01/04/2008

UBS SA et ses déboires

UBS SA et après …..

 

 

Lors de son effondrement, beaucoup disait pauvre Swissair. La Compagnie nationale en faillite, ça paraissait invraisemblable, et pourtant. Combien de personnes ont accordé leur confiance à cette entreprise de renommée mondiale. Combien de petit porte monnaie on investi dans les actions de Swissair. Et hop en quelques mois l’enseigne a disparu des appareils cloués au sol.

 

Qu’elles n’ont pas été les « larmes » de tristesse des idoles des générations 1900 – 1980. Impensable un fait pareil. C’est comme si la coupole fédérale s’était effondrée !

 

Aujourd’hui, j’ai l’impression de vivre un scénario similaire avec la mauvaise santé de l’UBS SA. Perte de 12 milliards au premier semestre, licenciement de 3000 employés, chute du cours des actions. Se dégagent devant cet empire branlant les mêmes inquiétudes que pour Swissair. Est-ce que le toit de cet établissement bancaire national va s’effondrer sur la tête des actionnaires de des clients ?

 

Il me semble qu’en début d’année on annonçait des pertes 2007 à hauteur de 10 milliards, couvertes par des injections étrangères.

 

Tête d’épingle que je suis dans la botte de foin, je ne connais qu’un 12ème de milliard de renseignements sur ce qu’il se passe vraiment dans le bureau du Directeur sortant.

 

Une chose est certaine si Marcel Ospel et son staff on fait des erreurs, ils devront en toute légalité payer, car on ne laisse pas aller à la dérive un paquebot comme l’UBS SA.  

 

Ce PDG aux bonnes allures, gagnant plus de 20 millions par année n’a vraiment pas de quoi

 

faire le beau devant la presse.  Il quitte le navire avant qu’il ne coule ?

 

Quelle belle image nous donnons au monde. Les banques c’est l’égal de l’image du chocolat ! Une banque Suisse entrain de péricliter c’est le sommet du sommet de l’ineptie.

 

En vérité, c’est vraiment lamentable, on se fiche de la paix bancaire suisse. Inadmissible pour le commun des mortel !

 

Pour conclure, je n’espère pas que ce monstre financier Helvétique ne tombera pas un jour dans une escarcelle étrangère.

 

Pour l’instant laissons les spécialistes procéder aux analyses et trouver les bonnes solutions pour administrer un électron choc à l’UBS SA.

 

 

François Velen

 

12:26 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Petite remarque. Les subprimes ( voir ici http://fr.wikipedia.org/wiki/Subprime ), ne représentent des pertes qu'à l'instant ... mais les maisons restent propriété des banques tant qu'elles n'ont pas été vendues.
Il s'agit bel et bien de pertes virtuelles.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 02/04/2008

Les commentaires sont fermés.