09/04/2008

Mendicité pour ou contre l'amende ?

Mendicité, humainement NON !, juridiquement OUI ?.

Je rebondis sur l’article paru dans la TdG d’hier « La police va mettre fin à l’impunité des mendiants ».

Tout d’abord, il me paraît inacceptable qu’en 2008 il existe des gens faisant la manche. C’est à se demander si ce n’est pas une arnaque. Des personnes venant de France ou d’ailleurs déposées sur un trottoir de Genève tôt le matin et reprisent le soir avec le pactole de la mendicité du jour ?

Parfois, je me pose la question mais sont-ils vraiment pauvre, sont-ils utilisés par des « utilisateurs » de personnes aux fins de gagner de l’argent illicitement.

Fondamentalement : compte tenu de toutes les infrastructures à disposition des « mendiants » n’est ce pas devenu un « métier ».

Genève regorge d’institutions tels que l’Armée du Salut ou l’Hospice Générale et autres. Ce n’est pas un luxe mais ça rend bien service.

Philosophiquement, c’est triste de voir mendier des pauvres gens. Chaque fois que je vois assis dans la rue des personnes mal fringuées faire la manche, je me sens concerné par le fait que ça ne devrait pas exister. « On a tous le droit de vivre décemment, de manger et de vivre heureux ».

Il paraît insensé de renvoyer ces gens, il faut les accepter, car l’aspect humain prime. Cependant, chaque cas devrait faire l’objet d’une enquête. De savoir si cette mendicité n’est pas une arnaque. Personnellement, je ne donne jamais un sous car je ne suis pas sûr de l’honnêteté de ces personnes.

Je ne m’avance pas trop en disant que la mendicité a toujours existé. Faut-il l’accepter ? Faut-il l’exclure ? L’histoire est très complexe. D’un côté l’humain, de l’autre l’aspect négatif de la visibilité.

Dans tout cela, je m’interroge qui paie l’amende des roms. Ils mendient, se font attraper, se font déloger et enfin paient l’amende, mais avec quel argent. Faut croire que la mendicité rapporte.

Je lisais dans un bouquin « Nous aspirons tous à nous sentir en paix et en sécurité, à être ouverts aux autres, à être les agents de notre vie. Pourtant, nous nous ressentons souvent tristes angoissés, dépendants, emprisonnés dans des scénarios répétitifs ». Cette prose de Pascal Ide m’amène à dire que la vie n’est pas une ligne droite. Pas toujours facile de vivre sans boulot, sans fric pour finir le mois. Pas évident d’être dépendant des autres. Bref, pour d’aucuns la vie n’est pas un lustre aux cent lumières illuminant le cœur, l’esprit.

Par ailleurs, je plains les policiers qui  flanquent des amendes, car face à une situation liée à l’âme et à la conscience la décision de faire payer doit être difficile. Psychiquement, les agents de la sécurité devront à mon avis fréquemment faire des supervisions psychologiques, si ce n’est de remonter la pendule pour se redonner confiance en le métier.

L’aspect du fond du problème doit être sérieusement pris en considération politiquement et surtout juridiquement.

Parlons maintenant juridique.

Il faut être à l’évidence que les mendiants ne paient pas d’impôt, qu’ils sont à la charge totale des contribuables. D’un aspect basique, est ce normal ?

 Il est clair que le législateur a décidé de « coller » les mendiants. Partant, il est juste d’amender. Les agents doivent appliquer la loi en la matière quelle que soit le cas de mendicité. Toutefois, je pense que l’occasion pourrait peut être de donner à ces mendiants une petite brochure expliquant toutes les possibilités de ressources, de logement, etc. à Genève. Humainement, ça compenserait l’aspect rigide du juridisme. Je suis certain que l’agent de sécurité se sentirait rassurer de penser que le mendiant ne soit nanti de renseignements.

Espérons qu’en 2050 il n’y ait plus de mendiants ! A tout le moins que la société se porte mieux qu’aujourd’hui !!!

Pour finir, une petite citation de Bruno H. Bürgel « Pour être heureux nous avons besoin d’un peu d’attention, car autrement nous courons à côté des fleurs de la joie sur notre chemin sans les remarquer ».

Bon mercredi.

François Velen

09:12 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

Commentaires

Et pourtant, en Roumanie, on cherche des gens pour travailler sur les chantiers.
La pénurie de main-d'œuvre fait que les salaires montent.
Croire que les rroms de Roumanie, ne trouve pas de travail est un leurre.
Mais, bien évidemment, cela fais vivre plein de gens, des avocats, des policiers, des journalistes-reporters...la liste est longue.

Tout comme il est démontré par le parrain de la pègre dans "American Gangster", que la drogue fais vivre...les mêmes personnages...

Accabler la Roumanie, mais jamais, ces "pauvres rroms discriminés" dans leur pays.
Surtout, ne jamais dire ( écrire ) qu'ils n'ont tout simplement pas l'envie.

Compatissons...pleurons...mais surtout cachons nous...comme les 3 singes ( la vue, la parole et l'ouïe )

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 09/04/2008

Merci, Victor, de nous livrer votre avis sur la question, vous qui connaissez bien la Roumanie.

Imaginons l'espace d'un instant que tout le monde ne travaille pas et se met à faire comme eux.

Y en a marre de toutes ces grimaces!

Écrit par : Micheline | 09/04/2008

Et bien chère Micheline, j'ai vécu en Roumanie jusqu'à mes 18 ans, et suis retourné en 1995, 1996, 2001, 2002, 2007 et février 2008.
Sachant lire le roumain, il est évident que je parcours des sites sur internet, en roumain aussi, pour me tenir au courant.

Ce qui me dérange, c'est ce point de vue là...ils sont discriminés, ils ne trouve pas de travail, ils ne peuvent rien...

D'autres citoyens roumains vont bien en Espagne pour cueillir des fraises, ils en font même un point d'honneur, d'autres encore vont travailler en Italie et en même temps le marché du travail en Roumanie se porte mal, les travaux sur les chantiers sont en retard, à cause d'un manque de main d'œuvre encore jamais connu...sans parler des récoltes et des travaux d'agriculture.

Par contre, pour les défendre, il y en a des avocates, des pseudo-roumaines, envoyées par le gouvernement roumain à faire des études qui se pavanent dans les journaux et à la télé, pour dénigrer le soi-disant manque de finances, de travail et d'organisation du gouvernement sur le problème de l'intégration des Rroms.

Tout en sachant que bientôt, il y aura un millénaire, oui, oui ( 1000 ans ), qu'ils sont là...en Roumanie et toujours pas intégrés, ni encore moins assimilés.

Tous les gouvernements successifs ont mis des moyens, pour aboutir en fin de compte à rien.

Cela exaspère tous les citoyens roumains, ou qu'ils soit dans le monde.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 09/04/2008

Pour ne parler QUE des bandes organisées sévissant à Genève, on dit "Merci qui ?"

"Merci Monsieur Moutinot !"

(PS: vous pensez que c'était vraiment un bon truc, pour embêter M. Zappelli et faire élire "votre" candidat, M. Paychère ?)

Écrit par : Blondesen | 09/04/2008

Je ne vois qu'une solution pour éradiquer le problème des mendiants à
Genève (et ailleurs) : ne plus leur donner d'obole.
Ils auront tôt fait de comprendre, dans ces milieurx la rumeur se répand
très vite, que Genève n'est pas leur Eldorado !

Écrit par : bidouille | 09/04/2008

Victor,
Et en plus tu es racistes anti-tzigane !?
En gros, le moteur de ton existence, c'est la haine du prochain?

Il ne te reste plus qu'à enfiler tes rangers et ta bombers et t'engager chez les Black Waters pour aller propager ta bonne parole !

Écrit par : Dji | 09/04/2008

@Dji, merci pour votre conseil...il me reste aussi la "Légion étrangère", non ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 10/04/2008

Chère Micheline, vu aujourd'hui sur la TdJ.
source: http://www.tdg.ch/pages/home/tribune_de_geneve/info_express/economie/depeches_economie/(contenu)/215128

""""Nous allons continuer la grève jusqu'à l'obtention de nos droits", a déclaré Marin Anghel, un des leaders syndicalistes de l'usine, soutenu aux cris de "Nous ne cèderons pas", "Non à l'esclavage" et "Roumanie réveille-toi, nous ne voulons plus être esclave de l'UE"."""

Les Roumains se rendent compte 1 an après, qu'ils sont les esclaves de l'UE.
Une opinion qui donne à réfléchir pour les Suisses qui sont pour l'entrée de la Suisse dans l'UE.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 10/04/2008

Merci, Victor, pour votre analyse généreuse. Comme vous, je trouve que les Roumains ont doublement raison ("trahis" par l'UE et ras-le-bol d'assurer l'obole aux non-méritants, qui plus est n'on jamais fait l'effort de "s'intégrer").

Bien à vous!

Écrit par : Micheline Pace | 10/04/2008

Les commentaires sont fermés.