10/03/2008

Relations sociales......

Relations sociales…

 

 

A nouveau, voilà  le livre d’André Comte-Sponville « Pensées sur la politique ». Je n'ai de cesse de vous parler de ce livre, il est intéressant et le désir du partage de tient à coeur.

 

Je viens souvent à vous avec ces textes car ils frôlent de près la vie au quotidien. La vie n’étant pas une ligne droite, je subodore que nous devons nous rendre à la réalité que nous ne sommes pas toujours des images. Il a besoin de vivre des relations, des moments, des spiritualités, des expressions, des expériences.  L’Etre humain à ses qualités comme ses défauts. Il a plus de qualités, parfois cachées, parfois modestes, parfois excentriques. Nous pouvons dialoguer des heures sur ce que l’homme est. L’homme est manifestement bourrés de talents.

 

Avant d’évoquer le texte de Baruch de Spinoza, je voudrais vous conseiller un livre plein d’authenticités, de vérités « Mieux se connaître pour mieux s’aimer » de Pascal Ide. Pour vous situer ce livre : « Nous aspirons à nous sentir en paix et en sécurité, à être ouverts aux autres, à être les agents de notre vie. Pourtant, nous nous ressentons souvent tristes ou angoissés, dépendants, emprisonnés dans des scénarios répétitifs. Nous peinons à nous comprendre et à dépasser le passé ».

 

Nous vivons tous des relations sociales, nous partageons tous à un moment ou à un autre des relations. La vie est ainsi faite. Je ne sais pas si elle est toujours attrayante mais ce que je sais, elle est bien vivante avec ces moments fastes et moins drôles. Très souvent, les gens se plaignent de leur image de vie ; nécessité est de subodorer que la plus part du temps nous vivons dans un système construit par l’homme. La vie évolue au fil du temps. A chacun son étoile !

 

Donc voici le texte du jour de Baruch de Spinoza :

 

« Il est utile aux hommes, avant tout, d’avoir des relations sociales entre eux, de se forger des liens qui les rendent plus aptes à former tous ensemble un seul tout, et en général de faire ce qui contribue à renforces l’amitié. Mais pour cela il faut vigilance et habileté. Car les hommes sont divers (rares sont ceux qui vivent suivant les préceptes de la raison) et cependant envieux pour la plupart et plus enclins à la vengeance qu’à la miséricorde. (…) Bien que, donc, les hommes se gouvernent en tout, le plus souvent, suivant leurs pendants, la vie sociale a cependant beaucoup plus de conséquences avantageuses que des dommageables. Il vaut donc mieux supporter leurs offenses d’une âme égale et travailler avec zèle à établir la concorde et l’amitié.
Ce qui engendre la concorde se ramène à la justice, à l’équité et à l’honnêteté. Les hommes en effet supportent mal non seulement ce qui est injuste ou inique, mais aussi ce qui est tenu pour honteux, autrement dit qu’on fasse fi des coutumes respectées dans l’Etat ».

 

Ce texte est d’actualité. En effet, les relations quelles qu’elles soient existeront toujours. L’homme n’est pas fait pour être renfermer, au contraire, il mérite d’être connu pour ses savoirs, ses expériences, son amour.

 

Je vous souhaite une excellente journée.

 

François Velen

09:07 Publié dans Artiste de la chanson | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.