Le blog de François Velen

  • Partageons le monde en deux monde ? Je suis devenu fou face à la neige !

    Imprimer

    2 mondes.jpgBien le bonjour,

    Où je suis, il neige, les centimètres n'ont de cesse de se superposer, et ce n'est pas fini.

    Un temps où l'on n'a pas vraiment envie de sortir ce qui permet de réfléchir à la société actuelle.

    De la réalité enneigée à l'utopie, il est permis de se porter dans un monde pouvant être meilleur pour autant que les êtres humains qui garnissent notre bonne vieille terre opèrent un changement à 360 degrés, au prix de nouvelles fondations, d'une nouvelle construction de la société, de l'audace, du culot, de la volonté, et du bon sens.

    La révolution de 1789 serait une tête d'épingle dans une énorme botte de foin !

    De fait, actuellement, le travail occupe plus de temps qu'une vie, le chômage n'a de cesse de s'inscrire dans les statistiques, les enfants sont les souffles douleur des deux parents qui bossent, l'économie chancelle, la mondialisation est en quête des meilleurs atouts pour que la société se modernise, se transforme, plaise, soit bénéfique, ne divise pas, ne détruise pas des vies, ne joue avec les hommes et les femmes comme un jeu d'échec.

    Partant du peu mieux faire, la qualité de vie devrait déployer que des effets positifs, sauf que la vie est souvent couverte de nuages gris, le corollaire étant une société ou l'humain n'est pas la meilleure préservation de la part des grands dirigeants de la planète.

    Ceci est la triste réalité.

    Qui conteste un bilan sociétal dégageant un large déficit de la qualité de vie pour toutes et pour tous ? Personne ne peut venir affirmer haut et fort que nous baignons dans une eau de rose.

    « Je me lève le matin, je me couche le soir en ayant travailler à donf, en faisant travailler la mère de mes enfants, en payant toutes sortes de charges compressives ou si ce n'est pour se nourrir correctement, et au bout du compte le petit épanouissement d'une vie pour beaucoup merdique tant psy que phy.

    La plus grande puissance du monde, c'est de sourire bêtement sans rien faire, sans se poser les bonnes questions, sans vouloir imaginer un monde meilleur, sans marcher vers les hommes et les femmes, sans tendre la main à celui qui peine, sans se retourner pour voir s'il suit. Toute l'humanité marche en essayant de prendre sa place, sa petite place.

    L'idéal ?

    C'est au stade de ce blog que l'utopie se montre généreuse, car à ce moment, je suis fou quoique ......

    Cessons d'exiger et d'arracher à la vie et aux autres ce que nous voulons, entrons dans le rythme du réel, désarmons, n'ayons pas peur de manquer ni de donner pour un monde meilleur ou le partage de la vie serait la plus grande Mère de la vraie vie.

    Une idée ?

    Oui mais dès plus utopique de chez utopique car ce serait le plus grand chambardement de l'humanité.

    En effet,la plus grande révolution de tous les temps se voudrait pair et impair. Je m'explique :

    PARTAGEONS LA SOCIETE EN DEUX POLES DE TRAVAIL !

    Femmes et hommes de toutes les nations se diviseraient le temps de travail ; celles et ceux nés dans les années pairs oeuvreraient pour le bien de la société le MATIN, et celles et ceux des années impairs, l'APRES MIDI.

    La terre divisée en deux !

    Le matin, papa travaille, maman s'occupe du développement de la famille, vice et versa.

    Inutile de développer ici la faisabilité, ceci incomberait aux grands de ce monde, les constructeurs de sociétés.

    En redistribuant les cartes, le grand boum de ce changement développerait indéniablement une authentique qualité de vie : du boulot pour tous et toutes, plus de chômage, un salaire approprié pour les besoins et les loisirs, moins de soucis, moins de stresse, j'en passe et des meilleurs.

    Woua le plus grand chambardement de l'humanité sollicitant des années, des décennies pour mettre à mieux tout ce qui a été fait jusqu'à présent, et par là-même le bénéfice d'une société nouvelle, une société partageant l'ensemble du système.

    Au profit de l'humanité une qualité de vie baignée dans l'éclat merveilleux, dans la joie de vivre comme une étoile divine intérieure et invisible.

    De ma fenêtre, je regarde la neige tomber, je rêve, j'imagine, je continue à penser que la vie n'est pas toujours drôle avec son fardeau de soucis quotidiens, parfois très périphériques.

    Certains suivent leur étoile ou savent prendre une main opportunément, d'autres sont vachement égratignés par le manque de rayons de soleil positifs.

    François Cheng disait « Nous sommes toujours dans le commencement des choses, dans l'instant frqu'un monde meilleur peut exister avec de grands changements.

    « Tout oublier jusqu'à l'abandon du moi pour un temps. Oublier ce que l'on veut être, car c'est un frein au festin. Oublier ce que l'on croit être, car c'est une prison qui ne nous laisse que peu de chance de découvrir nos territoires inconnus » Fabienne Verdier.

    Et de conclure par un passage lu dans une petite anthologie spirituelle pour réenchanter le quotidien : La vie de donne pas d'ordres, elle n'invite pas à des chemins déjà tracés, à des vies photocopiées. Non ; elle est rythme et nous propose de chahuter avec elle, de chanter et de danser notre liberté.

    Souvenons-nous de notre futur.

    Il neige toujours, et je suis devenu fou en osant prendre la liberté de rêver à un monde meilleur où il ferait bon vivre.

    Amen !

    Allez bonne journée !

    Lien permanent 0 commentaire
  • Mon Dossier médical est un patchwork !

    Imprimer

    Mon dossier médical.jpgBien le bonjour,

    Mon dossier médical en ligne HUG, j’y ai accès à tout moment !

    Le but est de pouvoir suivre, de consulter, les actions se déroulant aux

    HUG.

    Ceci est intéressant et bénéfique pour le médecin traitant où dans le cas d’une consultation hors canton, le médecin peut ou pourrait en tout temps visualiser les examens, le traitement, les lettres liées aux consultations, à la sortie du séjour des HUG

    Splendide, j’y crois, enfin j’y croyais.

    Quoi se passe-t-il ?

    Avec ma meilleure Amie ma jambe et ses 52 interventions chirurgicales , corollaire d’infections nosocomiales récurrentes, j’ai une certaine expérience pour parler de ce site qui se veut interactif et généreux en informations médicales.

    L’histoire :

    La semaine dernière, j’ai vécu pour la unième fois à ma résidence secondaire, les HUG, «because » une infection épidermique offerte par mon Amie ; 4 jours d’antibiotiques intenses par voie veineuse.

    Quelle chance d’être nourri, loger, blanchi, comme ont dit pour se réconforter le moral. Bof …..

    A ma sortie, le Professeur, au passage super efficient, me remet la traditionnelle lettre de sortie, en me précisant sur un ton sûr de lui que mon médecin traitant peut la consulter sur mon dossier médical, ainsi que le scanner, les radios, j’en passe et des meilleurs.

    Fort de ceci et de cela, hier à la consultation privée, mon « toubib de famille », s’acharne, se déchire l’esprit, se torture les neurones, sur ma page du site.

    Pourquoi ?

    Rien n’est à jour, les derniers rapports et résultats d’examens n’y figurent pas, c’est un vrai « patchwork » ! De quoi vouloir s’injecter une dose de canabis pour se tranquilliser !

    Comment avec les moyens techniques, les informations ne sont pas derechef sur le site, ça paraît si simple de communiquer en simultané,

    Comme mon médecin traitant, je pensais qu’au moment où par exemple le médecin cliquait sur « enregistrer », automatiquement son rapport filait droit dans le dossier médical, que nenni.

    Et bien non, il semblerait que ce n’est pas ainsi que cela fonctionne ; en fait, il serait indéniable d’attendre environ six semaines avant de pouvoir lire.

    Voilà, voilà, un grand pas a été fait avec l’arrivée du dossier médical en ligne toutefois ce n’est pas encore, loin de l’être selon mon enquête, le Graal de l’information médicale. Je subodore qu’avant la mise sur le marché public de cette centrale de renseignements médicaux il y a bien des examens à poursuivre.

    Wouai, je reste dubitatif quant  l'efficacité du grand panier médical, partant, maintenant, je sais pourquoi je suis un bon patient !

    Allez bonne journée !

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Utopie, utopie, utopie, lorsque tu me tiens.....

    Imprimer

    Utopie.jpgBien le bonjour,

    Dernièrement la TdG dévoilait les millionnaires et les milliardaires.

    S'ils ne sont qu'un petit lot dans l'ensemble de la population mondiale, il ressort néanmoins que 2,8 milliards de personnes, soit près de la moitié de la population mondiale, vivent avec moins de 2 dollars par jour. 448 millions d'enfants souffrent d'insuffisance pondérale. 876 millions d'adultes sont analphabètes, dont deux-tiers sont des femmes. Plus d'un milliard de personnes n'ont pas accès à de l'eau salubre.

    Cherchez l'erreur ?

    Certes, ces riches font marcher l'économie n'en demeure pas moins que la moitié des êtres humains souffrent, et on ne parle pas des familles dites à moyens risques.

    Je ne suis pas gaucho à vouloir pratiquer la politique de l’arrosoir toutefois une meilleure distribution des biens matériels pourraient éviter des gens en souffrance constante, vivant parfois dans des lieux super précaires, par là-même mourant par manque de moyens, même Frs 1,--symbolique.

    Lorsque l'on lit que des millions de l'entreprise « veux-tu gagner des millions» tombent comme la chute des métaux, les médias devraient regarder derrière le miroir de ces « beaux et belles » et publier à contrario les chiffres de la détresse mondiale, ce qui mettrait le quidam au goût du jour dans un monde où la qualité de vie se noie dans la mer « morte », ici celle des pauvres.

    Nombre de personnes sont négligées, oubliées, sans vie active, sans famille, sans projet, sans vêtements, sans lieu de vie, que sais-je, il y a quoi bondir sur son siège et de penser que les archi riches pourraient être plus à l'écoute, plus présents, plus ouverts vers les besoins, ouvrir leur porte-monnaie, et surtout être conscient qu'ils créent la mort.

    Ces super riches sont indécents en se mettant à nu sur une page médiatique, ils feraient mieux de rester discrets, réaliser que des hommes et des femmes meurent de faim les menant à des fin de vies épouvantables, bref rester discrest.

    Oui, HUIT milliardaires détiennent autant de richesses que la moitié la plus pauvre du monde !

    Clairement, les riches ne connaissent pas la crise, sont garnis de caviar et de champagne, sont bien au delà des bidonvilles, des gens ayant une qualité de vie moyenne, des « vieux » qui tirent la langue à la fin de chaque mois, les enfants, les enfants, les enfants, les enfants dans la tristesse, face à un avenir empli de nuages gris voire noirs.

    Aux portes de Noël, je ne suis pas révolter par cette situation, je voudrais simplement que les ces gros bonnets, qui gagnent de l'argent à la pelle, pas toujours honnêtement, prostitution, argent blanchi, mafia, etc., au détriment des petits, des enfants qui travaillent petits, des exploités, des serviteurs de leur porte-monnaie, fassent un super cadeau en donnant un petit centième de leur énormes fortunes en guise de cadeau de Noël, des sapins emplis de belles boules de Noël, et surtout des cadeaux de la vraie vie à chacune et chacun.

    Une bouteille de champagne = Frs 10'000,-- pour les pauvres par le biais d'honnêtes associations.

    Utopie, utopie, utopie, lorsque tu me tiens......

    Laissez pour compte lorsque tu les tiens......

    Que Dieu nous bénisse tous pour cette future nuit de Noël, la plus nuit au monde où dans le coeur des hommes descend un peu d'amour du ciel. Enfin je l'espère.....

    Allez bonne journée

    Lien permanent 0 commentaire
  • Avoir du culot ?

    Imprimer

    topelement.jpgBien le bonjour,

    Avoir du culot, c'est se montrer courageux, hardi.

    Démonstration :

     

    LE CULOT C'EST CA !

     

    Rendre une copie d'examen blanche, en plein milieu ce qui précède !!!

    Nos politiques n'ont vraiment pas ce culot en refusant l'augmentation de postes au SPAD, Service de la protection des adultes.

    La droite et le MCG sont la  droite la plus mauvaise des patrons car ils ne donnent pas les moyens humains notamment à ce service de fonctionner correctement. Je vous renvoie à l'article qui paraîtra certainement demain sur le vote du budget 2020 de l'Etat de Genève.......

    Allez bonne soirée.

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Les TPG déraillent !

    Imprimer

    poggia_tpg_pub.jpgBien le bonjour,

    A quoi pense la régie publicitaire des TPG ?

    Les TPG, dont le Conseil d’administration est présidé par Céline Amaudruz, aussi Présidente de l’UDC Genève, Conseillère nationale, etc. etc., déraille avec sa publicité proposant de faire bénéficier le commerce d’à côté ; en cette période de fin d’année favoriser l’économie d’Annemasse dérange.

    Bien sûr qu’il faut créer des passerelles dans le poumon économique du grand Genève, cela peut sans nul doute accélérer l’innovation pour les générations futures, toutefois celle des TPG  n’est vraiment pas bénéfique pour le commerce genevois  surtout à l’aube des fêtes de fin d’année.

    Ce n’est pas ainsi que notre économie va se revitaliser.

    En fait, l’authentique compréhension des défis de demain auxquels nous sommes confrontés au quotidien et la vision d’avenir de Genève n’est pas gagnées avec ce genre d’action tant elle démotive et les commerçants, tant les consommateurs. Une publicité s’est de trop !

    Dès lors !

    Comment élever le commerce genevois avec cette publicité ?

    Comment préserver l’optimisme de nos commerçants avec cet appel

    Annemassien ?

    Comment offrir un soulagement économique urgent sans sécurité et perspectives économiques ?

    Comment, comment, comment ?

    Cette publicité discrédite les privilèges des commerçants de la cité de Calvin et donne l’envie de traverser la frontière commerciale, ceci n’est pas bien.

    La sécurité économique genevoise n’est donc pas garantie et ceci n’est pas bien de la part de la régie publicitaire des TPG.

    Comment le Conseil d’administration, présidé par une femme UDC, qui se dit défenderesse des valeurs Suisse, le corollaire étant celles de Genève, a pu permettre ce genre de publicité déloyale ?

    Bravo Mauro Poggia d’avoir réagi ainsi. Nous avons bien compris ce n’est pas dirigé en tant que tel contre les frontaliers, non, c’est savoir lutter avec une vraie conviction genevoise contre ce genre de placard.

    D’aucuns sont partant pour dire que ce genre dysfonctionnement de l’esprit des TPG va indéniablement faire le lit du MCG lors des élections municipales de printemps prochain, d’autant plus que le « leader » de ce parti « anti-frontaliers » n’est autre que Mauro Poggia le Conseiller d’Etat qui a réagi avec intelligence contre cette manière publicitaire.

    Venant surtout de régies publiques qui doivent défendre sans conteste les intérêts genevois. Imaginez, si les HUG, les SIG, l’Aéroport, font de même, où va le commerce de notre canton.

    Conclusion, si conclusion il doit y avoir, cette publicité doit être décrochée sans délai du tram.

    Bravo les TPG !

    Allez bonne journée.

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Olivier où est l' "éléphant" de Pierre ?!

    Imprimer

    Jornot-Maudet.jpgBien le bonjour,

    Alors quoi ?

    Si l’affaire Maudet contenait juridiquement un « éléphant » le mettant sur le carreau, il y a déjà bien longtemps que le Procureur général aurait envoyé le Conseiller d’état devant ses juges.

    Alors quoi ?

    A ce jour, rien de transcendant ne fait surgir un réel lot d’accusations si ce ne sont que des faits mineurs avérés ; sinon l’inculpation aurait sonné depuis longtemps le glas.

    Alors qu’attend le Procureur général pour rédiger son acte d’accusation.

    Pourquoi attendre, attendre, et attendre encore si ce n’est chercher des infractions mineures, des petites puces reniflant une fausse ampleur du sujet, des poux et pas un « éléphant ». Alors Pierre Maudet, n'a pas volé, ne s’est pas enrichi illégitimement, n'a pas fait de faux, n'a  pas fait de gestion déloyale.

    Certes il a menti ce qui n’est pas pénale au demeurant.

    Alors quoi ?

    Avec les mois qui passent sans nouvelles, nous pourrions croire que le Procureur général n’a en fait rien de transcendant dans son dossier.

    Et si tel est le cas il aura mis au tapis un jeune Conseiller d’état intelligent, visionnaire, empli d’une rare énergie, une « bête » politique sans conteste.

    A ce sujet, le Procureur général est bien connu pour son look à faire d’une tête d’épingle une botte de foins.

    Alors quoi ?

    Comprendre la raison de ce silence, est simple. En effet, réfléchissons un brin : au mois d’avril 2020 aura lieu l’élection du Procureur général, Olivier Jornoz est candidat sortant (il sera reconduit par son parti le PLR) et s’il rend une page blanche ou que des petites broutilles à l’instar d’un « éléphant », les Genevoises et Genevois risque de ne pas le reconduire dans sa lourde charge parce qu’il aura déclenché une fausse tempête à Genève, dans toute la Suisse. Par contre, s’il publie son « mince » acte d’accusation après sa réélection, no blême il est élu pour 6 ans.

    Alors quoi ?

    Le Procureur général nous laisse penser à ce stade qu’il n’y a pas d’éléphant dans son dossier et qu’il attendra bien gentiment dans son fauteuil jusqu’au mois de mai 2020 pour dire « Mesdames et Messieurs, il n’y a pas d’  « éléphant » juste des têtes d’épingles.

    Comme quoi l’affaire Maudet tient certainement à une élection d’un homme qui ne veut aucune embûche sur la route de son succès.

    C’est ce que pensent d’aucuns sur la place publique.

    Comme Christian Luscher qui a appelé Pierre Maudet à quitter le parti, je demande au Procureur général d’activité la procédure et d’avoir le courage de rendre sa copie avant sa pseudo élection.

    Pierre Maudet a le droit de savoir rapidement, si ce n’est pour sa paix intérieur et pour celle de sa famille.

    Monsieur le Procureur si tel le cas, ne voyez pas vos propres intérêts, mais celle de l’authentique justice.

    Allez bonne soirée.

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Les Verts : une marée exceptionnelle ?

    Imprimer

    Les Verts.jpgBien le bonjour,

    Les marées hautes n’envahissent pas seulement la belle Venise, mais aussi des places telle que celle de la place fédérale à Berne.

    Ce n’est pas un scoop, l’eau envahit, noie, engloutit, puis se retire pour redonner l’aspect original.

    Ce qui c’est passé en Suisse ces dernières semaines sont bien une marée haute, non pas d’eau, mais de suffrages Verts.

    C’est vrai, les verts ont ratissé large dans la majorité de la Suisse, toutes nos félicitations, partant ceci mérite bien une place au Conseil fédéral, une sorte de chef-pompier pour diriger les opérations de pompage lié à leur succès.

    Bravo, Bravo, Bravo les Verts vous avez inondé la Suisse !

    A cette montée des voix, la plus retentissante depuis sa création, le 4ème parti de Suisse a bénéficié clairement du grand « bazar » lié au climat.

    A cela, en regardant l’histoire politique ce n’est pas nouveau qu’une tendance politique monte ses eaux et envahissent la Berne fédérale.

    Regardez, il y a une vingtaine d’année l’émigration provoquait une grande marée UDC, à Genève ce furent les frontaliers amenant un raz de marée au profit du MCG, à une autre période les voitures profitèrent au parti des Automobilistes, pour d’autres raisons du moment ce fut Vigilance, j’en passe et des meilleurs.

    Hier l’UDC, aujourd’hui les Verts, demain le parti de l’amicale Choucroute genevoise !

    Le constat ?

    En définitive, toutes ces marées exceptionnelles se retirent un jour pour laisser place à l’histoire, à la beauté, à l’inoubliable histoire des places telle que celle St-Marc à Venise.

    Les vicissitudes de la vie n’ont rien inventé, la vie est une éternelle ritournelle sans fin. Ainsi va la vie !

    Au dessus de tout ce « binz » il y a Nous, les gentils contribuables, qui au fil des années continuent à subir les aléas du pays en mains d’arènes politiques faisant la pluie et le beau temps.

    L’avenir nous dira si ce raz-de-marée aura été éphémère ou bénéficiera encore des effets climatiques chers au Vert.

    Une chose est certaine, Venise sur ces solides fondations résistent et résistera encore bien des décennies, tel sera le cas en Suisse avec sa démocratie, son histoire, ses fondements politiques.

    Sur ce, allez bonne journée !

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Saveur politique !

    Imprimer

    topelement.jpgBien le bonjour,

    Avez-vous pris connaissance du communiqué de presse des jeunes UDC et PLR dévoilant(!) le ticket  Céline-Hugues ?

    Avouons sans conteste que la droite est mal partie pour la Haute chambre à Berne.

    Béatrice et Hugues n’ont pas fait le plein des voix au sein d’une droite la plus bête du patrimoine politique genevois.

    Cette droite s’aime, ne s’aime plus, se comprend, ne se comprend plus, se sépare, se recompose, TOP MODELE !

    Hier, surprise les Jeunes UDC et PLR font campagne pour promouvoir la petite Céline et le Grand Hugues. Contre nature ?

    Alors que les « anciens » du centre et de droite mettent tout en œuvre pour faire passer leurs leader Béatrice et Hugues, voilà que les fers de lance PLR vont plus loin en soutenant le grand Hugues et la petite Céline ; avec le PDC et le MCG, nickel !

    Les jeunes  ont presque tout compris, ils veulent une droite unie, mais si prennent mal !

    Car, un ticket de l’un ou de l’autre des meilleurs à la sortie des urnes, sur une même affiche PDC, PLR, UDC et MCG, aurait bien plus de chance de s’asseoir sur les deux sièges et par là-même représenter une Genève plus forte économiquement, socialement, humainement, j’en passe et des meilleurs.

    Oui, Oui, Oui, une affiche PDC, PLR, UDC et MCG, là les jeunes seraient les champions de tous les jeux olympiques de la droite genevoise.

    Certes, Hugues et Béatrice tiennent l’os et ont raison de ne pas le lâcher.

    Ce n’est pas Hugues qui va lâcher son« nonos », et Béatrice, deuxième à la sortie des urnes est la candidate légitime.

    Alors quoi ?

    En définitive, c’est la petite Céline qui vient semer le trouble avec sa candidature. Elle a son os, le tient, elle ne s’en séparera pas et pourtant.

    Un os pour le bien de la population ou pour l’égo, la question peut être posée ? Car la petite Céline va diviser les voix de la droite, le corollaire étant de faire la voie royale pour le rose-vert.

    Le PDC aurait dû….. le PLR aurait dû……l’UDC aurait pu….

    Aujourd’hui, nous sommes confrontés à d’immenses défis, partant nous devons regarder l’avenir avec optimisme et l’espoir d’une Suisse ayant la volonté de vitaliser son avenir.

    A cela, les batteries ne doivent pas se vider de leur substance en raison de personne qui n’ont qu’une vision, la leur. Manque de clairvoyance, d’intelligence, de logique arithmétique, que sais-je.

    Ceci dit, les jeunes ont osé relever le niveau intellectuel pour mettre encore plus le désordre dans cette droite désunie.

    C’est bien pour cela que les gens ne vont pas voter, ils n’y comprennent plus rien devant  les grandes farandoles (des partis politiques) et surtout les égo nombrilistes des uns et des autres.

    Conclusion, la petite Céline aurait dû lâcher son os et soutenir avec son parti et le MCG les meilleurs sortis des urnes, Hugues et Béatrice.

    UNE DROITE FORTE UNIE PEUT GAGNER !

    Bravo les jeunes UDC et PLR, ce n’est pas facile de jouer dans la cour des Grands !

    Allez bonne journée.

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Concurrence « déloyale » entre MSC et Croisierenet ?

    Imprimer

    MSC.jpgBien le bonjour,

    Concurrence « déloyale » entre MSC et Croisierenet ?

    C’est certain et je peux le prouver.

    ITALIE, GRÈCE, ISRAËL, CHYPRE, CROATIE

    Voulant organiser une croisière de 13 jours, au départ de Venise, le 28 octobre prochain, sur le bâteau Lirica, j’ai sollicité un devis auprès de mon agence de voyage à Carouge ; celui-ci s’élève pour deux personnes à Frs 7'278,-- ; lui-même communiqué par le voyagiste spécialiste en la matière de croisière, MSC, groupe sis à Rieu à Genève.

    Or à mon grand étonnement je vois la même croisière, identique, sur internet « Croisierenet » groupe français, pour Euros 5'798,--, soit en Frs 6'378,--.

    Différence de Frs 900,-- « volé » au consommateur Suisse, le corollaire, étant les commerçants.

    Fort de ce constat dès plus surprenant, mon agence de voyage a pris langue avec MSC qui lui a expliqué que chaque pays a ses offres au cours économique du pays où l’agence de voyage se trouve.

    Et de rajouter aussi que Croisierenet, comme bien d’autres sites internet, achète des circuits à MSC Suisse à des prix d’achats vachement bas et les revend sur le net à des prix défiants toute concurrence.

    L’exemple ci-dessus est parlant :

    MSC Suisse                                                                                              Frs 7'278,--

    Crosierenet France                    Euros 5’798                      Frs 6'378,--

    Différence significative en défaveur du client                        Frs     900,--

    En conclusion, mieux vaut acheter sur un site français ou directement dans une agence étrangère.

    Après on se plaint  que les Suisses vont en France, hehehehehe il ne faut pas chercher le pourquoi du comment, il n’y a pas besoin d’avoir fait l’université pour comprendre une concurrence « déloyale » et au surplus « dégueulasse ».

    Ce n’est vraiment pas normal d’encourager les Suisses à ne pas consommer Suisse et de les envoyer sur le net et de surcroît sur un site Français.

    JE LANCE UN CRI, JE SONNE L’ALARME, J’APPUIE SUR LE BOUTON DE LA BOMBE, JE DEMONTE LA BARRAQUE, J’AGITE LE LANCE FLAMMES CONTRE LES AUTEURS DE CES INEGALITES.

    CECI EST INADMISSIBLE !

    Je suis carrément dégoûté.

    Allez bonne journée

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Les vélos et les autres ?

    Imprimer

    velo.jpgBien le bonjour,

    Alors que le monde entier ventile des paroles pour sauver le climat, les vélos deviennent les rois ; à Genève ils se croient tout permis, des petits rois.

    Je n’ai rien contre le vélo, bien au contraire si je n’étais pas handicapé d’une jambe je serais avec sagesse sur mes deux roues.

    Sagesse ?

    Force est de constater que les rues sont sillonnées par des centaines de vélos qui pour la plus part ne respectent par les règles liées à la circulation et ceci peut être dangereux, très dangereux tant pour l’esprit que pour le physique.

    A Genève, la cité de Calvin avait commencé avec succès il y a quelques années le traçage des pistes cyclables, une politique devenue très jungle,  car souvent absente de la route où encore épousant très mal les autres. Avouons que le travail a été fait peu ou prou.

    Ils viennent de droite de gauche, traversent les feux rouges, les carrefours, montent sur les trottoirs, ne s’arrêtent pas au stop, j’en passe et des meilleurs.

    Les autres de la route et les vélos sont une grande famille, le corollaire étant que tous doivent se respecter, faire attention, se mettre à la place de l’autre qui se trouve en face.

    Alors que l’on s’occupe des composantes de notre atmosphère, bien évidemment, il conviendrait en 2020 de revoir aussi le concept des pistes cyclables afin de donner la possibilité aux cyclistes d’être encore mieux respectés, sauvegardés des aléas de la route, et surtout se marier au code de la route. A ce sujet, je ne vois jamais un Gardien de la « paix » amender une selle dans l’infraction. Je pense que les Polices ne savent pas comment s’y pendre tant les vélos sont splendides !

    Le canton et les communes ont certes cédé à la pression des Verts et des associations, on constate aujourd’hui un certain fiasco.

    Alors, invitons toutes et tous adeptes du bitume les Autorités à revoir le concept des pistes cyclables et se mettre au parfum d’Amsterdam reine des deux roues.

    Parler climat, c’est aussi parler de vélo.

    Allez bonne journée !

    Lien permanent 0 commentaire
  • 20 octobre, rendez-vous raté ?

    Imprimer

    topelement.jpgBien le bonjour,

    Ca y-est, la farandole des constats se multiplient en Suisse, les enveloppes ouvertes présentant des "vices de forme".

    Comment du matériel de vote peut-il comporter des feuilles mortes, comme celles de l’automne.

    Avec la pluie des moyens informatiques, c’est dingue !

    L’automne déjà chaud sur le plan des programmes politiques, surtout celui lié au climat, va prend un air d’hiver, refroidissant des Présidents de partis. C’est déjà fait à Genève !

    Normal de monter au créneau lorsque tant de personne piaffent d’impatiente de prendre le train à destination de la Ville fédérale ?

    Va-t-on d’ores et déjà vers une procédure d’annulation !

    Pour l’instant les confessionnaux remplis de fidèles de la politique ont tout intérêt à ne pas demander aux « Dieux » une pure et simple annulation, la facture serait super trop salée ; je ne pense pas que les Chancelleries soient assurées pour ce genre de danse à un temps.

    Toutefois, au soir du 20 octobre prochain, si l’un des concurrents aussi élevés que le jet d’eau de Genève se trouvait face à un refus d’entrée au Palais fédéral, la réparation serait très certainement sollicitée.

    L’idée de n’avoir pas été élu ou de perdre un siège : annulation, invalidation, taper des pieds, sortir l’artillerie, tirer à boulets rouges contre les urnes, que sais-je ?

    Certaines « tronches de cake », dont j’en connais une, seraient rouges de colère si de hasard le flambeau de la réussite s’éteignait brutalement et les plongeaient dans une colère noire.

    « Mort » aux Chancelleries je n’ai pas été élu(e), je ne peux pas le supporter, c’est de la faute du système super informatisé, « bande de salopards » !

    A cela, on connaît certaines méthodes parfois très radicales pour casser la baraque et parvenir au maintient de ses petites fesses sur son siège de velours.

    Mais en définitive, est-ce que 20, voire, 100 (Où sans)  vont vraiment changer la fasse de la Suisse. OK si tu n’es pas élu(e) pour 20 voix, que vas-tu faire, plonger dans des procédures d’annulation sans fin, coûtant très cher, et « emmerdant » le peuple à aller revoter. Tu n’as pas été élue, tient un petit bonbon !

    Le visage de la Suisse 2019 – 2024 sera aux couleurs printanières : VERTE !

    Alors que la cour des guignols de la politique s’attaque aux arbres des avenues

    Chance-lières de la réussite.

    A ce magistrale binz parviendront-ils à arracher une victoire, celle de sauter comme une petite puce qui renifle !

    Bref, je n’ai pas eu de peine à voter pour la liste réglo des Jeunes UDC Genève, car ces jeunes sont intègres, et sont l’avenir du pays. « Camembert » je vote pour qui je veux.

    En Suisse, nous avons une belle jeunesse, faut-il savoir l’écouter, la comprendre, et retenir ce qui peut être mis au profit de nos sociétés.

    Oui, oui et oui, les jeunes Suisses sont le chemin, la route, l’autoroute, de l’avenir de demain.

    Leurs savoir, connaissances, lucidité, sont le fondement des leaders de demain, faisons leur confiance.

    Allez bonne journée !

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • 20 octobre, rendez-vous raté ?

    Imprimer

    topelement.jpgBien le bonjour,

    Ca y-est, la farandole des constats se multiplient en Suisse, les enveloppes ouvertes présentant des "vices de forme".

    Comment du matériel de vote peut-il comporter des feuilles mortes, comme celles de l’automne.

    Avec la pluie des moyens informatiques, c’est dingue !

    L’automne déjà chaud sur le plan des programmes politiques, surtout celui lié au climat, va prend un air d’hiver, refroidissant des Présidents de partis. C’est déjà fait à Genève !

    Normal de monter au créneau lorsque tant de personne piaffent d’impatiente de prendre le train à destination de la Ville fédérale ?

    Va-t-on d’ores et déjà vers une procédure d’annulation !

    Pour l’instant les confessionnaux remplis de fidèles de la politique ont tout intérêt à ne pas demander aux « Dieux » une pure et simple annulation, la facture serait super trop salée ; je ne pense pas que les Chancelleries soient assurées pour ce genre de danse à un temps.

    Toutefois, au soir du 20 octobre prochain, si l’un des concurrents aussi élevés que le jet d’eau de Genève se trouvait face à un refus d’entrée au Palais fédéral, la réparation serait très certainement sollicitée.

    L’idée de n’avoir pas été élu ou de perdre un siège : annulation, invalidation, taper des pieds, sortir l’artillerie, tirer à boulets rouges contre les urnes, que sais-je ?

    Certaines « tronches de cake », dont j’en connais une, seraient rouges de colère si de hasard le flambeau de la réussite s’éteignait brutalement et les plongeaient dans une colère noire.

    « Mort » aux Chancelleries je n’ai pas été élu(e), je ne peux pas le supporter, c’est de la faute du système super informatisé, « bande de salopards » !

    A cela, on connaît certaines méthodes parfois très radicales pour casser la baraque et parvenir au maintient de ses petites fesses sur son siège de velours.

    Mais en définitive, est-ce que 20, voire, 100 (Où sans)  vont vraiment changer la fasse de la Suisse. OK si tu n’es pas élu(e) pour 20 voix, que vas-tu faire, plonger dans des procédures d’annulation sans fin, coûtant très cher, et « emmerdant » le peuple à aller revoter. Tu n’as pas été élue, tient un petit bonbon !

    Le visage de la Suisse 2019 – 2024 sera aux couleurs printanières : VERTE !

    Alors que la cour des guignols de la politique s’attaque aux arbres des avenues

    Chance-lières de la réussite.

    A ce magistrale binz parviendront-ils à arracher une victoire, celle de sauter comme une petite puce qui renifle !

    Bref, je n’ai pas eu de peine à voter pour la liste réglo des Jeunes UDC Genève, car ces jeunes sont intègres, et sont l’avenir du pays. « Camembert » je vote pour qui je veux.

    En Suisse, nous avons une belle jeunesse, faut-il savoir l’écouter, la comprendre, et retenir ce qui peut être mis au profit de nos sociétés.

    Oui, oui et oui, les jeunes Suisses sont le chemin, la route, l’autoroute, de l’avenir de demain.

    Leurs savoir, connaissances, lucidité, sont le fondement des leaders de demain, faisons leur confiance.

    Allez bonne journée !

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • "Pierre Maudet" fruit de la passion démagogique ?

    Imprimer

    Pierre Maudet.jpgBien le bonjour,

    Pierre Maudet fruit de la passion démagogique?

    Avec toutes les farandoles dansées sur la place publique par les médias depuis l’affaire du voyage, il faut encore que Pierre Maudet soit le fruit de la démagogie électorale.

    Pourquoi ?

    A moins d’un mois des élections aux nationales, un député genevois vient d’agir sur le chemin des embrouilles en déposant une question écrite au Conseil d’Etat.

    En substance, « A-t-on accordé, a-t-on offert sur un plateau la nationalité suisse et des permis (toutes catégories) à des acteurs ou à des proches concernés par l’affaire Maudet ? 

    A un mois des élections dont le « pharmacien de quartier » est candidat, avouons que tout est bon dans le Pierre Maudet !

    Est- ce vrai, sur quelles bruits de radio couloir se base le politicien ?

    Les citoyens du canton et d’ailleurs veulent savoir.

    « Eux » On y va, on matraque, on blesse encore plus, on conforte les doutes, on se fait remarquer, que c’est bon, que c’est jubilatoire, on existe, on est là, j’en passe et des meilleurs. 

    Cette manière de se faire remarquer ne va restaurer la confiance en les institutions ;  ceci est une forme d’orientation désastreuse envers toutes les autres personnalités du Conseil d’Etat et ne fait que renchérir l’hypra mauvaise carte de visite auprès des citoyens d’ici et d’ailleurs.

    Quel manque de psychologie que de verser encore de la « bouse » sur une affaire qui n’est pas de bonne odeur dans la prairie genevoise.

    Est-ce bien de se mettre à nu pour ausculter l'insatisfaction, la fascination, l'amour ou la tristesse, ce qui nous résiste. De la même manière, redresser tout ce qui est oblique pour se rendre brillant. Sculptons-nous d'abord et ensuite rendons les autres statues propres.

    Bref, ce genre de démagogie, pour autant qu'il y ait bien dans la tête du Député de la démagogie, est nauséabonde, elle pue, elle récolte encore plus de fruits de la déstabilisation, de l’inconfort à gouverner.

    Laissons la Justice agir, faire ses enquêtes.

    A ce sujet, pourquoi le Député n’a-t-il pas dénoncé à la Justice plutôt qu’aux politiques. Evidemment, c’est bien plus spectaculaire !

    Par ailleurs, s’il a raison le moment de narrer peut laisser penser qu’il s’agit en effet de démagogie électorale et si c’est le seul souci d’un Député, quelle méga agitation, face à un budget cantonal au très lourd déficit.

    Mais quelle agitation autour de ce Maudet.

    Ceci est mon « coup de gueule » du jour.

     

    Allez bonne journée !

    Lien permanent 0 commentaire
  • A l'UDC on boit le "VERT VIDE"

    Imprimer

    Logo_UDC_2010.gifBien le bonjour,

    Il y a bien longtemps que je n’ai pas écrit de blog, mais là je me dois de réagir à l’opinion parue ce matin dans la TdG « L’UDC, en vert mais contre tout » de Thomas Wenger, Président Coordination transports et déplacements CDT. Ses lignes sont super lucides et réalistes.

    Succinctement, le propos porte sur « l’agitation en faveur du climat » décriée par l’UDC. En effet, dernièrement le parti agrarien a tenu une conférence de presse pour présenter un projet qui tend à proposer au Grand Conseil genevois un crédit de 280 millions en vue de remplacer les actuels bus diesels en 230 véhicules TPG électriques.

    Alors que la parti ne voulait pas en 2011 de la mobilité douce, qu’il était et est toujours contre le CEVA, aujourd’hui, la tête haute et l’air intelligent, il vient avec cette proposition.

    Depuis ce jour, je suis un ex UDC dans lequel j’ai été un humble petit Secrétaire général,  et au surplus, je tombe de ma chaise, car si la "grande nouveauté"  n’est pas de la pure démagogie à 6 mois des élections, moi je suis le Pape François !

    Oui à quelques mois des élections, cette super grande annonce sortie du chapeau des grands penseurs du parti ressemble à une magnifique publicité électorale. Manque-t-il des idées liées directement aux dogmes du parti, son authentique ligne politique l’Europe, les migrants, j’en passe et des meilleurs.

    Bon chien, mais c’est bien sûr !

    Il faut savoir que l’ancienne, voire l’actuelle vice-Présidente des TPG, n’est autre que la Présidente de l’UDC Genève. A ce sujet, ne connaît-elle pas le dossier lié au programme des TPG sur l'énergie verte ? Oui c'est vrai ce n'était peut être pas important avant la campagne électorale !!!

    Bizarre. Vous avez-dit bizarre ?

    Ouf les TpG n’ont pas attendu la candidate au Conseil des Etats pour avoir déjà réfléchi au bus écolos puisque ça roule déjà ainsi et que l’avenir va dans le sens de la mobilité durable dont l’UDC n’a jamais soutenu de projet de crédit où présenté de dossier sur ce sujet.

    (Au fait, et les salaires des Italiens SOUS PAYES …… qu’en pense Madame la vice-Présidente des TPG ?!!!)

    A l’UDC on boit le verre vide !

    Allez bonne journée.

    Lien permanent 0 commentaire
  • L'HOMME DE GENEVE ?

    Imprimer

    Mask.gifBien le bonjour,

    L’HOMME DE GENEVE ?

    C’est tous les jours que Dieu fait que l’on parle de lui.

    Ce n’est pas lassant, c’est tout simplement désarmant car le personnage ne dégage plus de moralité, d’éthique, il est froid.

    Alors, les autres seraient-ils devenus que des objets servant à assouvir ses besoins.

    Déteste-t-il la réalité ? Jamais de sa faute ?

    Est-il coupable ou non, seule la Justice le dira, en attendant la « bête » traquée est poursuivie par des chiens voulant à tout prix sa peau.

    Mais voilà, l’homme garde la tête haute et l’air intelligent. Il est comme un roc planté au milieu de la forêt garnie par les hommes et femmes de la société, de son parti et surtout des journalistes, qui ne le soutiennent plus et ça il n’aime pas. Toutefois, il a les reins solides en supportant et en affrontant droit dans les yeux toute cette cohorte de gens qui piaffent d’impatiente de le voir passer la petite porte, car la grande porte c’était hier.

    L’homme de Genève, c’est une sacrée affaire que d’aucuns n’auraient jamais pensé comme une sorte de « psychopathe » (parole d’un psychiatre), sauf peut-être lui même, car il ne donne pas l’impression de ressentir quoique ce soit dans ces affaires malsaines.

    Pour parvenir à combler ses envies, l’homme est prêt à tout pour que chacun convienne à ses envies ; mensonges, manipulations, il ne fuit pas la réalité, il reste droit dans ses bottes.  C’est l’homme qui cherche à n’importe  quel prix à se justifier ou à manipuler l’autre pour lui faire croire que c’est lui qui a tort.

    L’homme de Genève donne le sentiment d’insensibilité, de froideur, de contrôle parfait de ses peurs, et qui plus est ne voit aucune raison de changer son comportement Pourrait-il arriver à être paranoïaque est s’énerver rapidement ?

    Indifférence froide, tromperie, pouvoir des mots, regard froid, bref, il joue avec la société qui l’a élu, et partant de ce constat, aujourd’hui, force est de constater que seule le seuil de la plus petite porte ne lui résistera pas.

    En définitive, l’homme aux multiples facettes ne donne pas l’impression de ressentir de la culpabilité, et c’est bien pour cela qu’il est prêt à tous pour arriver à ses fins : LE POUVOIR.

    L’homme pourrait être l’acteur principal de la série « Pour l’amour du risque… » ! Auparavant, un diagnostic établi par un psychiatre serait dès plus intéressant.

    Au fait quel pourcentage des voix sortirait des urnes ce jour pour cet homme qui n’a qu’un seul sort : LUI.

    L’HOMME DE GENEVE ?

    Allez bonne journée.

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Témoignage : Merci le Centre de la douleur des HUG !

    Imprimer

    Dr Piguet.jpgBien le bonjour,

    Suite à un accident de voiture survenu en 2004, j’ai subi une kyrielle d’opérations du genou  droite dues à une infection récurrentes. A cela, mon genou a développé de nombreuses complications : prothèses infectées, septicémie, et bien d’autres blêmes. Début décembre 2017, 41 de fièvre, rebelote, diverses opérations, notamment une faite par le Docteur Suva, patron de la chirurgie septique, consistant à procéder à l’ablation d’une barre posée au CHUV en 2009 et fixant le tibia au fémur, celle-ci étant infectée. Cette intervention à très haut risque n’a été pratiquée qu’une fois seulement dans le monde, en Irlande ; c’est dire que mon genou est devenu une star internationale !

    Partant de tous ces défauts de la nature, je souffre d’une douleur de fond en continu et au quotidien ; c’est pénible à vivre tant sur le plan physique que parfois psychologique. J’ai également mal en fonction de la position de ma cheville ou de ma jambe. J’avoue très volontiers que parfois j’ai presque eu des envies suicidaires. Enfin, j’ai eu des addictions aux morphiniques d’où un sevrage dans une clinique vaudoise. Bref !

    Heureusement, début 2018, j’ai été pris en charge au Centre de la douleur des HUG qui a très vite amélioré ma qualité de vie. Les médecins, en l’occurrence la Doctoresse ValériePiguet (photo), m’ont aidé à réguler la prise de mes médicament et appris des méthodes d’hypnose pour oublier la douleur.

    « Ce sont des gens formidables, qui sont ouverts, à l’écoute qui m’ont très bien conseillé. Grâce à eux, la douleur a diminué mais j’ai aussi appris à mieux l’accepter. Ce suivi médical et les soutient de ma fille, de mon meilleur ami, et de ma famille, ont été des piliers pour sortir de la déprime » (Pulsation des HUG).Enfin, tant la clinique que ma doctoresse privée m’ont conseillé « sous le divan » de prendre du CBD. Cette production riche en CBD et équilibrée en THC, et un cannabis 100 % Suisse ! Le Cannabidiol CBD possède de nombreuses propriétés thérapeutiques. Le CBD est une molécule réputée antidouleur, malheureusement à ce jour pas officialisée. Ma plume a décidé d’écrire ce propos médical car nul doute que la Clinique de la douleur des HUG a sa place dans le monde des douleurs. Accueillante, ouverte, sensible, à l’écoute, médicalement sérieuse, le petit monde de ce centre mérite d’être pris en considération et d’être pratiquée par les patients à des maux pérennes.

    Ce témoignage pourrait remplir un bouquin d’un kilo voir deux tant mon genou a créé des maux, des soucis, des études, 52 opérations, j’en passe et des meilleurs. Aujourd’hui, je crois que grâce au Docteur Domizio Suva et son équipe, le centre de la douleur, la doctoresse privée Caroline Burki, je vis mieux, du moins j’ai accepté mon handicap, la jambe raide.

    A un moment j’ai du choisir entre l’amputation et cette deuxième opération mondiale ci-dessus citée. J’ai choisi « l’amour du risque » et j’ai gardé ma jambe.Merci de votre attention.

    Allez bonne journée !

    Lien permanent 0 commentaire
  • Frs 4'000,-- pour une assurance privée ou Frs 4'000,-- pour plus de vacances ?

    Imprimer

     

    758-huggenvecopie.jpgBien le bonjour,

    Je suis hospitalisé depuis une semaine pour soigner mon « imbécile » de genou, j'ai le temps d'observer depuis ma chambre au 9ème le nouveau bâtiment appelé « Julliard).

    Avouons qu'il est magnifique en terme architectural. Certes très carré, il cadre bien dans un centre hospitalisé universel.

    Le grand changement entre l'ancien bâtiment des lits et la nouvelle version se situe dans le nombre de lits par chambre. Avant, des chambres à 7, voire 8, lits, aujourd'hui, 1 ou 2 lits.

    Si on se calque sur les cliniques privées, c'est devenu presque devenu du pareil au même.

    « Malade » lambda au plein centre de ce « parc » hospitalier je fais entièrement confiance aux acteurs de la médecine.

    Mais ....

    Evidemment, il faut une petite « Genferei » !

    Je sui donc en chambre privée et pour cela je paye une prime annuelle totale de plus de Frs 4'000,--. S'ajoute la prime de base « LAMMAL ».

    Dans l'ancien bâtiment des lits je ne ne pouvais et je peux encore accéder à l'espace privé que si je suis nanti d'une assurance division privée.

    Or, dans le nouveau bâtiment des lits tout fraîchement ouvert, il n'y a que des chambres à 1 et 2 lits. Ceci couvert automatiquement par l'assurance de base.

    Fort de ce constat, il n'y a plus besoin d'avoir une couverture privée, le corollaire étant une économie annuelle de plus de Frs 4'000,--.

    « Tu paies ou pas tu vas de tout manière en intimité ».

    Aujourd'hui, la grande différence entre les cliniques privées et le nouveau concept des HUG ce sont le choix du médecin, de l'anesthésiste, le fast du lieu, et bien entendu les menus. UN POINT C'EST TOUT !

    D'où ma remise en question de conserver mon assurance privée.

    Et je ne devrais pas être le seul à réfléchir sur le« Liddel » de la médecine pour tous.

    Mais wouai pourquoi payer plus quand je peux avoir des services pareils, sauf l'hôtellerie ?

    Telle est la question depuis mon lit dominant le nouveau bâtiment des lits.

    Alors Frs 4'000,-- pour une "hôtellerie privée" ou Frs 4'000,-- pour plus de vacances ?

    Enfin, faut-il oui ou non une division privée aux HUG ? Cela ne crée-t-il pas de la concurrence aux cliniques privées. Est-ce loyal ? Est-ce le rôle de l'Etat ? On peut se poser bien des questions sur ce terrain privé ou public !

    Allez bonne journée !

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • La "Stauffmania" est de retour !

    Imprimer

    PromoplusDessin.jpgBien le bonjour,

    D’aucuns s’expriment publiquement, pourquoi ne pas abuser aussi de ma plume au risque d’avoir des retombées positives ou fracassantes ; ça passe ou ça casse ! La deuxième solution serait grave.

    Pour un instant sois fou François et écris sous la forme d’une petite fable à la Velen !

    « La fable du « Stauffmania ».

    Un Stauffmania assoiffé de pouvoir fut élu, par la gente des genevoiseries.

    Locataire d’un siège royal, il fut aussi Président d’une caste politique.

    Ses amis accoururent tout exprès à ses côtés pour sauver un coin de terre occupé partiellement par les voisins.

    Grande « gueule », arriviste, fin calculateur, mettant dans la balance seulement son orgueil, il se pris pour le Thémis, l’incomparable tribun de la troupe des rachetés.

    Et pis il devint chef de troupe d’une petite bourgade pour quatre ans.

    Puisque élu, tenant du ciel les plus longues dents du parti et des autres, il dut se mettre au service des autochtones n’en déplaise à d’aucuns.

    Ses adversaires jaloux fit tout pour le mettre à genou devant les tribunaux des hommes.

    Prenant un air magistral, il vit son aura s’estomper et son décorum ordinaire en l’espèce fondre. Il se retrouva seul de chez seul.

    Ecarté de tous bords, il hurla, il se déchaîna ici et ailleurs, devint piquant comme une guêpe que l’on agace ; le cou de grisou l’atteint de plein fouet.

    Il se retrouva égal à lui même dans la cour des grands, tout comme lorsqu’il abusa des source de l’eau dans le vide verre.

    Non content de ses magistrales défaites il accumula le capitale de l’homme et se mit en quête de reconnaissance, d’amour, grand agriculteur des champs désertés.

    Ses adversaires n’attendaient pas moins de croque-chardons.

    Ne supportant pas l’isolement, il chercha une terre d’accueil. Que nenni.

    Alors, il voulut créer une nouvelle dynastie aussi dynamique que celle dont il se fit mettre au placard.

    Depuis, comment s’y prendrait-il pour parvenir à ses fins pour combler son appétit d’Altesse.

    Quelle méthode arriviste pour imposer son appétit.

    Un beau jour, il approcha une famille implantée dans le coin de terre susceptible de pouvoir lui donner un lit, un fauteuil, de la nourriture comme il aime.

    Pour ce refuge le goût du « Stauffmania » pouvait être bénéfique en vu de la prospérité de la tribu. Le piquant des mets délicieux, ceux du succès.

    D’aucuns ne voulaient pas, d’autres très stratégiques expliquèrent que la compote était du miel pour appâter les gens des urnes et gagner le soutien du tout un chacun.

    La stratégie fut intelligente, certes, mais le personnage, avec son passé et ses histoires publiées dans la « pravda » du coin de terre, n’inspirait pas même si sous la main levée il jura qu’il avait changé.

    Quelle saveur agréable pour « Stauffmania », une famille allait peut pouvant l’accueillir comme le sauveur avec ses qualités et ses défauts.

    Le sauveur tout gentil, qui a changé ( !), qui peut nourrir les cadres de miel, qui peut injecter une forte dose d’enthousiasme pour remplir un maximum la ruche dans douze mois.

    Allait-il être vénéré comme le nouveau leader charismatique ou alors la famille d’accueil le refusera au risque de ce que l’on appellera plus tard une « OPA ».

    Le « Sauffmania » combatif, fin stratège, au caractère bien trempé dont on peut chasser le naturel il revient galop, n’a qu’une chose en tête : exister pour nourrir son égo, sa soiffe du pouvoir.

    Attendons de voir si le Faucon mangera le Chapon.

    La « stragégimania » fait son chemin……

    Le temps appartient au temps.

    Allez bonne journée !

    Lien permanent 0 commentaire
  • Théâtre de Carouge ? Non au référendum !

    Imprimer


    Carouge 2.jpgBien le bonjour,

    D'entrée de cause le propos qui suit n'engage que ma personne et non la section de l'UDC Carouge, celle-ci n'ayant pas encore été consultée.

    Mais je pense qu'elle ira dans le même sens !

    Au sujet du Théâtre de Carouge, le Conseil municipal a donc voté hier le montage financier tel que présenté.

    Avec un un bâtiment neuf incluant les salles de spectacles, les nouvelles normes de sécurité, les vestiaires, les dépôts pour les décors, actuellement à la rue Ancienne 57, en voie de disparaître, une buvette, etc., la reconstruction devrait coûter seulement 24 millions à la Commune.

    Entrons en scène et précisons que le coût total s'élève à 54 millions, dont 24 millions à la charge de Carouge, 13 millions (trouvés) de la Fondation des Amis du Théâtre, 7 millions de l'Association des Communes genevoises et en principe 10 millions provenant du Canton.

    Avec cet acte loin d'être du théâtre mais réalité, nous avons un centre culturel connu et reconnu partout en Europe digne de faire partie du patrimoine culturelle de la cité Sarde. Avant tout Carouge est une ville historique, d'aisance, d'harmonie, d'équilibre, dont les poètes, les musiciens, les photographes, les peintres, les potiers, les artistes aux dons les plus variés. Chacun avec son génie propre Carouge est immortalisée par son authentique pratique de la culture en tout genre.

    Certes, mieux vaux investir 24 millions et avoir avec les apports externes un théâtre neuf, plus tôt qu'une rénovation à 30 millions totalement à la charge de carouge (pas de rentrée de l'Etat ou autres).

    C'est donc une aubaine pour la Ville de Carouge de voir cette belle occasion d'embellir son ensemble culturel.

    Avouons que tourner le dos à un tel bon montage financier serait totalement idiot.

    Jusque là, je ne cautionnerai pas un référendum. Lancer une telle action, certes démocratique, saurait tourner le dos aux intérêts de Carouge. Ce serait irresponsable et nul.

    A tout ceci, faut-il que les élus du Grand Conseil genevois vote le crédit extraordinaire de 10 millions, le cas contraire qui rajouterait se montant d'autant pour parer à ce manquement.

    En tout les cas pas Carouge.

    Si de hasard les dix millions n'entraient pas dans la caisse carougeoise, le Président de la Fondation des Amis du théâtre m'a bien dit que le projet tomberait à l'eau.

    Donc aucun centime de plus que les 24 millions votés hier soir. Il est bien clair q'un mécontentement entrerait en scène. En tout cas pas celui d'un référendum car du temps que le Grand Conseil vote les 10 millions, le délai référendaire d'un mois serait largement dépassé. Sur ce point les

    politiques de Carouge visent juste et assurent leur arrières garde en terme de référendum.

    Le rideau de ce propos se ferme en disant non au référendum car nul et non avenu tant que le canton n'a pas pris position; de toute manière plus dans les délais !

    C'est ainsi que je vais influencer humblement mes collègues UDC Carouge. Avec leurs grandes sagesses, je subodore qu'ils défendront d'abord les intérêts culturels de Carouge.

    C'est du bon sens politique !

    Allez bonne journée !

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Médias ? Ne chassons pas tout sur le "fumier" !

    Imprimer

    Médias.jpgBien le bonjour,

    Sur internet, après tout ce déballage médiatique au sujet d'hommes ou de femmes politiques, on peut se poser la question si la presse écrite n'arrive pas aux extrêmes de leur existence.

    On s'aperçoit en effet que la presse écrite n'a plus le monopole de la communication et que les réseaux sociaux laissent un temps totalement libre à la parole virtuelle. Une parole virtuelle au demeurant fausse, erronée, bousculant l'information instantanée manquant de rigueur.

    Sur internet vous pouvez à tout moment intervenir avec un tweet, un post, un blog, une photo, une vidéo directe, etc. En définitive, le tout un chacun peut s'approprier le titre de  journaliste  !

    Dès lors, la passerelle intellectuelle entre le journaliste et le papier perd malheureusement en attractivité faisant place à des angles mal sain sur le net, tels que propos haineux, mauvaise humeur, lessive, salves de contradictions, informations élitistes, marketing politique, largesse anti-démocratique, débâcle du débat, et autres. Mais aussi de bonnes choses comme des présentations de news intelligentes et ludiques.

    Avouons volontiers que la mission des journalistes est mise sous pression pour annoncer les premiers le « scoop ».

    C'est une vrai course au buzz d'une violence incroyable que de transmettre le premier.

    Le triste constat veut que nous sommes dans une société où le professionnalisme perd de sa valeur et ceci est bien dommage.

    La profession demandant un certain nombre d'années d'étude prend du recul.

    Pourtant le rôle de la presse écrite est de préserver la vraie démocratie, l'intérêt de toutes et de tous.

    Ceux qui veulent inverser la tendance dans l'interêt d'exister comme « journalistes  citoyens » à un rythme de fausses mesures transformées en quart de mesure, font sourciller les professionnels et créent l'instabilité des valeurs enracinées de la presse écrite.

    A tout ceci, je pense que les journalistes de la presse écrite ne doivent pas tomber dans le piège du large système d'internet et se transformer ainsi en fossoyeurs du papier.

    Alors comment différencier le vrai journalisme du spectacle du net ?

    Qui a la solution magique pour pérenniser la presse écrite ?

    Peut être se nantir de propos moins partiaux, prendre moins position, nourrir la démocratie d'informations n'assassinant les femmes et les hommes, respecter mieux la vie privée des gens, être plus neutre du relativisme, repousser les fausses informations, et de rappeler la profondeur historique du journalisme .

    C'est vraiment moche d'exister au jour d'aujourd'hui en mettant au tapis des personnes, une idée, un projet. Pourquoi ? Pour concurrencer le net.

    En conclusion, si conclusion il doit y avoir, la forte évolution d'internet fait perdre du terrain dans tous les domaines, mais ici plus spécifiquement la presse écrite car la concurrence est rude.

    Qu'en sera-t-il dans 20, 30 ans ?

    Qui a ce scoop pour sauver nos quotidiens et autres ?!

    Il faut vire avec son temps, certes, toutefois ne chassons pas tout sur le « fumier » !

    Allez bonne journée !

     

    Lien permanent 0 commentaire