'Etat va mettre sur pied des formations ce qui ne peut être bénéfique pour les employés.

Bref, les fonctionnaires ne sont pas à plaindre, ils ont le plein emploi, la garantie salariale, le treizième salaire. Et dans beaucoup de cas des places de travail qui ne bousculent pas les montagnes. Savez-vous que la dernière chose que l’on volera dans un bureau de fonctionnaire, c’est la pendule !!!

Une chose est certaine, je ne vais pas pleurer sur le sort de nos fonctionnaires. Cela dit, je les remercie, car sans eux, quelle désordre dans la République, rien ne serait plus possible. Serait alors nommé alors un baillif !

Et pour conclure, la seule amélioration notoire à ce jour c’est le treizième salaire dès 2009 et la fin des annuités. Pour le reste, restons dans les "placards" dorés. Je ne sais pas vous, mais personnellement je ne vais pas pleurer sur le sort des fonctionnaires. Ils sont très utiles ! Et d'arguer que la fonction publique présente des postes pas stressant.....

Clin d'oeil : je ne sais pas vous, mais je pense que les fonctionnaires bien que pas stressé comme dans le privé font preuve d'efficience. 

Enfin, sans vouloir attiser le foyer du fonctionnariat à quand la suppression du statut de la fonction publique.

François Velen

07:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook

15/04/2008

Election du Procureur Général...

Procureur Général excellentes campagnes

Tout d’abord , je voudrais remercier les personnes qui ont été sensibilisées par mes propos au sujet de l’élection de Madame Eveline Widmer-Schlumpf. Je dirais que ceux-ci ont été clairs, polis, respectueux, respectant la démocratie. Ils ont toutefois effloré certains esprits, d’aucuns heureusement. Loin de moi de vouloir froisser qui que ce soit. Je l’ai écrit dans un esprit d’ouverture, en toute simplicité. Bref, je ne regrette rien si ce ne sont les commentaires parfois fermés comme des bras croisés, le corollaire dans un manque d’ouverture et parfois par un manque de politesse; le tutoiement se pratique lorsque l‘on se connaît bien, à contrario d’être vindicatif.

Certes !

J’en viens à l’élection du Procureur Général. Je suis fasciné par les campagnes électorales. Chaque candidat a des valeurs, des qualités mais aussi des défauts. Qui peut le plus peut le moins.

Cette campagne est optimale en termes de publicités. Affiches, interviewes télévisés, des débats riche en propos, des articles dans la presse, j’en passe et des meilleurs. J’ai pu remarquer le respect des gens à l’égard des affiches. Ici et là je n’ai pas vu de tags, de dessins, etc.

Ce sont deux campagnes qui ne manquent pas de piments. Entartrage, débats véhéments, attaques incisives comme le dit la TdG.

Je regrette toutefois que le clivage gauche-droite-gauche-droite soit sorti du bois. Faut-il médiatiser politiquement cette élection ? Je comprends qu’ils existent des différences dans des élections fédérales, cantonales ou municipales. Là c’est de la politique. Je saisis moins le fait que le poste le plus important du pouvoir judiciaire devienne un vote politique. Le Procureur Général devrait être ad politique.

Ce fut intéressant de lire dans la TdG du 14 avril les avis recueillis auprès d’avocats. « Garder de la hauteur », « Système pas remis en cause », « Climat regrettable », « résister aux coups ».

On peut être ou ne pas être d’accord avec les modes de campagnes électorales, l’essentiel est et sera de voter d’ici 6 de jours.

Un vote qui doit émaner du peuple et non confié au Grand Conseil ou à tout le moins au Conseil d’Etat.

Je suis surpris en bien de lire dans la TdG que l’élection du Procureur Général par le peuple est une spécificité qui remonte à 1904. Si vous êtes encore en possession de la TdG du 14 avril, lisez la page 21.

Je pense que la tradition doit perdurer comme nos anciens on penser la pérenniser.

Merci la TdG pour l’article paru ce matin « L’élection du procureur général suscite passions et polémiques. C’est juste de le dire que c’est passionnant et intéressant de discuter de ce sujet.

Chaque citoyenne et citoyen étant concerné par ce sujet, espérons que le taux de participation soit assez élevé pour dire que le Procureur Général aura été élu démocratiquement avec une majorité bien dessinée.

Ne changeons rien à ce mode de nomination où alors dans la nouvelle Constitution que la nomination du PG soit réfléchie d’une manière intelligente, tout en respectant le sacre du titre de Procureur Général.

Une chose est certaine, ceux que la TdG ont interrogé restent attachés à cette élection populaire qui suscite au fil des années de plus en plus d’intérêt de la part du public : 13 % de participation en 1990, mais 36 % douze ans plus tard.

Personnellement, je suis attaché au principe des urnes. Je trouve que la nomination du PG doit rester la "propriété" du peuple.

François Velen

07:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

14/04/2008

Est ce le PDC qui a placé Eveline Widmer-Schlumpf ?

Est-ce le PDC qui a placé Eveline-Widmer Schlumpf

Comme beaucoup, j’ai pris connaissance avec intérêt de l’article sur Internet « Sondage : deux Suisses sur trois soutiennent Eveline-Widmer Schlumpf ».

Par le jeu que mène actuellement l'UDC, il est vrai de dire que ce parti est  un danger pour la Suisse, pous sa démocratie. Puissions-nous trouver des affinités avec l'UDC ? Quant à lui donner un suffrage ? Les gens votent UDC, car c'est le parti par exellence des râleurs ! Si la Suisse venait à être gouvernée uniquement par l'UDC, là il y aurait un grand souci à ne pas ignorer.

C’est le plus grand parti de Suisse aux Chambres fédérales. Pourquoi ce parti agrairien cartonne-t-il ? Je pense que les gens prennent un bulletin de vote UDC en guise d’un mécontentement face à la politique menée par les vieux partis politique. C’est un vote de mauvaise humeur. Nous pourrions nous poser la question de savoir si le système fédéralisme Suisse n’est pas devenu obsolète ? Faut-il que cette politique fasse le lit des voix de l’UDC ? Nombre de questions peuvent être posées sur ce sujet sensible. C’est aux partis traditionnels à travailler sur une politique visionnaire. A ceci, je rajouterais que notre démocratie serait en danger si nous laissions l’UDC diriger à lui seul la Suisse. C ’est un parti dangereux face à une authentique politique. Ça me rappelle un « brin » l’histoire.

L’idéologie de l’UDC représente une société avec ses modèles, ses valeurs, sont histoire. Il n’est pas prête à disparaître.

L’UDC dont je ne suis pas un militant est à même de traiter de tous les sujets touchant notre société. Economie, finance, criminalité, drogue, suicide, mais aussi travail, justice, associativité, ou encore civisme, famille, fécondité, etc.

Certes.

Où je suis content, c’est la non élection de Christophe Blocher. Que le champagne coule !

Cette éviction du Conseil fédéral est-ce l’œuvre du PDC.Est-ce que c’est ce vieux parti Suisse qui est à l’origine de ce « binz » politique. Et de dire que les élections du Conseil fédéral ont été de bonne guerre, démocratique, respectant les valeurs qui sont celles de la Suisse. Haro intelligent, saissant, poignant sur le Christophe de l'UDC ! Le gouvernement de la famille Blocher n'a pas dû encore digérer cette "liquidation". En effet, l'épouse de l'ancien Conseiller fédéral a dû en pedre son latin .  Ca dû chauffer dans la demeure du couple ! Là ce ne sont pas les draps qui s'en souviennent, ce sont les murs !

Par conséquence l’élection miracle de la Conseillère fédérale de Madame Eveline-Widmer –Schlumpf est légale, le corollaire, démodratique. Cette femme a été élue, elle doit rester au Conseil fédéral. Et je suis heureux de constater qu'elle sorte de l'escacelle des gens qui font l'UDC et qu'elle soit avant tout une Démocrate Suisse.

Madame la Conseillère fédérale est née politiquement à l’UDC, il est donc indubitable de rester à l’UDC. Je ne comprends pas ses Pères qui voudraient la voir tourner ses talons. C’est anti démocratique. A tout le moins, je pense que Christian Blocher est à l’origine de cette « saga". La digestion n'a pas l'air facile. S'en remttra-t-il ? Est ce qu'un traitement démocratique pourrait guérir l'ancien Conseiller fédéral. A tout le moins qu'il ne souffre pas trop; je le lui souhaite.

Je pense que ce qui ce passe amintenant à l’UDC n’est pas loyal. C’est à la limite d’une sorte de « dictature ».

Je ne suis pas insensible au fait qu’à l’intérieur  même de l’UDC des membres ne soutiennent pas le « dicta » de la base, de la direction.

Que l’UDC laisse travailler leur Conseillère fédérale, qu’elle puisse s’épanouir à Berne et surtout qu’elle soit soutenue par la majorité de toutes et de tous de l’UDC.

A propos, c’est quoi cette UDC qui se permet d’aller contre l’avis de l’Assemblée fédérale laquelle a élu Madame Eveline Wdmer-Schlumpf. Je me répète peut être ; si c’est la véracité, je dis merci à Monsieur Darbellay et le PDC d’avoir travailler à l’éjection de Monsieur Blocher.

La Suisse ne doit pas glisser vers des abîmes de désordre social et moral. Raisonnablement, elle doit accepter de nouveaux visages politiques. Monsieur Blocher était incontrôlable, anti collégialité, un tribun. Dans son rôle, Madame la Conseillère fédérale UDC rejoint Monsieur Schimd et de Monsieur OGI, aincien Conseiller fédéral. Elle est femme d’ouverture, de partage, respectueuse des us et coutumes de la Suisse et de l'Europe, ce qui est que bénéfice pour la construction de l’avenir de la Suisse.

Pour conclure, laissons Madame Eveline Widmer Schlumpf oeuvrer dans son Département. Que l’UDC se calme et comprenne enfin que Monsieur Christophe Blocher n’est plus Conseiller fédéral. L’ex Tribun n’a plus que l’eau pour s’alimenter, le pain et le vin sont ailleurs !

Si la direction de l'UDC est en accord avec la démocratie hélvétique, la Dame doit rester. Le reste ce n'est que de la farandole sur la place fédérale.

Bravo Madame la Conseillère fédérale, bien que d'un autre parti politique, je vous apporte mon soutien et mes respects depuis Carouge. 

François Velen

07:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook

13/04/2008

L'UBS SA et ses déboires !

UBS SA et après …..

Lors de son effondrement, beaucoup disait pauvre Swissair. La Compagnie nationale en faillite, ça paraissait invraisemblable, et pourtant. Combien de personnes ont accordé leur confiance à cette entreprise de renommée mondiale. Combien de petit porte monnaie ont investi dans les actions de Swissair. Et hop en quelques mois l’enseigne a disparu des appareils cloués au sol.

Qu’elles n’ont pas été les « larmes » de tristesse des idoles des générations 1900 – 1980. Impensable un fait pareil. C’est comme si la coupole fédérale s’était effondrée !

J’ai l’impression de vivre un scénario similaire avec la mauvaise santé de l’UBS SA. Perte de 12 milliards au premier semestre, licenciement de 3000 employés, chute du cours des actions. Se dégagent devant cet empire branlant les mêmes inquiétudes que pour Swissair. Est-ce que le toit de cet établissement bancaire national va s’effondrer sur la tête des actionnaires de des clients ?

Il me semble qu’en début d’année on annonçait des pertes 2007 à hauteur de 10 milliards, couvertes par des injections étrangères.

Tête d’épingle que je suis dans la botte de foin, je ne connais qu’un 12ème de milliard de renseignements sur ce qu’il se passe vraiment et ce qu'il va arriver dans le bureau du Directeur sortant.

Une chose est certaine si Marcel Ospel et son staff on fait des erreurs, ils devront en toute légalité être jugé, car on ne laisse pas aller à la dérive un paquebot comme l’UBS SA.  

Ce PDG aux bonnes allures, gagnant plus de 20 millions par année n’a vraiment pas de quoi faire le beau devant la presse.  Quitte-t-il le navire avant qu’il ne coule ?

Quelle belle image nous donnons au monde. Les banques Suisses c’est l’égal de l’image du chocolat ! Une banque Suisse entrain de péricliter c’est le sommet du sommet de l’ineptie.

En vérité, c’est vraiment lamentable, on se fiche de la paix bancaire suisse. Inadmissible pour le commun des mortel !

Pour conclure, je n’espère pas que ce monstre financier Helvétique ne tombera pas un jour dans une escarcelle étrangère.

Pour l’instant laissons les spécialistes procéder aux analyses et trouver les bonnes solutions pour administrer un électron choc à l’UBS SA.

François Velen

20:01 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

11/04/2008

Je suis Chrétien, la Flamme olympique aussi!

J'ai envie d'être un peu mélancolique tout en étant lucide sur le sujet. 

Pauvre petite flamme source de vie, quant te ficheront-ils la Paix ?

"Plus près de chez nous, n'avons nous pas vu la prairie du Grütli mise sous haute sécurité en raison d'un groupe de personne voulant se faire entendre parce qu'il était contre la venue d'une Présidente de la Confédération. Il en aura fallu des moyens pour préserver cette manifestation qui est celle de la Suisse tout entière". Je parle de ce moment car il est inadmissible que les droits populaires ne soient pas respectés.

C'est incroyable, cette petite flamme source de vie doit en avoir ras le bol de faire la belle et d'être à chaque fois refoulée parce qu'il existe un grand différend politique. Sur toile de fond aux couleurs des cinq anneaux elle doit être bien triste d'être peinte d'une teinte sombre. 

Oui à la démocratie. Oui il faut se faire entendre. Oui il faut se respecter et se faire respecter. Oui à la pyramide humaine. Non à la manière forte, le sang coule déjà que trop dans les régions du Tibet.

Cette petite flamme ne se déplace pas aux quatre coins du monde pour échauffer les esprits. Elle est là pour annoncer au monde l'ouverture ici ou ailleurs des jeux oylmpiques. Cette manière, est-elle vraiment feutrée d'être vaindicatif contre la cause de cette Chine qui ne respecte pas les droits des hommes du peuple Tibétain. Je comprends et je soutiens celles et ceux qui veulent faire entendre leurs droits. Mais pas avec un symbole. En guise de s'en prenpre à ce lumineux, ne pourrions-nous pas imaginer de préparer des manifestations passives, tranquilles, devant les ambassades chinoises. Une présence silencieuse dans nos pays,en France voisine par exemple, est bien plus porteuse que des émeutes destructrices. Elles n'apportent en Europe, aux Etat-Unis, que plus du mal. La femme, l'homme sont manifestement ouverts à l'autre. J'ai bien aimé les propos du livre "Mieux se connaître pour s'aimer" : "pourquoi le sourire est-il un signe universel d'accueil et attire-t-il davantage qu'une figure soucieuse aux sourcils foncés, sinon parce qu'il est le signe d'une ouverture ? Une main accueillante est une main tendue est désarmée (certains voient l'origine de la poignée de main dans cet aveu : "je suis sans arme "). Le poing fermé ou grandi signe de colère qui ceinture l'âme. Les bras sont faits pour être ouverts, avant d'être refermés et parfois emprisonner. L'enfant, avant un certain âge (aux alentours de sept ou huit ans chez nous), est spontanément confiant, curieux, en quête, bref, ouvert." 

Avec grand respect, je serais d'avis qu'il faut accorder une peine sereine à cette flamme oympique et la laisser marcher là où elle doit apporter la bonne nouvelle, sans obstruction. Que les manifestants se mettent en route silencieusement. Il en découlera aussi du respect envers les idéologies tibétaines. Le poing ou la main en avant ne sont pas porteur de Paix. 

Y en a ras le bol de, surtout par le temps qu'il fait en ce moment (vendredi 13 h 23), d'entendre des mésaventures. Du livre ci-desssus évoqué : "Nous aspirons à nous sentir en paix et en sécurité, à être ouverts aux autres, à être les agents de notre vie. Pourtant, nous nous ressentons souvent tristes ou angoisés, dépendants, emprisonnés dans des scénarios répétitifs. Nous peinons à nous comprendre et à dépasser le passé."

Je suis sensible à cette flamme. A mon esprit, à mon coeur, elle est porteuse d'un grand message celui de la Paix dans le monde. "Je te souhaite un parcours dans le calme, la paix la joie de vivre. Puisses-tu calmer les esprits échauffer et surtout ramener à la raison la Chine car c'est horrible de faire ignorance du peuple Tibétain. On ne supprime pas une culture d'un coup de baguette magique au prix du sang".

Ce que je dis est catho. Ce n'est pas une tare d'être chrétien.

J'en finirai en me demandant si un jour, je ne sais lequel, le monde entier allumerait une petite bougie en signe de solidarité envers tous les peuples nantis par la détresse. La p'tite flamme, la minute de silence en guise de solidarité est-ce réalisable dans notre monde en mutation constant ? Commencez par faire courir le bruit ici, là, au delà.

J'espère que cette idée ne restera pas sous silence bien que je sois une tête d'épingle dans une meute de foin et non un grand chef d'Etat. 

 Et pourquoi pas dire : à vous de jouer la TdG.

Bonne réflexion.

Bon week end.

François Velen

 

 

 

17:00 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

A Carouge ça ne fume plus !

On ne fume plus à Carouge !

Les Autorités de la Ville de Carouge n’ont pas attendu l’entrée en vigueur de la loi et de l’application du règlement sur l’interdiction de fumer.

Depuis le 1er avril, ce n’est pas un poisson, tous les locaux de l’administration, y compris la salle des fêtes de Carouge, sont sans fumée.

Carouge c’est la ville où il fait bon vivre !

A ce sujet, trop drôle ! L’autre soir le Conseil municipal de Carouge était réuni pour une histoire de droit de préemption. Chaque séance du Conseil est suivie d’une agape au carnotzet. Jusqu’à présent des Conseillères et des Conseillers tiraillaient sur leur clope au sous-sol de la Maison Delafontaine. Cette fois ci que nenni pour fumer dans le lieu où la politique, la vraie se fait ; toutes les Autorités fumeuses se trouvaient sur le trottoir la clope à la main ! Un vrai troupeau ! Ainsi la preuve était faite, la loi et le règlement sont préalablement appliqués dans la Cité Sarde.

Ce quis me fait bien rire c'est de constater que seuls les gens du Service travaux voirie fument : ils sont à l’extérieur !!!

Il est vrai que si les droits politiques, les lois et tout son arsenal sont bafoués, il y a de bonnes raisons à faire preuve d’un juridisme absolu et ce avec opiniâtreté pour remettre sur le droit chemin ce qui doit l’être.

Cela dit, je suis d’avis que si le texte de loi et son règlement lié à l’initiative présente un tas d’exception ne figurant pas dans le texte initial, il y a matière à faire recours devant les instances compétentes en la matière.

C’est vrai pourquoi les chiens on eu un traitement de faveur de « leur initiative ».

D’autre part, pourquoi l’interdiction de fumer ne concerne pas les chambres individuelles des hôpitaux (alors que les Hôpitaux universitaires sont déjà non-fumeur), les chambres d’hôtel, les cellules de détention et les établissements à caractère privé tels que de définis par le règlement de la loi sur la restauration. Comme dit la TdG , « En clair il sera possible de fumer dans les cercles, les cantines, les clubs sportifs, les pensions - et pourquoi pas le Carnotzet des Autorités Carougeoises.

Petite question, à savoir, si je suis hospitalisé dans une Clinique privée, j’ai le droit de fumer ?

Une fois de plus, je constate que Genève se distingue par sa grandeur, celle d’aller dans le cas présent trop lentement.

Les citoyennes et les citoyens ont donné un mot d’ordre démocratique au Conseil d’Etat, que celui-ci exécute ce que le peuple lui à dicté. La suite donnée par l'exécutif est-elle cavalière. Laissons la justice parler.

Jean Barth Président du Comité d’initiative a raison de dire " le texte de l'initiative n'est respecté ni quant à l'esprit ni quant à la lettre" Comment faire confiance en nos autorités.

Cette situation frise l’anecdote et pour une fois je soutiens Christian Grobet dans son recours.

La Genève internationale est repartie dans un mélodrame juridique. Il appartient à présent de voir qui a raison dans cette affair. En attendant, vaut-elle vraiment un tel remue-uménage.

Cela dit, avec pugnacité j'ai fumer ma dernière cigarette il ya cinq ans. Je  suis donc solidaire de toutes celles et de tous ceux qui ne fument plus ou qui ont décidé d'arrêter de fumer !

Pour conclure, de cette affaire j'en déduis que le Conseil d'Etat baffoue les droits des citoyens. Où est la confiance envers les 7 sages ?!

François Velen

08:17 Publié dans Carouge | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook