27/03/2008

SOS Mouettes ne doivent pas chavirer !

Non non les mouettes ne doivent pas disparaîtrent !

 

 

Oups quel étonnement en lisant sur la « Julie », cet été les mouettes pourraient rester ancrée dans le hangar.

 

 

C’est à nouveau le chenil à Genève !

 

 

Ces joyaux de la navigation ne doivent pas jeter l’ancre à cause de politiciens qui croient tout savoir. Elles font partie de l’histoire de la rade de Genève, elles sont l’amie des genevois et des touristes. D’autant, elles sont la joie des pendulaires rive droite-rive gauche.

 

 

Ces embarcations ont une histoire, elles ne peuvent être ancrées dans le hangar sous prétexte que la commission des finances du Grand Conseil a refusé de voter la subvention de 1,9 millions de francs. Mais à quoi pensent les politiciens ? Ils se noient dans le lac !

 

 

L’espoir règne toutefois, car si la commission a dit non à cette manne financière, il n’est pas dit que le Grand Conseil suive le préavis de la commission. Il est indéniable que les politiciens et le patron des Mouettes trouvent la meilleure solution pour sauver le navire. Le contentieux juridique entre les parties doit être réglé dans la parfaite harmonie et surtout pas au détriment des passagers.

 

 

Si Pierre Weiss dit vrai, « Ceux qui suscitent cette inquiétude chez les Genevois font de la démagogie. Car même sans contrat de prestations, la Société des Mouettes Genevoises Navigation (SGMN) reçoit sa subvention mois après mois, comme cela a été décidé en décembre lors du vote du budget. Si je comprends bien pour cette année la subvention a été accordée. Ce qui est visé pour l’avenir c’est l’apport financier 2009.

 

 

Si j’en crois Pierre Weiss, je suis donc rassuré pour cette année. Les six navettes jaunes navigueront jusqu’en fin décembre 2008. Le cas échéant j’espère que Pierre Weiss sera « puni » pour de fausses allégations démagogiques.

 

 

A lire l’article, notre cher Conseiller d’Etat Robert Cramer dit que l’Etat aurait payé ces bateaux, selon Pierre Weiss, ils devraient donc lui revenir. Non rétorque le Secrétaire général adjoint au Département du territoire, etc. etc. Vous connaissez « non c’est pas moi, non c’est pas toi, c’est l’autre ! ».

 

 

Ouvrir le marché. Et voilà que les députés s’emmêlent. L’article dit « Retirer l’exploitation des lignes au patron actuel des Mouettes ou la lui laisser tout en ouvrant le marché à des concurrents. La Compagnie Générale de Navigation serait prête à reprendre l’exploitation. Patati et patata……

 

 

Conclusion de la lecture de cet article, la situation liée à la gestion de ce dossier n’est pas simple. Pourquoi ? Parce que l’être humain genevois n’est pas simple.

 

 

A nouveau, Genève se distingue par ses complexités juridiques, administratives et politiques.

 

 

Je voudrais comprendre pourquoi des hommes et des femmes soit disant intelligents politiquement font de la politique politicienne. Ce qu’ils peuvent compliquer ce qui pourrait être un tapis de velours.

 

 

Mesdames et Messieurs ne faîtes pas de la démagogie. Asseyez-vous autour d’une table, la tête haute et l’air intelligent et gérez au mieux ce dossier qui en soit ne présente pas de complexité menant à l’abondant des Mouettes Genevoises. Le cas échéant, vous frisez l’hilarité.

 

 

Devons nous penser : Encore une fois pauvre Genève l’une des plus belle ville du monde !

 

 

Une chose est certaine, j’invite les genevoises et les genevois à manifester si les mouettes venaient à disparaître.

 

 

Et vogue les galères !

 

 

François Velen

 

 

11:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.